Aiguière à tête de coq

Image : Une vue de l’aiguière à tête de coq au Louvre, © commons wikimedia

Aiguière à tête de coq, Iran, XIIIe siècle, Céramique siliceuse. Décor ajouré, gravé et peint sous glaçure transparente colorée, H. : 39,5 cm. D. : max 20,4 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts de l’Islam, MAO 442.

Dès les débuts de l’empire musulman, la céramique a été un art privilégié. À partir de techniques déjà connues, les potiers ont tenté de créer des œuvres qui soient uniques. Cette quête de perfection se retrouve notamment au sein de l’aiguière dite à tête de coq, aujourd’hui conservée au musée du Louvre. Datée du premier quart du XIIIe siècle, elle aurait été réalisée sous la dynastie des Seldjoukides (1037-1194), entre autres connue pour son généreux mécénat.

            Cet objet appartient à un petit groupe de céramiques dites à décor “réticulé”. Ce terme technique recouvre un processus permettant de créer des objets avec une paroi interne étanche, recouverte d’une enveloppe dont le décor est largement ajouré. Toutefois, ce n’est pas tant le système de double paroi qui est ici intéressant, que la grâce de l’objet en lui même. La partie supérieure représente une tête de coq aux yeux mis en relief par de petits cercles concentriques ; le liquide était déversé à travers son bec. La panse, qui repose sur la paroi interne est non seulement ajourée, mais également peinte en noir de délicates petites têtes humaines et animales. L’intégralité de l’aiguière est par ailleurs recouverte d’une glaçure semie opaque, colorée en bleu.

            Outre le décor peint, deux formules en persan ont été gravées sur un très fin engobe noir au niveau la partie inférieure du col et de la panse. Si la première est illisible, la seconde prend la forme d’une formule dédicatoire : “Que le Créateur protège son possesseur en tout lieu…”. L’inscription de telles formules sur les objets d’usage courant remonte, entre autres, aux plats et assiettes blanche et décors noirs produits à Samarcande entre les IXe et Xe siècles. Il s’agissait de souhaiter la bonne fortune au propriétaire de l’objet, ou bien, de lui souhaiter protection divine.

            Enfin, à l’instar de ces formules, l’utilisation d’une tête de coq pour réaliser la partie supérieure de l’aiguière n’est pas spécifiquement novatrice : en Iran, le coq est en effet considéré comme un animal pouvant protéger de la malchance et Nizami lui-même évoque des aiguière à vin à têtes de coq au sein de ses poèmes. Quant à l’iconographie elle-même, on a longtemps voulu voir dans l’iconographie utilisée pour le décor peint une référence à l’arbre waq waq, arbre légendaire portant en guise de fruits sur ses branches des têtes humaines. Mais elle peut également faire référence à “l’arbre qui parle” mentionné dans le Shahname (Livre des Rois) de Ferdowsi, écrit quelque siècles plus tôt. Bien qu’encore en partie mystérieuse, cette aiguière du musée du Louvre permet toutefois de comprendre l’importance de la littérature persane, notamment mise en avant par les études de Sheila Blair, dans les arts de l’Islam de cette époque.

Alicia Basso Boccabella

Sélection bibliographique :

Miroudot D., « Aiguière à tête de coq », in S. Makariou (dir.), Les Arts de l’Islam au musée du Louvre, Paris, 2012, p. 193-194.

Bernus-Taylor M. (dir.), L’Étrange et le merveilleux en terres d’Islam, cat. exp. Paris, Musée du Louvre, 2001, p. 174-175, no 123.

Bernus-Taylor M. (dir.), Arabesques et jardins de paradis. Collections françaises d’art islamique, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1989-1990, p. 277-278, no 211.

Roux J.-P. (dir.), Arts de l’Islam des origines à 1700 dans les collections publiques françaises, cat. exp. Paris, Orangerie des Tuileries, 1971, p. 51, no 48.



Citer ce billet
apam (2018, 1 juin). Aiguière à tête de coq. APAMi. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b94y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search