REPOST – Au vu de la situation actuelle à Jérusalem et du risque qu’encourt la mosquée Al-Aqsa, l’une des plus anciennes mosquées du monde Islamique, l’Apami épingle un article publié il y a deux ans. Cet article marquait la (re)naissance de l’association et accompagnait une exposition photographique. Il nous semblait plus qu’adapté de le mettre en avant et de rappeler sa triste actualité.

© Sarah Samya Anfis, Mosquée Al-Aqsa, esplanade des mosquées, Jérusalem-Est, juillet 2017

Architecture : refuge et symbole

 « Menacer, attaquer, détruire et piller le patrimoine, revient à s’en prendre aux fondements même de l’identité des peuples, de l’histoire dans laquelle ils s’inscrivent et des repères sur lesquels ils se construisent. Sans ce patrimoine, c’est l’identité entière d’un peuple qui disparaît, sa mémoire qui s’efface et son avenir qui se trouve compromis. »[1]

            L’exposition Architecture : refuge et symbole, présentée à l’occasion de la journée du Monde Arabe de l’INALCO, offre à voir une sélection de photographies de Zakaria Abdelkafi et Sarah Samya Anfis soulevant la question de l’architecture détruite ou préservée dans les zones de guerre ou politiquement instables. L’architecture, qu’elle soit comprise comme un bâtiment d’habitation ou comme un monument, souffre des vicissitudes de la vie politique et économique. Elle est une marque de l’histoire du pays et des villes. Les photographies de Zakaria Abdelkafi nous entraînent dans la ville détruite d’Alep, tandis que celles de Sarah Samya Anfis nous dévoilent les refuges et les lieux de vie privilégiés par les palestiniens.

            Depuis 2014 les tables rondes, colloques et conférences se sont multipliés sur la question de la reconstruction et du patrimoine en danger. Ainsi, a eu lieu en avril 2014 à Montréal, le colloque Penser la reconstruction de la Syrie : des chercheurs proposent une réflexion et des échanges pour un développement unifié.[2] Autre exemple à Paris, en septembre de la même année, au siège de l’UNESCO, s’est déroulé le colloque international  Le patrimoine irakien en danger : comment le protéger ?

            Si la question de la protection semble d’abord primer, c’est la reconstruction qui devient la principale préoccupation. Ainsi en décembre 2016 à Abu Dhabi, une conférence en faveur de la création d’un fonds pour sauver le patrimoine en péril, s’est déroulée en présence des représentants d’une quarantaine d’États et d’institutions privées. Sont alors décidées la constitution d’un « fond international pour la protection du patrimoine culturel en péril en période de conflit armé »[3] et la création d’un « réseau international de refuges pour sauvegarder de manière temporaire les biens culturels mis en péril par les conflits armés ou le terrorisme. »[4] Le 28 avril 2017 a eu lieu le colloque Moyen-Orient : Enjeux et marchés du patrimoine artistique. Un patrimoine mondial de l’humanité en péril à Paris, sur les défis de la protection du patrimoine artistique.[5] Au mois de novembre, la conférence Reconstruire Alep[6] a mis en avant l’urgence de la reconstruction et l’importance du chantier à venir.  Enfin, en janvier 2018 s’est tenue la conférence « Endangered héritage in Syria, the role of new technologies » à la Sorbonne Abu Dabi, ainsi que celle sur la reconstruction de l’Irak organisée au Koweit en février.[7] Cette liste non exhaustive montre l’intérêt international pour cette question, c’est pourquoi nous avons consacré cette journée d’exposition à ce sujet.

            Cet article tend à mettre en avant les principales problématiques liées à la reconstruction des bâtiments détruits ou les monuments culturels endommagés par les conflits armés et notamment la place de l’architecture dans la vie quotidienne et culturelle. Quels sont les dommages causés par les conflits armés ? Comment envisager la reconstruction ? Doit-on reconstruire, ou réinventer ?

L’habitation et le monument

            Les conflits armés qui ont éclaté au Moyen-Orient ces dernières années ont mis en danger le patrimoine architectural de ces régions. L’économie urbaine a été gravement touchée dans les villes les plus importantes de Syrie[8], alors qu’avant l’éclatement des conflits, Alep, Homs, Damas et Rural Damas, étaient les villes les plus importantes, supportant 53% du stock résidentiel du pays.[9] Après des années de guerre, ces villes ont été en grande partie détruites. Ainsi, le secteur du logement est le plus touché par les conflits[10] : la ville d’Alep serait par exemple détruite à 75%.

            Pourtant ce sont les destructions des monuments historiques qui émeuvent la communauté internationale. Le monde a de fait regardé avec angoisse les destructions perpétrées par l’EI à Palmyre, dans le musée de Bagdad, ou lors de la destruction du vieux souk d’Alep datant du XVIe siècle.[11] Marwa Al-Sabouni, architecte syrienne, se questionne sur ces différences de perception et émet l’hypothèse selon laquelle le patrimoine est la source d’une identité.[12]

            Lors du colloque Les rendez-vous de l’histoire du monde arabe, à l’Institut du monde arabe, en 2015, les intervenants ont rappelé que « la civilisation de la Mésopotamie concerne l’ensemble de l’humanité, puisque sa région a vu naître l’écriture mais également les premières villes » et que « aujourd’hui, l’État islamique cherche donc à « éradiquer la sève d’un peuple. » »[13]

            Hamed al-Hammami, représentant de l’UNESCO au Liban et en Syrie, a quant à lui été chargé d’inspecter les dégâts causés à Palmyre suite à la reconquête de la ville. Le temple Bêl (construit en 32 de notre ère) et le temple de Baalshamin (construit en 17 de notre ère) ont par exemple été détruits à l’explosif. Le site aurait été préservé à 80% selon les observations de l’UNESCO, mais les 20% maintenant disparus sont les monuments les plus emblématiques, symboles du lien entre les cultures locales et gréco-romaines, un pont entre passé et présent. Les pillages et fouilles illicites ont par ailleurs encore aggravé la situation du site.[14]

            Face à cette différence de traitement médiatique entre les villes et les sites archéologiques, de nombreux artistes syriens tentent d’éveiller l’intérêt et la compassion de la communauté internationale avec des œuvres nostalgiques et terribles. À l’image du festival « Syrien n’est fait », créé par les ONG ASML/Syria (Association de soutien aux médias libres créées en 2011) et CODSSY (Collectif de développement et secours syrien qui regroupe plusieurs autres associations), mettant en avant la réalité de la vie en Syrie à travers des créations artistiques.

            Ainsi l’œuvre de Moustafa Jano, photographe syrien, originaire d’Alep, installé en Suède, représente par exemple une image de la Syrie avant et après le conflit dans Syria Before and After. Une ville syrienne en ruines et dans le reflet de l’eau, la ville telle qu’elle fut avant la guerre, comme l’évocation d’un souvenir.

Moustafa Jano, Syria Before and After, photographie, 2017 ©Moustafa Jano

Penser la reconstruction

            La question soulevée par Marwa Al-Sabouni est donc simple : faut-il tout reconstruire ? Selon elle, il est important de laisser une partie de cet héritage culturel en ruine afin de rappeler la situation politique et militaire du pays. Les ruines témoignent de l’histoire de la Syrie.[15]

            Pour d’autres architectes la reconstruction des logements ne peut être mise en œuvre que dans une logique de restauration de la paix. Dans le cas contraire l’approvisionnement des chantiers en matériaux devient difficile, l’accès aux zones encore en conflit impossible, le financement presque inexistant du fait de la guerre.[16] Malgré ces difficultés matérielles concrètes, la question de la reconstruction a déjà été soulevée, puisque de nombreuses initiatives internationales et syriennes élaborent aujourd’hui des projets prenant en compte les deux possibilités.

            Par exemple, depuis 2013 un collectif architectural de Syrie, Qibaa Studio, réfléchit à une stratégie de logement en utilisant les ressources locales et une approche vernaculaire. Son but est de « préserver la culture syrienne tout en utilisant et développant les capacités locales. »[17] Pour une majeure partie des participants, les efforts de reconstruction ne peuvent être reportés à un avenir « post-conflit. » Ainsi de nombreux architectes syriens mettent en avant l’urgence de la reconstruction indissociable de la protection des civils.[18]

            Cette urgence se retrouve dans l’ouvrage The Battle for Home : Memoir of a Syrian Architect de Marwa Al-Sabouni, architecte syrienne, qui propose d’utiliser les gravas des bâtiments détruits pour reconstruire, en limitant ainsi l’impact financier déjà important. Elle prône également une réappropriation, une réinvention de l’architecture syrienne, en proposant une nouvelle réflexion sur l’architecture de son pays. Pour elle, il n’est pas nécessaire de reconstruire tous les anciens bâtiments coloniaux, par exemple, ni même de chercher à créer une architecture « arabisante. »[19]

            Maya Roula, professeure et experte en habitat et développement urbain auprès des Nations Unies et Rémi Baudoui, professeur en science politique et relations Internationales, se montrent également en faveur d’une reconstruction écologique et de développement durable.

            L’initiative Sketch for Syria, composée d’ingénieurs et architectes syriens et basée au Liban, a quant à elle organisé un concours d’architecture afin de réfléchir sur la reconstruction. Les conceptions lauréates ont été présentées le 18 janvier 2017 à la Maison de l’ONU à Beyrouth. L’appel fut lancé en février 2016 aux architectes et artistes syriens et internationaux pour « penser la Syrie d’après-guerre »[20]. L’initiative a recueilli près de 200 propositions (dont 85 propositions syriennes) provenant de 26 pays arabes et étrangers. Les esquisses proposées mettaient en avant l’utilisation d’une architecture écologique, utilisant les ressources naturelles de la Syrie. Les croquis, comme ceux d’Amer al-Issa (lauréat du concours) et Alaa Al-Khatib, ont proposé des architectures préservant le caractère d’Alep, son patrimoine, tout en ajoutant un réseau ferroviaire connectant les régions, des transports à énergie solaire, le recyclage des eaux usées au profit de l’agriculture, la réhabilitation des souks, etc. Le tout, mis en avant par une architecture syrienne repensée valorisant les savoir-faire locaux.[21]

            Un autre concours intitulé « Syria : postwar housing competition », organisé par Matter Better, a été lancé sur internet en février 2016. Il demandait aux participants de penser à une reconstruction nationale, en proposant des typologies qui puissent être intégrées partout en Syrie pour répondre rapidement à la crise du logement. Les propositions réunies ont mis en avant la différence de conception entre les projets syriens et les projets provenant d’autres régions du monde. Si les architectes syriens se sont globalement plus intéressés à une reconstruction à mener avant que le processus de paix soit engagé, tout en proposant des solutions adaptées aux conditions de vie actuelles et futures (habitations mobiles, reconstruction partielle des villes), les architectes d’autres origines se sont quant à eux montrés en faveur d’une reconstruction post-conflit. Il est enfin à noter que la grande majorité des propositions provenaient principalement d’Europe et « [qu’]aucun architecte syrien ou moyen-oriental n’a fait partie du jury qui était principalement composé d’Européens, de Russes et d’Américains. »[22]

            Il est par ailleurs à noter qu’un rapport de l’ESCWA[23] met en garde contre une reconstruction trop rapide, mettant en avant qu’une reconstruction en temps de paix et prenant en compte l’impact environnemental, sera plus bénéfique.

            Enfin, qu’en est-il du traitement à apporter aux sites historiques ? Il a été considéré que le plus urgent était de renforcer les sites en danger. Ainsi, la mosquée de Damas, dont les piliers avaient été fragilisés, ont été consolidés en attendant une restauration ultérieure. Sous la supervision de l’UNESCO les principaux sites archéologiques et monuments historiques accessibles sont ainsi renforcés, préservés, en attendant qu’un plan de reconstruction ne soit validé par le Comité du patrimoine mondial. Dans cet objectif de conservation préventive par l’urgence, le projet « Syrian Heritage » crée actuellement une banque de données des monuments syriens. Les sites et monuments sont référencés, grâce à des plans et des photos attestant de l’état des bâtiments avant et après les destructions. Quel que soit le projet adopté par l’UNESCO, l’importance de la culture, de l’histoire ancienne et contemporaine est donc au cœur de la question de la reconstruction syrienne.

            Toutefois, tout ne peut être reconstruit. Les monuments soufflés par les explosions comme le temple de Bêl, sont dans un tel état que la restauration ne suffit pas. Ces bâtiments dont il ne reste aujourd’hui que de la poussière sont par ailleurs un témoignage malheureux mais essentiel de l’histoire contemporaine.

L’exposition 

            L’importance de la problématique de la reconstruction des architectures syriennes, l’intérêt des institutions internationales mais également des artistes, architectes syriens et du monde pour celle-ci, nous ont amené à vous présenter cette exposition. De nombreuses questions demeurent encore sans réponses, et les projets cités ne sont pas les seuls existants. Il est cependant fondamental aujourd’hui de mettre en lumière le parallèle entre les habitations et les monuments historiques, entre besoins   présents et préservation du passé, afin de reconstruire avec de nouvelles idées mais également de nouveaux idéaux.

Solene Al Wardi

[1] François Hollande, Déclaration finale de la Conférence internationale d’Abu Dabi sur la protection du patrimoine en péril, Abu Dabi, décembre 2016.

[2] Colloque organisé par l’association Ila Souria qui organise des colloques scientifiques internationaux et multidisciplinaires et dont le premier fut organisé à l’Institut du monde arabe de Paris en octobre 2013.

[3] Présidence de la République, service de presse, Déclaration finale de la Conférence internationale d’Abu Dabi sur la protection du patrimoine culturel en péril, Co-présidée par le Président de la République, François Hollande et S.A. Cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, décembre 2016.

[4] Ibid.

[5] Colloque organisé par les associations étudiantes MAYDANE et CEJART, se tenant à l’Université Panthéon  Paris II.

[6] Colloque organisé par ICONEM se tenant au théâtre de la Comédie Française, le 3 novembre 2017.

[7] AFP, 8 janvier 2018, « Mehdi Al-Alaq, secrétaire général du Conseil des ministres de l’Irak a déclaré qu’une étude de terrain menée conjointement par Bagdad et la Banque mondiale avait estimé le coût de la reconstruction à au moins 100 milliards de dollars. »

[8] Maya Roula, Baudoui Rémi, « L’impact du conflit syrien sur les acteurs du logement et des villes », Grotius International, 2 juin 2015.

[9] Ibid.

[10] Ibid.  « 400 000 logements ont été totalement détruits à la fin de 2012. Le chiffre atteint les 791 352 logement à la fin 2014. […] 10% et 15% des stocks résidentiels sont endommagés chaque année. Environs 45% du stock résidentiel syrien est aujourd’hui devenu obsolète. »

[11] Al-Sabouni, Marwa. The Battle for Home : Memoir of a Syrian Architect, Thames and Hudson Ltd. New York, Edition du Kindle, 2016, emplacement 128-130.

[12] Ibid.  « Grief over the violence that ISIS has perpetrated on ‘innocent’ ancient buildings can be viewed against reactions towards the mass destruction of entire cities. Why is it that ancient sites mean so much to all of us? Why is a scratch on a column in Palmyra of more consequence than the destruction of an entire concrete building ? » emplacement 136 – 138.

[13] Desmarais France, André-Salvini Béatrice, Grandpierre Véronique, Dawod Hosham, Ces villes que l’on massacre, débat dans le cadre du colloque « Les rendez vous de l’histoire du monde arabe », première édition : la ville, à l’Institut du monde arabe, Paris, le 7 juin 2015. Compte rendu de Louise Plun.

[14] Jérémie Maire, « Palmyre : ne pas tout reconstruire pour ne pas oublier », Arts & Scènes, Télérama, Paris, 31 mars 2016.

[15] Al-Sabouni, Marwa. The Battle for Home : Memoir of a Syrian Architect, Thames and Hudson Ltd. New York, Edition du Kindle, 2016, « Buildings do not lie to us : they tell the truth without taking sides. Every little detail in an urban configuration is an honest register of a lived story. » emplacement 120-122.

[16] Maya Roula, Baudoui Rémi,  « L’impact du conflit syrien sur les acteurs du logement et des villes », Grotius International, 2 juin 2015.

[17] Zekavat Sina, « Syrie, la bataille des idées autour de la reconstruction », Global Voices, Le courrier de l’architecte, 8 novembre 2017.

[18] Ibid. Zekavat Sina.

[19] Ibid. Al Sabouni, Marwa, « I suggest that the failure to create architecture that can constitute a home for its users stems from a loss of identity, which in turn has causes that go deep into the psychology of our people. » Emplacement 130.

[20] Luna Rajab, architecte et coordinatrice de Sketch for Syria.

[21] Nohad Topalian, « Les ingénieurs planchent sur l’avenir de la Syrie », Al-Mashareq, Beyrouth, 15 février 2017.

[22] Zekavat Sina, « Syrie, la bataille des idées autour de la reconstruction », Global Voices, Le courrier de l’architecte, 8 novembre 2017.

[23] Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale, commission des Nations Unies  créée en 1973 et dont le siège social se trouve à Beyrouth, au Liban.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.