Marionnette de théâtre d’ombres, Homme portant un plateau

Image : GEORGE Alain F., “The Illustrations of the Maqâmât and the Shadow Play”, Muqarnas, Vol. 28, 2011, p.5 (© Amabilité du Musée)

Marionnette de théâtre d’ombres, Homme portant un plateau, Egypte, XIVème – XVIIIème siècle, Cuir et tissus colorés découpés, ca. 84 x 25 cm., Offenbach am Main (Offenbach-sur-le-Main, Allemagne), Ledermuseum (Musée Allemand du Cuir) – pas de numéro d’inventaire connu.

Le théâtre d’ombres est considéré comme appartenant à la catégorie des « arts populaires » et à ce titre il n’est que rarement étudié. Dans le contexte des arts islamiques, les vestiges sont rares, les matériaux étant périssables, de nombreux corpus de marionnettes ont disparu.

Pourtant, le théâtre d’ombres est attesté en Egypte dès le VIIème siècle et c’est également en Egypte que l’orientaliste allemand Paul KAHLE a découvert le plus important corpus de marionnettes conservé, dans un petit village de la vallée du Nil. Sur des critères stylistiques, il a attribué les 180 marionnettes et fragments découverts à la période Mamelouke. Des recherches plus récentes ont permis de démontrer qu’ils étaient antidatés et ainsi d’établir une nouvelle datation aux environs du XVIIème voire du XVIIIème siècle.

Réalisée dans une pièce de cuir tannée et travaillée jusqu’à la quasi transparence, ce personnage, un homme tenant sur sa tête un plateau, se présente de profil. Ses vêtements, son visage et les accessoires qui l’accompagnent sont ajourés d’une multitude de décors géométriques, tous différents, délimitant différentes parties de son anatomie. Bien que le dessin apparaisse quelque peu gauche, les découpes sont extrêmement fines et régulières, animant l’intégralité de la figure. Le personnage est stylisé cependant les articulations de ses genoux et de ses chevilles sont marquées et l’inclinaison du plateau, suivant le regard du personnage, dynamise l’ensemble. Les couleurs sont très rares sur ce genre de silhouettes : elles étaient utilisées mais ont souvent disparu avec le temps. Ici, les carafes du plateau sont comme remplies de liquides rouge et bleu, rendant la scène plus vivante.

L’exemple de cet Homme portant un plateau est significatif quant à la particularité de ces marionnettes : elles sont planes, en deux-dimensions. Il ne s’agit en réalité que de silhouettes vues de profil, plaquées à l’arrière d’un écran de tissu blanc lui-même éclairé afin de projeter leurs ombres et que celles-ci apparaissent aux yeux des spectateurs assis devant l’écran. Bien que l’œil n’ait pas besoin de distinguer tous les détails des corps pour comprendre le déroulement de l’histoire, ces silhouettes sont très travaillées. La majorité de ces personnages étaient articulés.

Ces marionnettes faisaient partie du quotidien des habitants des grandes villes tout autant que des petits villages, les spectacles animaient toutes les fêtes, privées ou publiques, les marchés, les foires. Elles appartenaient à l’héritage collectif et étaient appréciées à ce titre. L’examen plus complet de ce type d’œuvre permettrait d’appréhender l’histoire de la représentation figurée en terres d’Islam sous un nouvel angle.

Éléonore Belin

Sélection bibliographique :

BAER Eva, The human figure in Islamic Art : Inheritances and Islamic Transformations, MAZDA Publishers, Costa Mesa, 2004.

ETTINGHAUSEN Richard, La peinture arabe, Genève, Skira, 1977.

GEORGE Alain F., “Orality, Writing and the Image in the Maqâmât: Arabic Illustrated Books in Context,” Art History, Vol. 35, N°1, 2012.

GEORGE Alain F., “The Illustrations of the Maqâmât and the Shadow Play”, Muqarnas, Vol. 28, 2011, p. 1-42.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.