Appel à candidatures – école doctorale “Les objets religieux : quels enjeux contemporains ? Approches croisées (Maghreb/Machrek/Europe XIXe-XXIe siècles)”, Tunis, 9-13 décembre 2019.

Attention : Date limite de candidature le 30 octobre 2019

Contact : direction@irmcmaghreb.org
Joindre le formulaire disponible ci-dessous à toute demande

L’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC), fort de sa position d’observateur du Maghreb contemporain depuis 26 ans, associé à l’Idemec – Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative, laboratoire du CNRS, et à Université de la Manouba : جامعة منوبة, propose d’organiser un atelier doctoral et des séminaires pour des doctorants du Nord et du Sud de la Méditerranée, encadrés par des spécialistes reconnus des questions religieuses en SHS. Le but sera de mettre en commun des compétences et des connaissances afin de favoriser des synergies et de familiariser les doctorants à des outils théoriques et méthodologiques forgés dans des disciplines auxquelles ils n’ont pas été confrontés.

Les observateurs s’accordent sur l’importance qu’ont acquis les faits religieux et sur la centralité de leur gestion dans les sociétés maghrébines depuis les années 1980. Qu’il s’agisse du point de vue politique, avec les reconfigurations des partis au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Libye, de celui des normes et valeurs en cours et en perpétuelle redéfinition (politique des corps, mixité, codes vestimentaires, enseignements), ou des enjeux économiques liés à la « chose religieuse » (marché halal, tourisme religieux, tensions concernant le tourisme balnéaire, politiques patrimoniales, secteur de la banque islamique), les références religieuses se multiplient dans les sociétés contemporaines du Maghreb, au risque d’être parfois perçues comme surdéterminantes. Cette référence religieuse, principalement musulmane, se construit de paire avec l’émergence et le développement du pluralisme religieux qui contribue à réinterroger l’homogénéité religieuse et identitaire de pays qui se sont construits, au sortir des indépendances, dans un déni de la diversité, autour d’une identité musulmane unique et homogène qui relève dans une large part de « l’invention ». A cet idéal structurant d’une identité nationale et religieuse unique correspond celui d’une homogénéité linguistique arabe.

C’est ainsi que les mouvements berbères comme le développement des conversions au protestantisme évangélique (qui vont parfois de paire), mettent à mal l’idée simpliste et anhistorique d’un tout musulman, quand bien même la présence musulmane est et demeure prédominante. Ce pluralisme religieux est instillé d’une part, par la migration entrante et l’installation de fidèles chrétiens en provenance d’Afrique subsaharienne et d’autre part, par des transformations internes à la société, tel que les conversions religieuses (en direction, notamment, du protestantisme évangélique, du chiisme, du bahaïsme) ainsi que le développement de spiritualités néo-orientales et de l’athéisme ou encore d’une sortie du religieux. Face à cette relative complexification du tableau religieux au Maghreb, la gestion de la diversité religieuse dans ses conséquences symboliques (fissure d’une image d’une société totalisante, impression de crise des valeurs) et pratiques (quel régime juridique appliquer à des fidèles de confession différentes alors que le droit, certes a-religieux, a été écrit et pensé à partir d’une situation musulmane ?) quel rôle peuvent jouer les sciences humaines et sociales ?

Notre ambition est de proposer une analyse des sociétés maghrébines et des changements religieux qui les traversent en se fondant sur les savoir-faire des diverses disciplines et sur les comparaisons qu’elles permettent. En effet, la gestion de la diversité religieuse et l’émergence de revendications de la part de fidèles d’obédiences différentes apparaissent comme une problématique partagée en Méditerranée, au Nord, au Sud et à l’Est, et les historiens, anthropologues et politistes se saisissent de ces questions avec les outils et les méthodes qui leur sont propres.
Notre souhait d’organiser un atelier doctoral méditerranéen réunissant des doctorants du Maghreb, d’Europe et du Machrek découle d’un constat. L’offre des formations universitaires proposée autour de la Méditerranée concernant l’étude des faits religieux en SHS est très inégale en fonction des régions, aboutissant à des déséquilibres importants.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.