[Portraits] Rim Laredj, artiste plasticienne, auteure et réalisatrice

Poursuivant notre série de Portraits, nous avons eu le plaisir d’échanger avec Rim Laredj, une artiste rencontrée lors de notre première édition des Rencontres de la Calligraphie !

APAMI : Bonjour Rim, merci d’avoir accepté cet entretien. Pouvez-vous brièvement vous présenter en quelques mots. Votre profession et en quoi elle consiste.

Rim Laredj :  Je suis à la tête d’une maison de création, Baytrim, qui met à l’honneur la calligraphie arabe, la poésie mais également les symboles berbères et ce langage ancestral que l’on retrouve sur les tatouages de nos grands mères. J’essaye de mettre en avant mon métissage culturel. 

Je suis plasticienne, auteure et réalisatrice ; cette aventure s’est présentée comme une évidence, car elle me permet de connecter toutes les disciplines qui me traversent. 

APAMI : Comment vous êtes-vous tournée vers le monde de la création ? Comment avez-vous choisi vos “supports” de travail ?

RL : Les supports s’imposent d’eux-mêmes. Cela dépend du projet et des contraintes qu’il nécessite. Mais ma démarche reste toujours foncièrement la même, tout vient d’une impulsion, d’un désir de raconter une histoire, de partager quelque chose avec l’autre.  

Le fait de voguer d’une discipline à une autre me permet de ne jamais rester dans mes zones de confort, d’essayer de toujours aller au delà, d’explorer de nouveaux champs de créations. J’aime beaucoup expérimenter de nouveaux matériaux, de nouvelles manières de raconter. Je ne m’interdis rien, ni les tentatives expérimentales, ni de ratés. Pour moi, créer une robe avec un poème peint dessus et faire un film d’art ou écrire un roman est foncièrement identique, car ils viennent du même désir de faire, de créer, de donner à voir, à entendre, à toucher. 

Retrouvez les réalisations de Rim sur son instagram !

APAMI : Comment êtes-vous arrivée à fréquenter de si près le monde arabe / islamique ? Était-il présent depuis le début ? 

RL:  Mon arrière-grand-père andalou vivait à Cordoue, il tenait une librairie familiale, puis il s’est exilé au Maghreb. Je suis née d’une famille métissée culturellement et religieusement parlant. Mes racines sont de différentes régions, de Damas en passant par Cordoue, Jérusalem, ou la Mongolie, mais mon ancrage culturel est profondément maghrébin. Je suis née dans une famille d’auteurs où la poésie, le mot, le verbe, tiennent une place primordiale, en passant de la poésie orale de ma grand-mère à la poésie de ma mère ou les romans de mon père. Mon travail est très éloigné du monde islamique, il n’a rien de religieux, la poésie que j’applique sur mes créations est totalement profane. Quant à la langue arabe, elle est ancrée dans les territoires que j’explore et qui sont anté-islamiques.

APAMI : Quelle est la part de documentation (recherche en histoire de l’art, apprentissage de techniques traditionnelles…) dans votre processus de création ? 

RL: J’ai étudié les arts de l’Islam à l’école du Louvre, je me suis énormément intéressée à l’ingéniosité des créateurs de cette aire, à la manière dont ils ont su et pu déjouer les codes, transcender les interdits, pour atteindre un plus haut degré du beau. 

APAMI : Quelle aire géographique est la plus présente dans votre travail ? Pourquoi ?

RL :    Mes créations de vêtement et de bijoux sont sans frontières, les coupes sont très modernes. 
Mes dessins sont amazighs.
Ma calligraphie est arabe.
J’ai envie de dire que je suis sans frontières. Toute personne peut se reconnaître dans mon travail. Nous faisons tous partis du même magma originel, alors autant s’atteler à mettre en avant ce qu’il y a de beau et d’universel dans nos cultures, prôner ce qui nous unit, plutôt que ce qui nous divise. 

Retrouvez les réalisations de Rim sur son instagram !

APAMI : Pourriez-vous dire quelques mots sur votre approche du monde islamique ou arabe ? Ce que vous recherchez à valoriser ? A démontrer peut-être… ? 

RL : Vous mettez souvent en parallèle le monde islamique et arabe alors que ce sont deux choses parfaitement distinctes. De plus l’art islamique n’est pas cantonné aux frontières arabes et va au delà de l’Asie et de l’Afrique. Ce que je recherche c’est l’universalité. Mettre en avant le beau, le précieux de la poésie arabe et la populariser sur du vêtement ou du bijoux, au final du prêt à porter, qui va la rendre accessible au plus grand nombre, visible au plus grand nombre. C’est pour cela que j’ai enchainé mes études avec le street art, qui m’a permis de lancer ces collections accessibles à tous. J’insiste sur le fait que tout est fait à la main, travaillé d’une manière artisanale, nous ne sommes pas dans l’industrie, nous sommes dans un certain point de vue venant des savoirs-faire ancestraux, pour des productions très modernes. C’est cette dichotomie là que je trouve très intéressante . 

APAMI : De manière générale, quelle définition donneriez-vous à l’art islamique en tant qu’artiste ?

RL : L’art islamique est pour moi l’un des plus raffinés, l’un des plus spirituels. Il permet une élévation de l’âme, dont je ne me sens pas encore capable. La calligraphie savante est quelque chose de quasi inaccessible, c’est pour cela que j’ai un très grand respect pour les calligraphes. Mon approche est très moderne, je ne respecte aucune règle, je suis un peu sauvage dans ma démarche ; c’est une liberté que ne permet pas la calligraphie traditionnelle. Par ailleurs, les rigoureux sont souvent outrés par les libertés que je prends dans le trait, le propos, la couleur, mon travail est totalement profane, et ça me plait, même si je voue une admiration sans fin à ceux qui travaillent des années la lettre. Moi j’ai besoin d’immédiateté, de surprise, de vibration croissante.

APAMI : Selon vous est-il possible de parler d’art islamique pour de l’art contemporain ?

RL : Je pense que ce sont des choses qui rassurent les chercheurs, d’avoir des cases, des dates, un début une fin, alors que justement le contemporain est dans le vivant. L’art islamique tel qu’il est défini dans les ouvrages d’histoire de l’art est dans les musées. On a souvent aussi essayé de le cantonner à des frontières très rigoristes, alors que justement il s’en extrait depuis quelques années ; on le voit dans le street art et dans l’architecture . 

Retrouvez les réalisations de Rim sur son instagram !

APAMI : Quelle est selon vous la plus grande difficulté à créer aujourd’hui ?

RL :  L’argent, l’élitisme, les publics. 

On doit rentrer dans des cases, sinon on est difficilement exposables. Dès qu’on revendique une liberté de ton, les agents fuient, or, sans agent c’est assez complexe de se professionnaliser. Mais je persiste à penser qu’il y a toujours des chemins alternatifs ; ce sont ceux que j’emprunte, ils sont difficiles et sinueux, mais valeureux, avec un réel sens éthique et philosophique. Je ne fais pas de l’art pour l’art, ma création est vivante, proche du vivant, au contact du vivant, ma création est sur les peaux, dans la rue. Le public prend, regarde, écoute dès qu’on lui parle avec sincérité, respect et humanisme. 

APAMI : Y a-t-il, selon vous, une différence entre le traitement de l’art contemporain islamique en France et à l’étranger ?

RL : En France il y a un certain intérêt mais qui reste très intellectuel ou cantonné à des sphères très lettrées. Les jeunes avec qui je fais des ateliers, parce que je crois profondément en la médiation culturelle et à l’éducation populaire, parfois ne savent pas qu’il y a des arts de l’Islam, qu’il y a de magnifiques pièces au Louvre, qu’il y a des artistes contemporains qui travaillent et œuvrent. Notre rôle est d’ouvrir ces portes-là, et rendre accessible au plus grand nombre ce que l’élite garde dans des coffres et des livres rares. Mais ce n’est pas propre à la France, c’est applicable à beaucoup de pays. L’ancien empire a détruit beaucoup de cultures et ternit en orientalisant et exotisant ce pan de la culture islamique. Lui redonner sa réelle place prendra beaucoup de temps. Mais nous y œuvrons, en créant en dehors des clichés coloniaux, clichés qui sont hélas encore véhiculés par les pays qui ont eux-mêmes été colonisés . 

Retrouvez les réalisations de Rim sur son instagram !

APAMI : Que conseilleriez-vous à des jeunes personnes qui souhaitent suivre votre exemple de carrière ?

RL :
S’instruire pour ne jamais être dupé par qui que ce soit. Croire fort en ses rêves, s’ancrer, se taire, observer, écouter, ne pas être bavard, ne pas gesticuler mais être dans l’action. Respirer, observer le monde, s’aimer, se respecter et être curieux de l’autre. Ne jamais être suffisant, on est en devenir, toujours. Il est réjouissant de savoir que rien n’est figé, que tout bouge. C’est comme ça que je conçois mon art, un mouvement, un élan, ni plus ni moins. Un mouvement que j’essaye de rendre toujours plus précis. 

APAMI : Pour finir, pourriez-vous nous donner un ouvrage, une exposition et un objet/une oeuvre qui vous ont marqué ?

RL :
Le prophète Mohamed qui reçoit la révélation de l’ange Gabriel dans Compendium des histoires / Jami al Tawarih de Rachid al-Din. C’est un manuscrit illustré à Tabriz au début du XIVe siecle, et qui se trouve à l’université d’Édimbourg. Cette oeuvre m’a bouleversée, parce que depuis l’enfance on nous apprend que la représentation est strictement interdite en arts de l’Islam, alors que non, absolument pas. 

Une exposition qui m’a profondément dérangée, malgré sa scénographie impeccable, c’est l’exposition sur les ruines de Palmyre à Mossoul, de l’Institut du monde arabe. Je suis native de Damas, Palmyre est toute mon enfance et la voir là en 3D alors qu’elle a été détruite par des armes partiellement françaises m’a laissée perplexe. Il y a cet acharnement de l’Occident à toujours se laver les mains, pour ne pas entacher son image. Me montrer les ruines de mon pays en 3D ne m’a pas réconfortée, je me suis sentie humiliée et bafouée. En tant qu’enfant de Damas ça me révolte, mais encore plus en tant que citoyenne française . 

Une oeuvre qui m’a bouleversée il y a peu, c’est L’Écolier bleu de Soutine, une peinture très émouvante. Elle bouge, elle parle, elle m’a rappelé une époque que je n’ai pas connu, c’est puissant non ? C’est l’histoire de nos ancêtres, l’histoire de nos parents, notre histoire à nous. Finalement l’art et la politique sont étroitement liés et se fondent souvent . 

Un ouvrage serait celui d’Ibn khaldoun Al Muquadim, ouvrage clef pour comprendre notre civilisation.

“Le secret, l’esprit du langage, consiste à communiquer des idées. Sans transmission de la pensée, le langage n’est qu’une terre morte.” Je finirais avec cette citation de Ibn Haldoun justement que j’appliquerais à l’art.

Merci pour cette interview.
Propos recueillis par Sarah Lakhal


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.