La mosquée de l’émir Shakib Arslan, Moukhtara (Liban), 2016.

La mosquée de l’émir Shakib Arslan, Moukhtara (Liban), 2016. 
Pierre, acier blanc, métal
100 m2
Moukhtara, région du Chouf, Liban

Vue de l’entrée : on y lit « Allah » et « Al-Insan »
© LE.FT

La mosquée de l’émir Shakib Arslan s’élève dans le paysage montagneux du Chouf comme un bâtiment surprenant depuis 2016. Le Chouf est un district du Liban, qui compte une majorité de ressortissants druzes. Les druzes forment une branche hétérodoxe de l’Islam qui naît sous le règne du calife fatimide al-Hakim (996-1021, Egypte). À la fin de sa vie, ce dernier déclare relever d’une incarnation divine. Autour du vizir d’al-Hakim, al-Darazi, se forme une collectivité ayant pour point commun cette croyance autour du caractère divin du calife. La petite communauté des druzes est dispersée majoritairement entre la Syrie et le Liban. Malgré son faible nombre de ressortissants, au Liban, le système politique actuel veut que chaque confession soit représentée par un élu du gouvernement. 

Le bâtiment est une commande de Walid Joumblatt, le chef politique de cette communauté. Il a donné carte blanche à l’architecte Makram Al-Kadi, qui fait partie de la firme LE.FT Architects aux côtés Ziad Jamaleddine. 

Or, alors que l’architecture est particulièrement stupéfiante, il s’avère que les druzes ne prient pas dans les mosquées. Pourquoi, donc, construire un lieu de culte comme celui-ci ? 

Vue de la salle de prière
© Bahaa Ghoussainy

Le projet consiste en réalité en la rénovation des vestiges d’une précédente mosquée du XVIIIe siècle, détruite au cours de tensions politiques. La surface préexistante s’est vu accueillir un minaret revisité par l’emploi de plaques en acier blanc. Les formes et les propriétés visuelles du matériau jouent avec l’aspect massif et brut du premier bâtiment en pierre et créent par leur finesse et leur légèreté. L’expérimentation est particulièrement poussée puisqu’observées de loin, ces structures inscrivent le mot « Allah » (Dieu) sur le minaret, et « Al-Insan » (l’être humain) sur la forme voisine. Leur proximité évoque les conceptions humanistes faisant de l’humanité une partie intégrante de l’équation avec Dieu, ainsi qu’il est possible de le lire sur la notice de LE.FT.

Vue du mur comportant le mot « Iqra »
© Bahaa Ghoussainy

La salle de prière, à l’aspect épuré par ses murs blancs, est sublimée par un plafond voûté et percé d’une baie. Sur le sol repose un étrange tapis abstrait noir et blanc, évoquant la vague mélodieuse de la récitation du texte sacré. C’est Lawrence Abu Hamdan, un artiste qui travaille sur les effets de l’écoute sur l’humain, qui est l’auteur de cette œuvre textile. Il déclare que « le tapis est une nouvelle forme de calligraphie […] Dans cette mosquée, il reflète aussi quelque chose de très important, à savoir que Dieu y est caché et pourtant très présent ».
Un mur en bois accueille enfin le mot « Iqra » (lire/lis), en référence au premier mot du Coran. Ces espaces accueillent de fait des copies écrits religieux et invitent donc à la lecture.
La lumière qui pénètre dans cette salle de prière, dépouillée de tout ornement autre que symbolique invite le visiteur à se concentrer sur la lecture et sur la récitation. 

Les recherches de Makram Al-Kadi pour ce lieu témoignent, selon lui, du fait qu’il y a peu d’ « expérimentation architecturale » dans les constructions de mosquées. Sa réinterprétation aboutit à une œuvre à la fois subtile et complexe, constituée de structures simples, modernisées par les matériaux, et appelant toutefois à éclairer son esprit au vu des références à la pratique de la religion, qui sont même cachées dans le tapis. 

Pour Walid Joumblatt, ce projet est vu comme une architecture-symbole de résistance face aux tensions politiques et religieuses entre les communautés, qui demeurent symptomatiques de la guerre civile libanaise (1975-1990).

Tamara Choukair

Webographie sélective :

• HUSSEIN Sarah, « Une mosquée d’avant-garde », L’Orient-Le Jour, 20 février 2017 [en ligne].
https://www.lorientlejour.com/article/1036063/une-mosquee-davant-garde-en-pays-druze.html

• STOUHI Dima, « The Amir Shakib Arslan Mosque Photographed by Bahaa Ghoussainy », ArchDaily, 17 juin 2018 [en ligne].
https://www.archdaily.com/895122/the-amir-shakib-arslan-mosque-photographed-by-bahaa-ghoussainy

• Site de LE.FT
http://www.leftish.net/news/MOSQ

• Site de ArchDaily
https://www.archdaily.com/802627/amir-shakib-arslan-mosque-left-architects

• Site de Lawrence Abu Hamdan
http://lawrenceabuhamdan.com/amir-shakib-arslan-mosque


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.