Fath Ali Shah en audience

Fath Ali Shah en audience,
Page d’un Shahinshahnameh de Saba,
1ère moitié du XIXème siècle, Iran, Téhéran,
Encre, pigments et or sur papier
MAO 798, Musée du Louvre
© Musée du Louvre, dist. RMN / Raphaël Chipault

Les Qadjars ont régné sur l’Iran de 1786 à 1925. Si la dynastie est parvenue à maintenir sa domination face aux attaques ottomanes et russes, l’intervention croissante des puissances occidentales sur leur territoire a affaibli leur pouvoir. 

Fath Ali Shah est le deuxième souverain qadjar. De 1797 à 1834, il marque son pays d’une forte empreinte artistique et politique. Cherchant à assoir un pouvoir encore chancelant, il passe de nombreuses commandes aux artistes afin d’affirmer son autorité. C’est ainsi que ses portraits sont envoyés dans tout l’empire ainsi qu’à l’étranger et qu’ils sont encore nombreux aujourd’hui à être conservés dans différentes collections. 

Cette page de manuscrit est issue d’une chronique persane composée par le poète Saba (1765-1822), à la demande du chancelier de Fath Ali Shah. Le Shahinshahnameh, signifiant le Livre du roi des rois, retrace l’émergence de la dynastie des Qadjars ainsi que les dix premières années du règne de Fath Ali Shah. Plusieurs copies de cette œuvre ont été illustrées entre 1810 et 1812. 

Cette page nous montre la salle d’audience du palais du Golestan, choisi comme siège du gouvernement, alors que Téhéran devient la capitale de l’Iran. Le monarque Fath Ali Shah est figuré assis sur un large trône en forme d’estrade rectangulaire reposant sur six pieds et recouvert d’or et de pierreries. Derrière le monarque, de larges fenêtres ouvrent sur un ciel bleu. Au sol sont disposés de nombreux tapis. Le souverain est reconnaissable à sa longue barbe noire que l’on retrouve sur d’autres portraits (Portrait de Fath Ali Shah, attribué à Mihr Ali, Musée du Louvre, MV6358). En tenue d’apparat, il arbore sans doute le Taj-i Kiyani, une haute couronne aujourd’hui conservée à la Banque de la République islamique d’Iran à Téhéran. Fath Ali Shah porte également des brassards (bazuband) ainsi qu’une ceinture d’or et de pierres précieuses. Devant lui, un sabre est visible, symbole de son pouvoir militaire. Autour de lui sont répartis dix personnages, dans des attitudes et des vêtements variés : deux princes sont reconnaissables à leurs couronnes tandis qu’au premier plan, plusieurs figures semblent discuter avec animation. Certaines tiennent des documents tandis que l’on distingue au sol la présence d’un nécessaire servant à l’écriture. 

A partir du XVIIIème siècle, les peintres s’approprient de plus en plus les techniques picturales européennes. Les costumes des personnages et les rideaux de la salle d’audience sur la peinture montrent ainsi une connaissance du modelé et du clair-obscur. Un demi-siècle plus tard, Nasir al-Din Shah (1848-1896), premier des Qadjars à visiter l’Europe plusieurs fois, importe la photographie dans son pays, ce qui va profondément renouveler l’art du portrait. 

Camille Grandpierre

Bibliographie sélective :

BURESI (Pascal) « DYNASTIE DES QADJAR », Encyclopædia Universalis, (en ligne)

The Human Figure in Islamic Art – Holy Men, Princes and Commoners, Copenhague, The David Collection, 2017

Les Arts de l’Islam au musée du Louvre (catalogue), Paris, Hazan, 2012


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.