Vernissage public – Exposition Croyances : Faire et défaire l’invisible à l’ICI de Paris – 11/03/2020 à 18h30

L’exposition se déroule à l’ICI du 12.03.20 au 26.07.20
Le parcours de l’exposition “Croyances : faire et défaire l’invisible” débute à l’ICI Léon (19 rue Léon) et se poursuit 270 mètres plus loin, à l’ICI Stephenson (56 rue Stephenson).
Commissariat : Jeanne Mercier, co-fondatrice de la plateforme Afrique in Visu

Informations supplémentaires et Inscription obligatoire ici

Avec l’exposition Croyances : faire et défaire l’invisible, l’Institut des Cultures d’Islam et Afrique in Visu interrogent la puissance évocatrice des religions, superstitions et mythes du continent africain, revendiqué par les artistes comme lieu d’expérimentation, de glissements, de frictions et de négociations.

Loin du panorama et des récits stéréotypés, seize photographes et vidéastes se saisissent de façon poétique, critique ou décalée de la question du « croire », de ses conventions, pratiques et représentations. Leurs œuvres dialoguent entre réel et fiction, esquissant des croyances en mouvement, imaginant leurs connections et leurs évolutions au fil d’une « pensée archipélique ». Elles détournent l’incarnation de l’autorité religieuse pour résister aux schémas dominants, inscrivent le culte vaudou dans la mémoire de l’esclavage, rapprochent la dévotion des pèlerins et la résilience individuelle, transforment les rites traditionnels à l’ère digitale, captent les vibrations de la transe et les mystères de l’envoûtement…

L’exposition s’active lors de performances et s’accompagne d’une programmation pluridisciplinaire mêlant arts de la scène, tables rondes et films. La transe saharienne et l’électro-indus fusionnent, le cérémonial mouride se métamorphose en expérience multimédia immersive et la pleine lune est célébrée lors d’une soirée alternative, tandis que des conférences et projections abordent l’avènement de nouveaux sacrés, l’ostracisme qui frappe les « sorcières », ou encore la manière dont les artistes rendent visible l’invisible. Enfin, le jeune public bénéficie d’une offre dédiée proposant des contes musicaux, des ciné-goûters et la réalisation d’un livre de recettes magiques.

La transcendance se manifeste sous les formes les plus imprévisibles au rythme de cette nouvelle saison artistique et culturelle, première séquence d’une année 100% Afrique à l’Institut des Cultures d’Islam.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.