Panneau à l’oiseau fleur

Panneau à l’oiseau fleur, Egypte, IX e siècle
Bois sculpté
H. 73 ; L. 33 cm
Paris, musée du Louvre, département des arts de l’islam, don D. Fouquet, 1892, OA 6023

© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Hughes Dubois

La taille oblique ou en biseau du bois, du stuc et du verre a été développée dans les ateliers abbassides, notamment à Samarra, dès le début du IXe siècle. Rapidement, les ateliers égyptiens font leurs cette technique, qu’ils utilisent afin de créer des œuvres stylisées, parfois abstraites, tel cet oiseau mi-animal mi-végétal, sculpté dans un panneau de bois aujourd’hui fragmentaire.

Apparaît sur le panneau un oiseau de profil dont les extrémités du corps se transforment en volutes végétales. La réalisation de cette créature à la fois animale et végétale est soignée ; il est difficile de dire si son bec est bien, ou bien, s’il forme le fleuron d’une fleur naissante. Alors que son cou est enserré dans un collier, sa tête ne forme plus qu’un cercle ; seul son œil légèrement creusé permet de reconnaître un oiseau. Cette transformation d’un animal en végétal était un motif usité au sein de la dynastie sassanide et de l’Empire romain. Il s’agit donc de la réutilisation d’un motif antique, connu en terres d’Islam, ayant pour sujet la transformation, l’hybridation.

Le panneau était autrefois réhaussé de plusieurs couleurs, aujourd’hui disparues ; c’est une restauration qui a permis il y a quelques années de retrouver les infimes traces de rouge, vert, blanc et noir qui devaient auparavant recouvrir l’intégralité de l’œuvre. Il est par ailleurs très probable que cet oiseau polychrome ait eu face à lui, sur l’autre partie de l’arcade manquante, un double symétrique. Les animaux affrontés sont en effet courants sur les terres préislamiques et n’ont eu de cesse d’être déployés ensuite.

L’œuvre permet ainsi de rendre compte de la circulation des modèles et techniques au sein de l’empire musulman. En effet, la taille en biseau, aussi bien que la stylisation de l’animal et de la plante, sont caractéristique des œuvres figuratives de Samarra, capitale abbasside au nord de Bagdad entre 836 et 892. Les monuments et complexes palatiaux étaient ornés de stuc et de bois sculpté faisant jouer les ombres et lumières, dont de nombreux fragments ont pu être redécouverts en fouille. La polychromie avait par ailleurs une place importante au sein des décors architecturaux.

Détail – Panneau à l’oiseau fleur
© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Hughes Dubois

Plusieurs « styles » ont été référencés par les archéologues et chercheurs, du plus mimétique au plus abstrait : l’oiseau fleur ici présenté serait ainsi un exemple de la circulation des motifs développés par les artisans à Samarra dans le bassin méditerranéen. Le dénommé « style C », considéré comme étant le plus abstrait, est en effet très rapidement sorti de la capitale éphémère pour être développé au sein de l’empire musulman ; des exemples de son adaptation régionale ont en effet été retrouvés en Egypte, mais également en Iran. Pour Oleg Grabar, cette œuvre témoigne dès lors de l’adoption rapide de l’abstraction au sein des arts figurés islamiques.

Alicia Basso-Boccabella

Bibliographie sélective :

S. MAKARIOU (dir.), Les Arts de l’Islam au musée du Louvre, Paris, 2012, pp. 102-104.

O. GRABAR, « The study of Islamic art : sources and promises : the C. L. lecture 1999 », Journal of the David Collection, vol. 1, pp. 9-10.

E. ANGLADE, Catalogue des boiseries de la section islamique, Paris, 1988, n°15.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
apam (11 juillet 2019). Panneau à l’oiseau fleur. APAMi. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b97m


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search