Bassin dit bassin aux cavaliers

© Lyon MBA – Photo Alain Basset

Bassin dit bassin aux cavaliers, Province du Fars, Iran, 1342, Laiton, argent, or, pâte noire – martelage, gravure, incrustation, Hauteur : 10,9 cm – Diamètre : 23,5 cm – Poids : 996,7 g, Lyon, Musée des Beaux-Arts, Département des objets d’art, n°inv. E 542-22.

Au XIVe siècle émerge dans la région du Fars en Iran une production de bassins en laiton. Ces objets métalliques, facilement reconnaissables par leur décor, sont destinés à la cour princière. Le bassin E 542-22,   dit bassin aux cavaliers, aujourd’hui conservé au musée des Beaux-Arts de Lyon, est un exemple très bien conservé de ce type de production.

Exécuté dans une feuille de métal martelé, l’objet présente une panse bombée et un fond plat. Un décor gravé au burin et incrusté d’argent, d’or et de pâte noire couvre la totalité de sa surface. La panse est décorée d’une frise continue de cavaliers. Les chevaux et les personnages sont rendus avec souplesse et évoquent la peinture de manuscrit. Les traits sont simplifiés et seuls les éléments essentiels sont représentés. Les contours sont rendus par un filet d’or et les vêtements présentent des traces d’incrustations d’argent. Les personnages, probablement des figures princières, sont nimbés et participent à des scènes de guerre et de chasse. Le nimbe n’est ici pas associé à la sacralité des personnages mais permet de souligner le visage. L’un des cavaliers transperce son adversaire avec sa lance ; d’autres chassent ce qui semble être un loup tandis que l’une des figures tient sur son bras un faucon. Les chevaux sont représentés au galop dans des positions diversifiées. Le fond est couvert d’un réseau de rinceaux dense.

L’intérieur du bassin est souligné d’un motif solaire gravé au centre encerclé par cinq rangées de poissons, motif que l’on retrouve régulièrement dans la production des bassins du Fars.

Une inscription en persan gravée sur la partie inférieure de la panse date le bassin de l’an 748 de l’Hégire, ce qui correspond à l’année 1347 de notre ère. La graphie a été réalisée avec soin. Deux inscriptions, en nashki et en nastaliq, sous le bassin nous renseignent sur le nom de possesseurs ultérieurs.

Le bassin aux cavaliers s’inscrit dans une production homogène au sein de laquelle on retrouve les mêmes motifs décoratifs et inscriptions. De nombreux prototypes sont exposés dans les musées ou se retrouvent dans des catalogues de vente. Cependant, rares sont les inscriptions mentionnant une date précise. Le bassin de Lyon est ainsi un jalon précieux dans la datation de ce type de production. La pièce reflète la maîtrise technique et le haut degré de qualité des artisans métallurgistes. Elle est le témoin d’un art de luxe destiné à la cour princière iranienne.

Fanny Roilette

Sélection bibliographique :

BRIEND, Christian, Les Objets d’Art, Guide des collections, Lyon, RMN : Musée des Beaux-Arts de Lyon, 1992, p. 39.

MELIKIAN-CHIRVANI, Assadullah Souren, « Nouvelles remarques sur l’école du Fars, à propos des bassins iraniens du XIVe siècle au musée des Beaux-Arts », Bulletin des musées et monuments lyonnais, 1971, Lyon, A. Audin, Vol. IV, n°3, p. 361-391

RAMOND, Sylvie, Le guide du musée des Beaux-Arts de Lyon, Lyon, Fage, 2014, p. 76.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.