Céramique glaçurée turquoise « Modèle de maison »

Modèle de maison 
Iran, probablement Kachan
XIIe – XIIIe siècle
Céramique glaçurée turquoise
H. 5 cm ; L. 15,9 cm ; P. 10,8 cm 
© Victoria & Albert Museum, Londres, 2017

La céramique est sans aucun doute l’un des médiums les plus largement représentés au sein des collections d’arts islamiques. Elle illustre en partie la grande diversité des arts de l’Islam à travers la pluralité des matières, des techniques, ainsi que des décors choisis. Utilisée à des fins utilitaires mais aussi décoratives, elle connaît à la fin du XIe siècle un essor particulier. Les céramistes, devant faire face à une demande croissante, innovent dans les formes sculpturales et élargissent le répertoire des compositions. 

Cet objet, produit en Iran et aujourd’hui conservé au Victoria & Albert Museum, fait partie d’un corpus vraisemblablement originaire de la région de Kachan en Iran, et produit sur une période relativement courte, entre 1150 et 1250, correspondant à la fin du règne de la dynastie Seldjoukide, et jusqu’à l’invasion de la région par les Mongols. Ces céramiques présentent pour la plupart un plan standard consistant en une boîte rectangulaire avec un toit plat faisant partiellement saillie sur l’espace central, créant ainsi une « cour » entourée d’un couloir peu profond. 

Dans la cour intérieure de l’édifice présenté, siègent neuf personnages. Certains portent leurs bras à leurs visages, tenant une coupe entre leurs mains, tandis que d’autres tiennent des instruments de musique. Au centre prennent place deux jarres ainsi qu’une table, ornée de sept monticules de forme ovoïde, celui placé au centre ayant une forme pyramidale. Le décor de la table n’est pas sans rappeler les haft sin, sept aliments présentés lors des fêtes de Nowruz, le nouvel persan. 

Cet objet est recouvert d’une glaçure monochrome turquoise. L’usage de cette dernière est caractéristique de la période couvrant la fin du XIe siècle jusqu’au début du XVIe siècle. Les céramiques glaçurées monochromes ne sont pas inconnues en terres d’Islam, car elles sont attestées dans la région depuis le VIe siècle, mais un nouveau corps de céramique plus fin, acquis lors de nouvelles expérimentations, permet la production d’objets aux effets plus brillants.

Véritable énigme pour les chercheurs, le corpus est constitué de plus de soixante-dix modèles d’architecture dispersés dans de nombreux musées et collections privées. L’iconographie de ces modèles de maison est composée de plusieurs thèmes : le banquet, la danse, la musique, mais aussi les animaux.

Tous ces éléments peuvent être reliés à des fonctions rituelles de protection et de bénédiction pour le propriétaire et bénéficiaire, faisant probablement de ces objets des présents lors des fêtes importantes de l’année telles que le nouvel an, un mariage ou une naissance.

Estelle Labat

Bibliographie sélective :

GRAVES, Margaret, « Ceramic house models from medieval Persia : domestic architecture and concealed activities », The British Institute of Persian Studies, 46, 2008. pp. 227 – 251. 

ERDMANN, Hanna, « Keramische Erwerbungen der Islam­ischen Abeteilung, 1960-1963 (Zweiter Teil) », Berliner Museen, Berichte aus den ehemaligen Kunstsamm­lungen, N.F. 15/2, Berlin, 1965. pp. 35-45.

SCERRATO, Umberto, « Hausmodelle », Quaderni di Vicino Oriente, 7, vol. 1, Rome, Université Sapienzà, 2014. pp. 14-46. 

Site du V&A


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.