Le Griffon de Pise

Bronze fondu, décor gravé
107 cm x 87 cm x 43 cm
Pise, Museo dell’Opera del Duomo

© Wikimedia Commons

Le Griffon de Pise, ainsi qu’il est nommé aujourd’hui, est une large sculpture en bronze, réalisée en Andalousie au tournant XIIe siècle. Fixé dès le XIIe ou le XIIIe siècle sur le toit de la cathédrale de Pise, pris pour cible et abîmé par des tirs de mousquets, il intrigue depuis lors artistes comme chercheurs et de nombreuses hypothèses quant à sa provenance ou son utilité ont été émises au XIXe siècle. Ôté de la toiture en 1828, il est exposé depuis 1984 au musée du Duomo et a été remplacé en 2015 par une copie. Il a également été le sujet – en même temps que le Lion Mari-Cha, longtemps considéré comme son pendant – en 2018 d’un ouvrage dirigé par Anna Contadini : The Pisa Griffin and the Mari-Cha Lion. Metalwork, Art, and Technology in the Medieval Islamicate Mediterranean. Ce livre donne les clés pour résoudre tous les mystères entourant l’œuvre depuis plusieurs siècles : provenance, fabrication, décors, sens des inscriptions dédicatoires et interprétations par l’Occident. 

Le Griffon, mi-oiseau et mi-félin est donc un objet particulièrement célèbre et abondamment décrit dans la littérature concernant les bronzes islamiques. L’animal est représenté statique : le bec ouvert, la tête levée et les ailes déployées le rendent volumineux. Il est très probable qu’une queue de lion également dressée ait été perdue ; c’est en tous les cas ce que pense Anna Contadini, à la lumière de l’iconographie du griffon sur les céramiques espagnoles de la même période. En ce qui concerne le décor, toute la partie supérieure ainsi que le haut des pattes de l’animal est recouvert d’une dense ornementation gravée, qui se modifie au gré de la volumétrie. Son poitrail est ainsi orné d’un plumage à écaille, juste au-dessus de l’inscription épigraphique en kufic qui souhaite bénédiction, bien être et bons augures au propriétaire. Sur les pattes sont dessinés des cartouches au sein desquelles sont gravés des lions et arabesques. Il est à souligner que si le Lion Mari-Cha, conservé au Louvre Abu Dhabi a longtemps été pensé comme le pendant du Griffon, c’est notamment parce que les incisions décoratives reprennent le même principe, si ce n’est que sur les pattes sont dessinées non pas des lions, mais des oiseaux. 

La réplique in situ, sur le toit de la Cathédrale de Pise
© Wikimedia Commons

Si décrire le Griffon a été une tâche aisée dès qu’il a été descendu du toit de la cathédrale, retracer son histoire a été bien plus complexe. Il faut ainsi attendre le XIXe siècle pour que le Griffon de Pise soit pensé comme une œuvre médiévale islamique ; il était auparavant décrit comme une œuvre étrusque ou romaine. Les textes parlent d’ailleurs alors d’hippogriffe – c’est-à-dire d’une créature fabuleuse certes à tête d’aigle, mais au corps de cheval, contrairement au griffon qui possède un corps de lion. Ce n’est que lorsque la statue est exposée au Camposanto en 1828 que les chercheurs constatent que l’écriture sur ses flancs est une écriture arabe, ce qui leur permet de la relier au monde arabe médiéval. Mais demeurent alors de nombreuses questions, quant à sa datation et sa provenance : tantôt située en Espagne, en Egypte ou en Sicile, elle est considérée comme une œuvre andalouse, une œuvre fatimide ou une œuvre réalisée sous le règne des rois Normands. Le Kufic est toutefois rapidement identifié, si bien que deux aires géographiques demeurent en compétition jusque les années 1990 : l’Espagne et l’Egypte.

Dans son ouvrage Anna Contadini est catégorique : le Griffon de Pise est une réalisation andalouse du tournant du XIIe siècle. Elle est parvenue à ces conclusions par divers moyens, notamment une analyse stylistique précise. Ainsi que la description l’a mis en avant, le corps du Griffon est entièrement décoré : que ce soit par des créatures, des inscriptions ou des décors couvrants répétitifs rappelant les textiles. Elle compare ces derniers aux tiraz, bandes textiles tissées et portées par les membres de la famille royale au niveau des avant-bras afin de les identifier. De fait, ces répertoires iconographiques sont très sophistiqués et rappellent non seulement les tissages sur les textiles de cette même période mais aussi les décors incisés de certaines œuvres, telle que la lampe Montefrío. Par ces comparaisons et l’étude d’autres objets arabo-espagnols, elle découvre alors qu’une partie de cette iconographie a été réalisée par une pièce unique : un type de tampon long, composé de cinq ronds de la même taille au sein d’un cadre linéaire. L’apposition de ce type de tampon, aussi bien sur le Griffon que sur le Lion Mari-Cha ou la lampe Montefrío, absente sur des objets antérieurs ou postérieurs, permet de relier, de manière presque définitive, ces œuvres à l’Andalousie et au tournant du XIIe siècle.

Détail du décor gravé
© Wikimedia Commons

Si le Griffon de Pise et le Lion de Mari-Cha ne sont pas des pendants, ainsi que cela a pu être défendu dans la littérature du XIXe siècle, leurs alliages et leurs techniques de fabrication différant trop, il n’en demeure pas moins qu’ils ont tous les deux la même fonction. Pendant longtemps, ils ont été pensés comment étant des bouches de fontaine : nombreuses dans les jardins andalous elles sont bien connues des chercheurs depuis le XIXe siècle. L’hypothèse de brûleurs d’encens a également été évoquée les concernant. Mais ni l’une, ni l’autre, ne sont possibles : en effet, la gueule du Lion comme celle du Griffon est bien trop fermée pour que des jets d’eau en ait un jour jaillit. Quant aux brûleurs d’encens, s’ils ont pu prendre la forme d’animaux de bronze, ils sont souvent percés de nombreux trous laissant s’échapper la fumée odorante. Or, les seuls trous présents sur les deux statues sont dus à l’érosion ou à des coups de mousquets. Ces deux hypothèses ont donc été rejetées par Anna Contadini.

Selon elle, il s’agit d’automates géants, ou, en d’autres termes, des animaux faisant du bruit grâce à un système de soufflet. Dans le monde byzantin subsistent de nombreuses descriptions concernant les trônes d’empereurs entourés d’oiseaux et de lions en bronze, les uns gazouillant et les autres rugissant en secouant gracieusement leur queue. Il s’agissait d’automates, dans le sens où l’air était soufflé avec une caisse de résonance. Et de fait, au sein des deux statues se trouve un gros soufflet accroché à l’arrière-train, un tuyau descendant vers le centre et l’autre montant au bec ou à la gueule. Cette interprétation des vestiges dans les corps des animaux n’est que très récente et est due à Anna Contadini. Ce qui a permis pendant des décennies à prouver leur fonction de fontaine était en réalité la preuve de leur nature d’automate. Ces deux animaux étaient donc probablement des objets d’apparats, destinés à faire du bruit grâce à de l’air soufflé en travers de leur ventre ; ils devaient faire montre d’un spectacle particulièrement terrifiant.

Installation du Lion de Mari-Cha, de la Mari-Cha Collection Ltd., au Musée du Louvre en 2014, lors de l’exposition « Maroc Médiéval »
© 2014 Musée du Louvre / Antoine Mongodin

Demeure alors la question de savoir comment le Griffon est arrivé sur le toit de la cathédrale et la manière dont il a été envisagé au fil des siècles. Il semblerait qu’il soit un trésor de guerre datant de 1113-1115, lors de la conquête par la République maritime de Pise des îles Baléares et notamment de Majorque. En effet, une ancienne inscription en latin sur la cathédrale de Pise rappelle cette guerre et évoque la distribution des trésors liés, soulignant que les plus beaux ont été exposé au sein de la cathédrale elle-même. Aucune mention n’est faite du Griffon, mais il semble aujourd’hui raisonnable de penser qu’il est arrivé à cette époque et par ce biais en Italie.

Le Griffon a donc pu être installé sur le toit de la cathédrale en tant que trophée de guerre, afin de témoigner du pouvoir de la toute jeune République maritime de Pise sur le reste des îles méditerranéennes. Il a probablement été également pensé comme un symbole royal : la nature même du Griffon, dont le corps combine l’aigle et le lion – deux symboles éminemment royaux, que ce soit en Occident ou en Orient –, était probablement une excuse pour le mettre ainsi en avant. Mais il a également été avancé que cette double nature de l’animal était un moyen de faire référence à la double nature du Christ : le ciel et la terre, le divin et l’humain. Cela expliquerait notamment pourquoi le Griffon a été précisément installé sur le toit de la cathédrale.

Lors de sa mise en place, il ne fait toutefois nul doute que le Griffon a acquis une fonction apotropaïque : lorsque le vent soufflait et faisait résonner au-dessus de la ville et au sein même de la cathédrale les cris de l’animal, il endossait le rôle de gardien terrifiant, à l’image des gargouilles françaises. Cependant, il est à souligner que la dimension christique liée à la double nature de l’animal, tout comme sa fonction de gardien, ne sont documentées qu’à partir du XIXe siècle.

Alicia Basso Boccabella

Bibliographie : 

  • Contadini, Anna (dir.),  The Pisa Griffin and the Mari-Cha Lion : metalwork, art and technology in the medieval Islamicate Mediterranean, Pisa, Pacini Editore, 2018.
  • Site Qantara, “Le Griffon de Pise”, consulté le 05.11.2019,  URL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.