JAVA ART ENERGY, exposition à l’Institut des Cultures d’Islam (ICI), Paris – 27/09/18 au 24/02/19

©Marc Domage

Vous l’avez ratée ? L’APAMi vous en parle !

À travers cette exposition, l’ICI sort des sentiers battus et explore une production contemporaine peu connue et peu convoquée lorsqu’il s’agit de parler des « arts de l’Islam », à savoir l’Indonésie et plus particulièrement la scène contemporaine javanaise. Cette exposition présente un éventail assez diversifié d’œuvres d’art, avec 13 artistes exposés. Certaines oeuvres étaient pour la première fois montrées en France et d’autres avaient été créées spécialement pour l’exposition.

L’espace d’exposition est tributaire de l’architecture de l’ICI. Il s’agit d’un établissement culturel de la ville de Paris, divisé en deux espaces principaux : l’ICI Léon (Rue Léon) et l’ICI Stephenson (Rue Stephenson) – aussi, l’exposition est partagée sur ces deux espaces comportant respectivement 3 et 2 salles.

Pour faciliter la lecture des œuvres exposées et la compréhension de cette exposition, placée sous le commissariat de Bérénice Saliou, le choix d’une présentation thématique a été fait, ce qui se prête très bien à l’espace disponible. 

L’exposition commence donc Rue Stephenson : elle s’ouvre sur une frise chronologique imagée qui retrace l’histoire de Java et de l’Indonésie – avec l’arrivée des premiers peuplements au IIIème millénaire, l’arrivée de l’Islam au XIIIe siècle, puis la période moderne et contemporaine afin de familiariser le visiteur avec cette région du monde. 

À travers quatre sections, le spectateur découvre la place de l’islam à Java (1. Islam et Société – 2 salles), l’omniprésence de la Nature sur l’île et l’urgente nécessité de la protéger (2. Terres en danger – Hall d’entrée) et se familiarise avec l’histoire coloniale du pays (3. Un passé douloureux – Double salle). La dernière section (4. Nature et Spiritualité – Double salle) – semble quelque peu reprendre les questionnements de la seconde.

Islam et Société

Par le biais du détournement ou de l’ironie, les artistes de la première section évoquent des thèmes tels que le respect des traditions, l’islamisation de la société ou encore le lien religion et éducation.

Introduit sur l’île au XIIIe siècle, l’islam est aujourd’hui la religion majoritaire sur l’île et l’Indonésie est le premier pays musulman au monde en nombre de fidèles (près de 90% de la population). La philosophie d’état, la Pancasila, reste neutre vis à vis des différentes confessions présentes sur l’île. Cependant depuis le XIXe siècle, l’islam est critiqué, des groupes radicaux prônent la charia et de plus en plus d’attentats sont à déplorer.

Nous souhaitions vous proposer un focus sur l’œuvre Ustartz : Bincang Seputar Syari’Art, de Yovista Ahajida. 

https://www.institut-cultures-islam.org/wp2014/fichiers/uploads/2018/10/yovista-ahtajida2.jpg
©Marc Domage

Dans cette vidéo face caméra, l’artiste, déguisé en ustadh (professeur de religion) dénonce les dérives liées au phénomène de « télévangélisme ». Grâce à des sermons conçus par et pour la télévision, certains de ces professeurs, n’ayant pas toujours de formation coranique, deviennent des stars et sont sollicités dans toutes sortes de domaines. L’artiste tient des propos contradictoires, notamment sur l’art ou le marché de l’art (des livres sont d’ailleurs mélangés avec des textes religieux au premier plan), et met ainsi en garde contre l’absurdité de ces propos et contre le risque de propagation de ce genre d’idées.

Terres en danger : Hall d’entrée

Comme un cri d’alerte, le hall d’entrée regroupe quatre œuvres monumentales, traitant de l’exploitation à outrance des ressources naturelles de Java qui menace l’écosystème, la biodiversité mais aussi les lieux sacrés.

Avec 150 millions d’habitants, Java fait face à deux défis : celui du développement humain et corollairement celui de la préservation de l’environnement. Aussi, dans les œuvres qui se trouvent présentées, les artistes affirment autant le rôle de victime de l’homme que sa responsabilité.  

On ne peut passer à côté de ces grands formats sans être nous même touchés par cette problématique. 

https://www.institut-cultures-islam.org/wp2014/fichiers/uploads/2018/10/eko-nugroho-eddy-susanto-maryanto.jpg
Vue du Hall d’entrée ©Marc Domage

Un passé douloureux

Cette section est représentée par une double salle où la thématique du passé et de la gestion/compréhension des temps historiques est traitée par différents artistes, marqués par un devoir de mémoire difficile à accomplir.

Le renvoi des œuvres à des périodes historiques peu, voire pas connues, et peu contextualisées, rend leur lecture souvent complexe, aussi cette section sera illustrée ici par une installation que particulièrement marquante.

High Tea, Performance de Mella Jaarsma, 2014

Résultat de recherche d'images pour "Mella Jaarsma tea"
©2018 Tinuku.com

À la fin du XVIe siècle, les Néerlandais débarquent à Java et créent la Compagnie des Indes Orientales (abrégée VOC pour Vereenigde Oost-Indische Compagnie). Ils exploitent les ressources, nouent des alliances avec les gouverneurs locaux et développent une véritable politique coloniale. Le thé est principalement introduit en Europe par la VOC au XVIIe siècle et comme la majorité des épices et autres richesses naturelles, il est exploité par les Néerlandais, les populations n’ayant droit qu’aux brisures de feuilles, impropres au commerce.

À travers sa performance-installation, Mella Jaarsma souligne, qu’encore aujourd’hui, les meilleures productions de thé sont exportées et que les populations locales ne peuvent en profiter. 

On retrouve dans la vidéo des ramasseurs de feuilles de thé passant entre les rangées de feuilles à récolter avec des théières peintes dans le style « Mooi Indië » (Belles Indes), typiques de l’époque coloniale, également présentées sur des étagères au sein de l’exposition. Ces décors peints prolongent aujourd’hui une sur-exotisation du pays, qui ne rend pas compte de la réalité, qu’elle soit passée ou présente. 

Dans cette salle, à travers d’autres œuvres et installations, sont également évoqués le régime teinté de communisme du président Sukarno, le coup d’état du général Soeharto et le massacre de masse qui s’ensuivit, l’un des pires du XXème s.

Nature et Spiritualité

Cette section clôture l’exposition en reprenant en quelque sorte deux thèmes que nous avons pu explorer sous d’autres angles dans les sections 1 et 2 à savoir la nature et la religion. En effet, sur l’île de Java la majeure partie des religions du monde sont représentées (islam, hindouisme, bouddhisme, catholicisme, protestantisme et autres religions traditionnelles) et dans un territoire où la jungle est omniprésente, la question de la spiritualité, plus que la religion, est indissociable de la nature. Dans les légendes, c’est dans la jungle que le héros se retire pour devenir meilleur et des motifs comme l’arbre, la montagne ou le volcan sont les métaphores du pouvoir spirituel, qu’utilisent largement les artistes.

Conclusion et critique 

Il est intéressant de constater, à travers cette exposition, le déplacement du centre de gravité des cultures d’Islam. Dans le monde de la recherche comme dans celui des expositions, une nouvelle place est désormais accordée aux « marges » des territoires islamiques, trop longtemps délaissés. L’arrivée de l’islam en Indonésie est un phénomène à comparer avec les traditionnelles conquêtes musulmanes du VIIe siècle. Le syncrétisme qui s’est produit avec les populations déjà sur place est néanmoins différent de celui que l’on peut côtoyer au Proche et Moyen-Orient. Dans notre société contemporaine, l’Indonésie montre que si islam et démocratie peuvent se conjuguer, l’équilibre demeure toutefois fragile et cette exposition rend visible l’engagement des artistes contre les dérives de toutes sortes. En faisant connaître et reconnaître la diversité du monde islamique, l’ICI exprime l’énergie de la création contemporaine à Java.

Le plus de l’ICI : l’organisation de toutes sortes d’événements parallèles (débats, concerts, dégustations, etc) autour de l’exposition et qui illustrent une fois encore cette énergie javanaise.

Le moins : l’architecture qui déroute beaucoup et accentue la difficulté de compréhension, contrebalancée par des explications, courtes mais précises des œuvres et des espaces.

Un autre point critique pourrait être un manque de contextualisation historique (malgré la frise chronologique), peu rappelée au cours de l’exposition. 

Pour plus d’informations vous pouvez consulter le DP en ligne !

Eléonore BELIN


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.