Appel à communications – “NETWOOD” WOOD NETWORKS IN EGYPT FROM ANTIQUITY TO ISLAMIC TIMES Colloque international, University College of London (UCL) 18-19 juin 2020

Le colloque « NetWood » a pour objectif d’étudier de manière diachronique et transdisciplinaire les réseaux économiques et sociaux qui se sont développés en Égypte autour de l’exploitation du bois, depuis l’époque Prédynastique jusqu’à la période ottomane. Depuis quelques années, les études égyptologiques – au sens large – expriment un regain d’intérêt pour le bois, cherchant à identifier les essences, à déterminer leur disponibilité et leur provenance, ou encore à mieux cerner les modes de travail artisanal et usages du matériau. Néanmoins, le cloisonnement disciplinaire et l’hyper-technicité des outils d’analyse propres à chaque discipline constituent encore trop souvent un frein aux échanges – seuls susceptibles de résoudre les apories et d’élargir les vues. Pourtant, dans un pays comme l’Égypte, aux ressources boisées a priori limitées, où l’on a tôt fait de penser que l’essentiel des bois exploités était importé, il est d’autant plus crucial de profiter de cette nouvelle convergence d’intérêt pour confronter les derniers apports de la recherche et balayer un certain nombre d’idées reçues : les données disponibles comme les éléments de contextualisation n’ont jamais été aussi nombreux, et les perspectives qu’ouvre chaque approche se révèlent aussi variées que complémentaires. Aussi pose-t-on ici comme principes méthodologiques le dialogue entre les disciplines connexes (égyptologie, papyrologie, études coptes et arabes, mais aussi archéologie, archéobotanique ou xylologie) et l’éclairage réciproque des sources matérielles et textuelles. C’est en effet la condition à l’analyse
diachronique des divers enjeux liés à l’exploitation du bois, qu’ils soient économiques, culturels ou paysagers.

  1. Identification des essences : bois d’Égypte et bois étrangers
    Une des priorités de ce colloque consiste en la préparation d’une liste diachronique des grandes essences exploitées en Égypte, qui présentera les bois sous le double aspect de la nomenclature botanique et de la dénomination vernaculaire en usage dans les différentes langues des sources textuelles (égyptien, grec, copte, arabe). Si l’on dispose en effet de ce type de liste de référence pour l’époque pharaonique, les études manquent encore pour les périodes plus tardives, empêchant par là d’appréhender les phénomènes de continuité ou de rupture d’une période à l’autre. Or tandis que l’évolution des méthodes d’analyse des bois conduit aujourd’hui à remettre en question certaines identifications proposées au XXe siècle concernant les bois de l’Égypte pharaonique, la multiplication des études archéobotaniques sur les sites d’époques gréco-romaine et islamique ne cesse de fournir de nouveaux corpus de référence. Ces derniers constituent un appui sans précédent pour l’examen des sources textuelles qui exige de se confronter à des changements de dénomination parfois difficiles à réconcilier d’une langue à l’autre – voire, au sein d’une même langue, d’une région ou d’une époque à une autre. Aussi, s’agira-t-il ici de réexaminer à la lumière des données les plus récentes de la recherche la cohérence des identifications proposées. Dans ce cadre, pour les bois locaux comme pour les bois importés, on encourage les contributions présentant des apports récents sur une essence particulière dont l’identification a pu faire l’objet de vues variées, qu’elle soit amenée à être enregistrée sur la liste des bois exploités ou à en être exclue. On reviendra volontiers sur le cas du cèdre par exemple, dont l’importance est vraisemblablement à réévaluer à la baisse, ou celui de Mimusops laurifolia (Forsk.) Friis (perséa, shwab) dont on peine à mesurer la disponibilité après le VIe s. apr. J.-C. D’une manière générale, toute étude portant sur l’identification d’essences exploitées après la conquête arabe – notamment dans les textes – est particulièrement bienvenue, de même que la présentation de corpus de bois provenant d’un contexte archéologique clair et permettant de suivre l’évolution des essences sur une période longue.
  2. La circulation du bois : production, distribution et consommation (matériau brut)
    On cherchera à mieux cerner les régions de provenance des bois importés en s’intéressant aux réseaux sollicités et aux raisons – pragmatiques ou culturelles – qui président à la sélection des essences. L’apport des sources hors Égypte qui permettraient d’apporter des éléments significatifs sur l’origine des bois importés serait particulièrement bienvenu, notamment du Soudan par exemple. Concernant les essences locales, on considérera avec le plus grand intérêt la documentation susceptible de nous renseigner sur l’éventuelle existence de zones forestières qui auraient pu faire l’objet d’une exploitation à grande échelle (production de bois de construction ou de charbon), qu’il s’agisse de végétation cultivée (plantations d’acacias en gestion « durable », par exemple) ou spontanée (notamment sud du désert Oriental).
    Depuis ces régions de production jusqu’aux lieux et activités de consommation, la circulation intérieure des bois s’appuie sur des réseaux sociaux et économiques qui restent mal connus : rôle et statut des acteurs économiques, lieux de stockage, forme des bois en transit, moyens de transport, voies d’échanges, sont autant de pistes à explorer aux différentes périodes. On reviendra en outre avec profit sur les sources qui aident à développer une meilleure connaissance des activités économiques en vue desquelles le bois est commandé en grande quantité, en mettant l’accent sur la consommation de bois de construction ou de charbon (construction navale, forges, etc.).
  3. L’artisanat du bois : ateliers et usage des objets travaillés
    En dernier lieu, on développera avec intérêt les questions tournant autour de l’artisanat du bois, en mettant en avant les apports permettant de localiser les centres traditionnels de travail du bois, et de définir les essences travaillées de manière privilégiée dans ces ateliers. Dans la mesure du possible, on cherchera à préciser si le choix d’une essence se fonde sur la disponibilité du bois à proximité, sur ses qualités propres ou sur sa valeur symbolique. Enfin, pour éclairer les contextes d’usage des bois travaillés, notamment dans les sphères domestique et agricole qui sont si peu documentées, on encourage vivement la présentation de nouveaux corpus d’objets en bois, a fortiori s’ils ont fait l’objet d’analyse xylologique, issus de contextes archéologiques fiables et de collections de musées (mobilier, huisserie, outils et équipements divers). Le cas échéant, on distinguera les objets produits localement de ceux qui sont importés sous une forme déjà travaillée.

Les grandes lignes exposées ci-dessus ne se veulent qu’indicatives de pistes de réflexion à nourrir collectivement dans le cadre du colloque. Cet appel est ouvert à toute contribution susceptible d’apporter des éléments nouveaux sur le sujet, quelle que soit l’approche mobilisée, la période historique concernée ou la langue du corpus étudié. On acceptera aussi bien les communications de synthèse que les études de cas – pour peu qu’on cherche à les inscrire dans les grandes problématiques présentées ici. Néanmoins, pour satisfaire aux exigences d’une perspective transdisciplinaire, on s’assurera de clarifier le cadre d’étude, de rendre les enjeux de sa communication accessibles à tous, et, autant que possible, de chercher à établir des liens avec d’autres champs disciplinaires. Pour faciliter ce travail, on adressera une bibliographie de référence aux participants retenus qui le souhaitent.


Les propositions de communications (400 mots maximum) sont à envoyer avant le 31 octobre 2019, en anglais ou en français qui sont les langues retenues pour ce colloque, à
l’adresse suivante : netwood2020@gmail.com. Il convient de joindre une courte présentation de l’auteur, avec mention de son titre et de son affiliation institutionnelle. On prévoit une durée de 20 minutes par communication, suivies de 10 minutes de discussion. Après évaluation des résumés, les participants seront informés de la sélection de leur intervention au début du mois de janvier 2020.

Informations pratiques :
Lieu : Institute of Archaeology de l’University College de Londres (UCL).
Date du colloque : 18-19 juin 2020.
Date limite pour l’envoi des résumés : 31 octobre 2019.

Comité scientifique :

  • Damien AGUT (CNRS, UMR 7041-ArScAn),
  • Guillemette ANDREU-LANOË (musée du Louvre),
  • Charlène BOUCHAUD (CNRS, UMR 7209, MNHN),
  • Peter GASSON (Kew Garden, Londres),
  • Stephen QUIRKE (University College of London),
  • Margaret SERPICO (University College of London),
  • Caroline CARTWRIGHT (British Museum)
  • John TAYLOR (British Museum),
  • Anna GARNETT (Petrie Museum).

Comité d’organisation :

  • Gersande ESCHENBRENNER-DIEMER, Égyptologue, experte micrographe des bois, Marie Curie Fellowship (UCL), Chercheuse associée à l’UMR 7041, ArScAN gersandeschen@gmail.com
  • Julien AUBER DE LAPIERR, Coptologue, École Pratique des Hautes Études – École du Louvre, Paris, auberdl@gmail.com
  • Valérie SCHRAM, Papyrologue, ATER au Collège de France (Chaire Culture écrite de l’antiquité tardive et papyrologie byzantine, Pr. J.-L. Fournet), valerie.schram@college-de-france.fr
  • Robin SEIGNOBOS, Membre scientifique, Institut français d’archéologie orientale rseignobos@ifao.egnet.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.