Troisième Biennale des photographes du Monde Arabe Contemporain à l’Institut du Monde Arabe – 11/09/19 – 24/11/19 (Prolongation jusqu’au 01/12)

Affiche de l’exposition

Vous l’avez raté ? L’APAMi vous en parle !

Pour la troisième année consécutive, l’Institut du Monde Arabe (IMA) et la Maison Européenne de la Photographie (MEP) se sont associés à la rentrée pour proposer la troisième édition de la Biennale des Photographes du Monde Arabe contemporain. Cette manifestation se déroulait dans sept autres lieux parisien : la Cité internationale des arts où l’Égypte était à l’honneur avec « Hakawi, récits d’une Égypte contemporaine » ; la Mairie du 4e arrondissement où un « Aller, retour » vers l’Algérie était signé Lynn S.K ; la Galerie Clémentine de la Féronnière où trois expositions traitaient du Maroc ; tout comme la Galerie Graine de Photographe ; la Galerie Agathe Gaillard exposait « Le Don », autour des rites ancestraux liés à l’islam ; la Galerie XII exposait des photographies d’ « Un Orient alors en paix » ; et la Galerie Basia Embiricos proposait une plongée dans la région syro-libanaise du 11 septembre au 24 novembre 2019. 

À l’IMA cette année, le Liban était à l’honneur, même si des artistes de toutes origines étaient présentés, tous portant un regard sur le monde arabe contemporain, comme le souhaite et le promeut l’institution depuis le lancement de ce projet en 2015. Cette diversité de pratique photographique reflète parfaitement un pays comme le Liban. Gabriel Bauret, commissaire général de la Biennale, le mentionne ainsi : 

« Il est difficile d’identifier un artiste libanais à travers une forme photographique ! Ce qu’on reconnaît en revanche, c’est le type de propos qui anime ces artistes. Y compris ceux qui ont quitté le Liban. »

Gabriel Bauret, commissaire général de la Biennale
© Eléonore BELIN

Une vingtaine d’artistes sont exposés sur deux étages, sur des cimaises claires, qui semblent émerger de l’obscurité noire provoquée par les couleurs des fonds, des plafonds et des sols. Les différentes sections, chacune dévolue à un artiste, dialoguent largement, tout en formant des espaces refermés sur eux-mêmes.

© Eléonore BELIN

La guerre au Liban (1975-1990) a durablement marqué les esprits et les photographes. Deux visions semblent s’opposer et en réalité se complètent : le besoin d’entretenir le devoir de mémoire autour d’un patrimoine architectural perdu et celui de montrer les ravages du conflit, ont nourri largement les productions. Néanmoins, une nouvelle génération se réapproprie cette histoire douloureuse et la traite de manière sous-entendue, s’en détache également et aborde de nouvelles problématiques.

Dès l’entrée de l’exposition, le visiteur est frappé par le travail de Lamia Maria Abillama qui présente, sur des tirages couleurs grands format, une série de portraits féminins, dans leurs intérieurs. Un détail attire l’œil : ces femmes portent des uniformes militaires ; ces-derniers incarnent l’infiltration de la guerre dans les moindres recoins de la vie des Libanais. 

Détail de la série de Lamia Maria Abillama
© ELéonore BELIN

À travers des travaux comme ceux de Tania Traboulsi et ses diptyques entre ses deux pays (le Liban et l’Autriche) ou le carnet de voyage d’Omar Imam, les questions des réfugiés, de la diaspora libanaise et de la jeune génération apparaissent très présente. Cette génération est également la source d’inspiration de Myriam Boulos, artiste qui est à l’affiche de la Biennale et qui plonge au cœur de la vie underground de Beyrouth.

© Eléonore BELIN

Le devoir de mémoire et la manière dont l’incarne la jeune génération guident le spectateur au sein d’un parcours en deux temps : une première séquence plutôt à caractère documentaire et une seconde centrée sur la fiction, où les artistes expriment leurs questionnements loin des contraintes du réalisme, cultivent une imagination et un ailleurs qui peuvent prendre des formes diverses comme le photomontage ou le collage numérique.

Aussi, le deuxième sous-sol oscille entre rêve et réalité : les ruines de Beyrouth servent de théâtre à une fiction policière sombre et inquiétante chez Lara Tabet (Underbelly) ; les anciennes photographies de famille animent le travail de François Sargologo (Beyrouth Empire).

Le sous-titre de l’exposition suggère bien cette « autre réalité » présentée ici.

Détail de la série Beyrouth Empire, F. Sargolo
© Eléonore BELIN
Vue de la série Underbelly de Lara Talbet
© Eléonore BELIN

Conclusion et critique : 

Cette exposition a sans doute permis, à travers la production artistique variée, d’envisager une nouvelle renaissance du pays. En souhaitant parler du « monde arabe » en multipliant les regards, le défi semble relevé.

Les plus : 

– la présentation de l’exposition et la rencontre avec les artistes François Sargologo et Myram Boulos (Jeudis de l’IMA 12/09/19, « De l’Intranquillité », avec Béatrice Andrieux)

– la mise en perspective du travail d’artistes ayant connu la guerre et des plus jeunes qui se réapproprient ce lourd héritage

– l’approche thématique mais pas pour autant fermé

– la mise en avant du médium photographique, trop souvent mis à part 

Eléonore BELIN


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.