[Portraits] Salima Hellal, Conservatrice au musée des Beaux-Arts de Lyon

Les Portraits reviennent ! Et aujourd’hui, nous sommes heureux de vous présenter Salima Hellal, conservatrice du patrimoine au Palais Saint-Pierre de Lyon, qui conserve la deuxième plus importante collection des arts de l’Islam en France !

APAMI : Bonjour Mme Hellal, merci d’avoir accepté cet entretien. Pouvez-vous brièvement vous présenter en quelques mots. Votre profession et en quoi elle consiste.

Salima Hellal : 
Bonjour, je suis conservateur au musée des Beaux-arts de Lyon, chargée des Objets d’art depuis 2008. Mon travail consiste à documenter les collections, éventuellement les publier, à organiser des expositions et toute manifestation valorisant la collection, type journées d’étude, accueil des chercheurs etc. et aussi, à conserver les œuvres, c’est-à-dire en prendre soin pour prévenir toute dégradation et assurer le suivi de restauration, en cas de besoin.

APAMI : Comment vous êtes-vous tournée vers le monde des musées et celui de la conservation ?

Salima Hellal : 
J’étais étudiante en droit, en Erasmus à Rome, lorsque j’ai pris conscience de mon intérêt pour le patrimoine en général, j’ai alors décidé de changer de voie en reprenant des études d’histoire de l’art et en présentant le concours de conservateur du patrimoine.

APAMI : Et finalement comment êtes-vous arrivée à fréquenter de si près les arts de l’Islam ?

Salima Hellal :
Lorsque j’ai postulé à Lyon, j’ai appris que la collection des arts de l’Islam lyonnaise était, en importance, la deuxième collection en France après celle du Louvre. Rapidement, j’ai travaillé à un projet d’exposition avec Rémi Labrusse pour mieux la faire connaître (Exposition Génie de l’Orient en 2011, accompagnée du catalogue Islamophilies aux éditions Somogy).

APAMI : Pourriez-vous dire quelques mots sur la collection dont vous vous occupez ?

Salima Hellal : 
C’est une collection très variée puisqu’elle couvre une aire géographique étendue, de l’Espagne à l’Inde en passant par l’Égypte, la Syrie, la Turquie, l’Iran. Nous avons de très beaux fragments timurides et, dans l’ensemble, l’art de la céramique islamique est très bien représenté. Nous couvrons aussi le Maghreb mais, considéré comme « ethnographique », ce pan de la collection est en réserve et n’a jamais été présenté. Heureusement, nous travaillons à un catalogue raisonné qui ne l’exclura plus. 

APAMI : Avec votre expérience de terrain dans les collections, quelle définition donneriez-vous de l’art islamique ?

Salima Hellal :    
Je n’ai pas de définition mais, en effet, étant donné la richesse de l’art islamique, il est plus juste de parler des arts de l’Islam au pluriel. Personnellement, je reste ébahie devant la diversité d’invention des artisans musulmans.

APAMI : Quelle est selon vous la plus grande difficulté à conserver des arts islamiques ?

Salima Hellal :    
Il n’y a pas de difficulté particulière pour la conservation proprement dite mais pour la restauration, il peut être difficile de trouver les professionnels habitués à intervenir sur des objets islamiques.

APAMI : Y a-t-il, selon vous, une différence entre le traitement des collections d’art islamique en France et à l’étranger ?

Salima Hellal :    
Non, pas dans le traitement en tant que tel, si ce n’est qu’en France nous assumons le terme « Islam » ou « islamique » pour désigner ces arts quand les Anglo-saxons en emploient d’autres (« Art of the Arab lands » au Metropolitan Museum à New York et intégration dans le département d’art asiatique au Victoria and Albert Museum, par exemple). 

APAMI : Avez-vous observé au cours de votre carrière une évolution dans le métier de la conservation ?

Salima Hellal : 
En raison de la crise, il est demandé aux musées de diminuer les dépenses et d’augmenter les recettes. Il faut être de plus en plus créatif !

APAMI : Quelle est votre réaction face à toute l’actualité notamment le récent rapport sur la restitution de patrimoine ou l’interdiction de vente d’objets spoliés ?

Salima Hellal : 
Une société éthique doit, inévitablement, se positionner sur ces questions. C’est une conséquence de l’Histoire. Mais, pour chaque musée, pour chaque œuvre même, il faudra une étude au cas par cas… C’est évidemment très complexe.

APAMI : Que conseilleriez-vous à des jeunes personnes qui souhaitent suivre votre exemple de carrière ?

Salima Hellal :
   
Foncez ! Vous serez très heureux.

APAMI : Pour finir, pourriez-vous nous donner un ouvrage, une exposition et un objet qui vous ont marqué ?

Salima Hellal :
  
J’aime beaucoup la présentation des nouvelles salles d’arts de l’Islam au British Museum et la publication à visée grand public parue pour l’occasion The Islamic word. A history in objects.

Merci pour cette interview
Propos recueillis par Sarah Lakhal


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.