Recrutement : Douze chercheurs post-doctorants « Le Coran européen: Écriture islamique dans la culture et la religion européennes (1150-1850) »

L’Université de Nantes, le Conseil supérieur des enquêtes scientifiques, l’Université de Naples, l’Université du Kent et l’Université d’Amsterdam, recrutent des chercheurs postdoctoraux pour rejoindre notre projet “Le Coran européen: Écriture islamique dans la culture européenne et religion (1150-1850)” (EuQu).

Continuer la lecture de « Recrutement : Douze chercheurs post-doctorants « Le Coran européen: Écriture islamique dans la culture et la religion européennes (1150-1850) » »

Recrutement : Chargés de cours en langue arabe – Tufts University

Le Département d’études littéraires et culturelles internationales de la Tufts University recherche de deux chargés de cours à temps partiel pour enseigner jusqu’à trois cours de langue arabe à la session d’automne 2019, avec possibilité de renouvellement.

Continuer la lecture de « Recrutement : Chargés de cours en langue arabe – Tufts University »

Appel à communication : Parure et Apparat. Orner la ville, le corps, l’animal et la lettre (Paris)

 

« Il n’y a guère de peuple, quelque primitif que soit l’état de sa civilisation, chez lequel le désir de l’ornementation n’existe comme un instinct très prononcé ».
Owen Jones, Grammaire de l’ornement, 1856.

Les équipes de recherche (Antiquité Classique et Tardive, Mondes Sémitiques et Islam Médiéval) de l’UMR 8167 Orient et Méditerranée organisent une Journée Jeunes Chercheurs qui se tiendra le 21 mai 2019 à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA, Paris).

Continuer la lecture de « Appel à communication : Parure et Apparat. Orner la ville, le corps, l’animal et la lettre (Paris) »

Poignard (khandjar) à manche en tête de cheval

Poignard (khandjar) à manche en tête de cheval
Inde moghole, XVIIe siècle
Manche en jade, rubis, émeraudes, et or – lame en acier damassé et damasquiné d’or
Hauteur : 50,5 cm – Largeur : 9,1 cm
Paris, musée du Louvre, département des Arts de l’Islam, n°inv. R 890

© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Hughes Dubois

Entre 1526 et 1858, les Moghols règnent sur le sous-continent indien. Originaires d’Asie centrale, les  artisans moghols allient les motifs iraniens à un goût prononcé pour la nature et le monde vivant. L’Inde moghole est particulièrement réputée pour la production d’objets en pierres dures incrustés de gemmes.

Continuer la lecture de « Poignard (khandjar) à manche en tête de cheval »

Emission “Les chemins de la Foi : La calligraphie”, France TV, Partie 1 & 2

 

Continuer la lecture de « Emission “Les chemins de la Foi : La calligraphie”, France TV, Partie 1 & 2 »

HOMMAGE [Portraits] Marie-Christine David, experte en art de l’Islam

Marie-Christine David lors d’une vente publique chez Drouot en mai 2018

 

L’équipe de l’APAMi souhaite rendre hommage à Marie-Christine David (1945-2021), experte en art islamique et art de l’Inde qui avait eu la gentillesse d’initier notre rubrique Portraits du monde des arts de l’Islam. Nous vous laissons découvrir son interview.

  Continuer la lecture de « HOMMAGE [Portraits] Marie-Christine David, experte en art de l’Islam »

Le Coran Bleu


Coran Bleu (المصحف الأزرق / āl-Muṣḥaf āl-′Azraq), Irak? 750-850?
Parchemin, chrysographie, argent.
Jusqu’à 310x410mm, environ 100 feuillets conservés du premier volume (sur environ 600 originellement)
Raqqada, Musée de la civilisation et des Arts Islamiques, Rutbi 196 (dispersé dans plusieurs collections)

© Qantara

Les feuillets de ce Coran, somptueux et exceptionnels, sont parvenus au sein des collections muséales de façon énigmatique. Cela a ainsi créé quelques difficultés en ce qui concerne le lieu et la date de production. C’est pourquoi de nombreux chercheurs, principalement Jonathan Bloom et Alain George, l’ont étudié afin d’en déduire son origine.

Continuer la lecture de « Le Coran Bleu »

Chirin contemplant le portrait de Khosrow


Chirin contemplant le portrait de Khosrow, observé par Sapur, Peinture issue d’un manuscrit contenant une copie du Khamsa de Nizami,
1442, Hérat, Afghanistan,
Encre et pigments opaques sur papier,
Londres, British Library, Ad. 25900, folio 41r

© domaine public

Entre 1165 et 1203, le poète Nizami compose le Khamsa, un ensemble de cinq poèmes en vers. La première œuvre du recueil, le Makhzan al-asrar (Le Trésor de Mystères), est un traité mystique livrant une série de leçons morales. Il est suivi par les poèmes Khosrow va Chirin (Khosrow et Chirin), Layla va Majnun (Layla et Majnun) et le Haft Paykar (Sept portraits). Tous trois relatent des histoires d’amour tumultueuses. Finalement, l’Iskandar-nameh (Le Livre d’Iskandar) vient clôturer le recueil. Il s’agit d’un récit retraçant la vie, en grande partie romancée et imaginaire, du conquérant Alexandre le Grand.

Continuer la lecture de « Chirin contemplant le portrait de Khosrow »

Cités millénaires : un voyage virtuel d’une réalité destructrice


© Auriane Beurdeley 

« On dormait pour ainsi dire au milieu des ruines, la tête dans les étoiles et les rêves anciens, bercés par les conversations de Baalshamin, dieu du soleil et de la rosée, avec Ishtar la déesse au lion. »

Mathias Enard à propos de la destruction de Palmyre en 2015.

Avec Cités Millénaires, l’Institut du Monde Arabe cherche à ce que les visiteurs prennent conscience des enjeux immédiats de la conservation du patrimoine architectural dans les pays arabes. À travers cette exposition numérique, en partenariat avec Iconem, l’IMA s’interroge sur la problématique de la destruction du patrimoine arabe de ces dernières années notamment due aux guerres. Entre reconstitutions 3D, interviews des témoins directs de ces ravages, et vieilles photographies, l’exposition évolue à travers les villes de Mossoul, Alep, Palmyre et Leptis Magna. L’exposition reprend ainsi les mêmes idées déjà évoquées au Grand Palais en 2016 lors de l’exposition Sites éternels.

Continuer la lecture de « Cités millénaires : un voyage virtuel d’une réalité destructrice »

Diadème Djebine

Diadème à charnière dit Djebine ou AçabaAlgérie (Aurès), début du XXe siècle, Argent, verroterie. 43,2 x 12,5 x 11,8 cm, Paris, Musée du Quai Branly- Jacques Chirac, n° inv. : 74.1961.8.41.1-9 © Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

Bien souvent étudié sous l’unique prisme de l’ethnographie dans un contexte colonial, l’artisanat maghrébin des XIXe et XXe siècles présente par plusieurs aspects des influences du monde islamique. Le diadème Djebine n° 74.1961.8.41.1-9, conservé à Paris au musée du Quai Branly-Jacques Chirac en est un exemple.

Continuer la lecture de « Diadème Djebine »

Aiguière à tête de coq

Image : Une vue de l’aiguière à tête de coq au Louvre, © commons wikimedia

Aiguière à tête de coq, Iran, XIIIe siècle, Céramique siliceuse. Décor ajouré, gravé et peint sous glaçure transparente colorée, H. : 39,5 cm. D. : max 20,4 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts de l’Islam, MAO 442.

Dès les débuts de l’empire musulman, la céramique a été un art privilégié. À partir de techniques déjà connues, les potiers ont tenté de créer des œuvres qui soient uniques. Cette quête de perfection se retrouve notamment au sein de l’aiguière dite à tête de coq, aujourd’hui conservée au musée du Louvre. Datée du premier quart du XIIIe siècle, elle aurait été réalisée sous la dynastie des Seldjoukides (1037-1194), entre autres connue pour son généreux mécénat.

Continuer la lecture de « Aiguière à tête de coq »

Marionnette de théâtre d’ombres, Homme portant un plateau

Image : GEORGE Alain F., “The Illustrations of the Maqâmât and the Shadow Play”, Muqarnas, Vol. 28, 2011, p.5 (© Amabilité du Musée)

Marionnette de théâtre d’ombres, Homme portant un plateau, Egypte, XIVème – XVIIIème siècle, Cuir et tissus colorés découpés, ca. 84 x 25 cm., Offenbach am Main (Offenbach-sur-le-Main, Allemagne), Ledermuseum (Musée Allemand du Cuir) – pas de numéro d’inventaire connu.

Le théâtre d’ombres est considéré comme appartenant à la catégorie des « arts populaires » et à ce titre il n’est que rarement étudié. Dans le contexte des arts islamiques, les vestiges sont rares, les matériaux étant périssables, de nombreux corpus de marionnettes ont disparu. Continuer la lecture de « Marionnette de théâtre d’ombres, Homme portant un plateau »

REPOST – Au vu de la situation actuelle à Jérusalem et du risque qu’encourt la mosquée Al-Aqsa, l’une des plus anciennes mosquées du monde Islamique, l’Apami épingle un article publié il y a deux ans. Cet article marquait la (re)naissance de l’association et accompagnait une exposition photographique. Il nous semblait plus qu’adapté de le mettre en avant et de rappeler sa triste actualité.

© Sarah Samya Anfis, Mosquée Al-Aqsa, esplanade des mosquées, Jérusalem-Est, juillet 2017

Architecture : refuge et symbole

 « Menacer, attaquer, détruire et piller le patrimoine, revient à s’en prendre aux fondements même de l’identité des peuples, de l’histoire dans laquelle ils s’inscrivent et des repères sur lesquels ils se construisent. Sans ce patrimoine, c’est l’identité entière d’un peuple qui disparaît, sa mémoire qui s’efface et son avenir qui se trouve compromis. »[1]

            L’exposition Architecture : refuge et symbole, présentée à l’occasion de la journée du Monde Arabe de l’INALCO, offre à voir une sélection de photographies de Zakaria Abdelkafi et Sarah Samya Anfis soulevant la question de l’architecture détruite ou préservée dans les zones de guerre ou politiquement instables. L’architecture, qu’elle soit comprise comme un bâtiment d’habitation ou comme un monument, souffre des vicissitudes de la vie politique et économique. Elle est une marque de l’histoire du pays et des villes. Les photographies de Zakaria Abdelkafi nous entraînent dans la ville détruite d’Alep, tandis que celles de Sarah Samya Anfis nous dévoilent les refuges et les lieux de vie privilégiés par les palestiniens. Continuer la lecture de «  »