Diadème Djebine

Diadème à charnière dit Djebine ou AçabaAlgérie (Aurès), début du XXe siècle, Argent, verroterie. 43,2 x 12,5 x 11,8 cm, Paris, Musée du Quai Branly- Jacques Chirac, n° inv. : 74.1961.8.41.1-9 © Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

Bien souvent étudié sous l’unique prisme de l’ethnographie dans un contexte colonial, l’artisanat maghrébin des XIXe et XXe siècles présente par plusieurs aspects des influences du monde islamique. Le diadème Djebine n° 74.1961.8.41.1-9, conservé à Paris au musée du Quai Branly-Jacques Chirac en est un exemple.

Originaire de la Turquie ottomane, il est porté à Alger dès le XVIIe siècle sous la régence d’Alger (1515-1830) et l’est jusqu’à nos jours. Sous les ottomans, il était habituellement en argent serti d’éclats de diamants et de perles fines. C’est le cas du modèle n°74.1968.5.24 conservé au musée du Quai Branly-Jacques Chirac.

Le modèle présenté ici est une production des Aurès  qui conserve la même structure que le bijou algérois. Après un succès dans les grandes villes algériennes comme Alger et Constantine, le diadème Djebine se développe dans des zones plus rurales comme les Aurès et l’Atlas saharien. On le trouve donc en argent incrusté de verre, comme c’est le cas pour le modèle ci-présent, et ou de corail, les diamants et les perles étant trop chers hors des villes.

A l’époque coloniale, le bijou semble conserver sa structure même si la production se retrouve quelque peu déstabilisée par l’établissement d’un Bureaux du Contrôle de la Garantie. Ce dernier, chargé de  délivrer des titres légaux aux matériaux utilisés comme l’or ou l’argent, et d’instaurer des poinçons de garantie identiques à ceux de France, rend illégal tout commerce n’étant pas enregistré et ne se fournissant pas à ces bureaux. Ce nouveau contrôle de l’industrie du bijou crée une véritable crise puisqu’un grand nombre de bijoutiers n’ayant pas les moyens de s’équiper en rigueur finissent par fermer boutique à Alger. Les régions reculées comme l’Aurès semblent moins souffrir de ce problème et continuent donc une production plus régulière, conservant ainsi les influences apportées par l’empire ottoman.

Sarah Lakhal-Kermani

Sélection bibliographique :

BENFOUGHAL, Tatiana, Bijoux et bijoutiers de l’Aurès, Paris, CNRS Editions, 1997, p. 70.

EUDEL, Paul, L’orfèvrerie algérienne et tunisienne, A. Jourdan, Alger, 1902.

EUDEL, Paul, Dictionnaire des bijoux de l’Afrique du Nord : Maroc, Algérie, Tunisie, Tripolitaine, Paris, E. Leroux, 1906.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.