La coupe de Palmer

Verre émaillé et doré
Première moitié du XIIIe siècle
Monture en argent occidentale, du XIIIe siècle
British Museum, WB. 53

©British Museum

La coupe de Palmer – nommée ainsi d’après la famille Palmer, anciens propriétaires privés de l’objet -, date de la première moitié du XIIIe siècle.

Exposée de nombreuses fois, notamment à l’Institut du monde arabe du 23 octobre au 10 mars 2002 lors de l’exposition L’Orient de Saladin, l’art des Ayyoubides, elle a été étudiée en profondeur par la professeure Anna Contadini. Grâce à une conférence donnée par cette dernière en février 2019 à l’EHESS, cet objet est désormais bien connu. Lorsqu’elle a commencé à étudier l’objet au British Museum, les conservateurs pensaient qu’il s’agissait d’un faux. Pour eux, la coupe de Palmer ne pouvait être un véritable objet du monde islamique, du fait de sa délicatesse et de la perfection de sa conservation. La monture, très visiblement occidentale, laisser en outre à penser à une contrefaçon particulièrement habile. Il n’en est toutefois rien : la coupe de Palmer est un objet virtuose et caractéristique d’une période des arts de l’Islam. Elle est attribué aujourd’hui à la dynastie ayyoubide, qui a régné de 1169 à 1250 et est connue en France par la figure de Saladin, qui a repoussé les Croisés francs et étendu les limites de l’empire islamique.

La coupe de Palmer est en verre transparent, sur lequel sont peintes à l’émail six figures. La première est un prince en tailleur sur un trône, suivit par des danseurs et danseuses. Sur la face opposée, un homme tient dans sa main une arme ; il évoque le pouvoir militaire, dans une époque marquée par les conflits contre les Croisés. L’iconographie de la coupe est donc, a priori, aisée à identifier : la coupe est liée à la vie des princes et au faste de la cour. Cependant, le sujet principal de l’objet est plus précisément la boisson, évoquée ici tout aussi bien par l’objet en soi, que le prince trônant et les deux versets faits d’or et de bleu se trouvant au-dessus des personnages. Ils sont en effet une référence au vin et plus précisément à l’ivresse.

Aussi, alors que l’on pourrait s’attendre à ce que les versets célèbrent la boisson, il n’en est rien : bien au contraire, ils mettent en garde contre ses méfaits en se référant à des contes et poèmes irakiens de l’époque, qui prônent fermement la repentance et témoignent des effets néfastes du vin. L’un des versets évoque ainsi le fait que seule la pensée de la boisson entraîne des migraines le lendemain. Or, cette mise en garde est particulièrement visuelle puisque pour chaque mot ou expression correspond un personnage. En d’autres termes, l’iconographie et les textes sont liés. A titre d’exemple, le mot “sans barbe”, qui fait référence au conte d’un homme ivre qui entraîne un calife à boire, se trouve juste au-dessus du prince représenté. Si bien qu’un jeu intéressant se crée : le souverain représenté en tailleur sur un trône est habituelle accompagné d’une coupe dans sa main gauche. Si elle est volontairement absente ici, c’est parce qu’il est supposé que le souverain tient la coupe de Palmer, sur lequel il est représenté. Les versets sont là pour lui rappeler que l’ivresse peut être dangereuse, d’autant plus lorsqu’on est appelé à régner. Il y a donc une mise en abîme délicate entre l’objet, l’iconographie et les versets. Il est cependant à noter que ce jeu entre les personnages, les mots et la transparence du verre, découvert par Anna Contadini, n’était pas à la porté de tous et toutes ; seuls les érudits pouvaient comprendre cet entrelac de relations et allusions qui met en avant tous les rôles et les devoirs d’un bon calife.

Pour autant, si cette coupe est exceptionnelle, que ce soit par son degré de conservation, ou par la finesse érudite mise en oeuvre pour son décor, il est à souligner que durant la dynastie des Ayyoubides, la peinture sur verre n’est pas réservée qu’aux élites. De nombreux fragments retrouvés en fouilles témoignent bien au contraire du commun de cette pratique, directement héritée des tentatives menées dès la dynastie abbasside. 

Alicia Basso Boccabella

Bibliographie : 

  • L’Orient de Saladin, l’art des Ayyoubides, exposition du 23 octobre 2001 au 10 mars 2002, IMA, Paris, Gallimard, Livre d’Art, 2001, 240 p. 
  • Contadini, Anna, The Inscribed Object: The Relationship between Text and Images on Middle Eastern Objets, conférence donnée à l’EPHE, 21 février 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.