Paysage issu d’une Anthologie poétique copiée par Bihbihan

© Getty Image

Paysage issu d’une Anthologie poétique copiée par Bihbihan, Chiraz, Iran, 1398, Encre et pigments sur papier, Hauteur : 17,3 cm – Largeur : 12,8 cm, Istanbul (Turquie), Musée des Arts Turcs et Islamiques, T.1950, folio 26r.

Si la peinture persane regorge de représentations du monde naturel, végétal et animalier, pourtant le paysage indépendant reste rare. Toutefois, autour de 1400,une nouvelle esthétique semble se développer au sein de la peinture de manuscrit.

Cette anthologie poétique, rassemble les textes de différents poètes et comprend également un ensemble de onze peintures de paysages. Parmi les différents textes du recueil, on trouve les, les Ḫamse, Les cinq poèmes, de Niẓāmī. Le manuscrit copié en 1398 dans la région de Chiraz, au sud de l’Iran par un calligraphe du nom de Manṣūr b. Muḥammad dit Bihbihan, s’inscrit dans la production muzaffaride. Cette dynastie muzaffaride règne en Iran méridional de 1336 à 1393.

La peinture du folio 26r se situe à la fin d’un texte et n’occupe pas l’ensemble de la page. Le bord supérieur de l’espace réservé à la peinture prend une forme particulière, suivant l’espace du texte. En effet, le poème en vers est réparti sur quatre colonnes, dont les deux centrales comprennent des lignes supplémentaires, marquant le cadre de l’image d’un renfoncement. Cette manière de composer la page est une caractéristique des manuscrits persans, dont le texte est versifié, créant une grille de lecture particulière. Ce paysage reprend certaines des caractéristiques de la peinture muzaffaride, qui continuera à influencer la production de Chiraz sous les dynasties suivantes. Il se compose de trois montagnes aux sommets boursouflés. La montagne centrale, jaune parsemée d’herbe, est flanquée à l’arrière et de chaque côté d’un sommet rouge de même hauteur. Un cerne brun épais en marque le contour. Au-dessus, le ciel est représenté dans un bleu foncé et une partie de la végétation s’en détache. Dans l’ensemble, la végétation ressort en brun rehaussé de blanc et noir des fonds colorés. Il s’agit de cyprès, d’arbre en fleurs et des buissons stylisés principalement. Elle est disposée sur les cernes des montagnes et au bord d’un cours d’eau. Celui-ci traverse le paysage en son centre en serpentant. A l’origine en argent, il est aujourd’hui de couleur noire, liée à l’oxydation du matériau. Enfin, quelques cygnes et pies évoluent au sein du paysage.

La première mention de cet ensemble de paysage est faite en 1921 par Arménag Sakisian. Par la suite, les historiens de l’art n’ont cessé de débattre sur la possible symbolique représentée ici. Il semble en effet que des liens entre croyances islamiques ou pré islamiques et monde végétal peuvent être faits, Niẓāmī étant l’un des poètes mystiques persans les plus importants. Néanmoins, aucun lien ne semble exister entre le contenu des poèmes et le décor de paysage.

Mathilde Muller

Sélection bibliographique :

Aga-Oglu Mehmet, « The Landscape Miniatures of an Anthology Manuscript of the Year 1398 A.D », Ars Islamica, 3-1, 1936, p. 76‑98.

Sakisian Arménag, « L’unité des écoles miniaturistes en Perse », Syria, revue d’art oriental et d’archéologie, Institut français d’archéologie à Beyrouth, 2-2, 1921, p. 161-165.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.