La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn)

La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn), Penang, 31 Juillet 1824 (4 Zulhijah 1239), par le copiste Muhammad Umar bin Syaikh Farid
Manuscrit, papier anglais, 191 feuillets. 
240 x 180 mm
Londres, British Library, Département d’Asie du Sud-Est, Or. 13295

© British Library

Le texte du Tāj al-salāṭīn est ce qu’on appelle un « miroir des princes ». Il était principalement utilisé par les souverains pour s’informer sur les obligations et devoirs. Ce texte précis fut écrit par Bukhari al-Johori en 1603 dans la région d’Aceh, soit la pointe nord de l’île indonésienne de Sumatra. Cependant, ce manuscrit, qui reprend le texte du XVIIe siècle, a été produit bien plus tard, au milieu du XIXe siècle à Penang. Cette région, située sur la côte ouest de la péninsule malaisienne, présente un intérêt particulier, puisque de par son emplacement, elle a été le centre d’une communauté cosmopolite.

Les décors de ce manuscrit, disposés en début et fin de texte, sont intéressants pour comprendre son histoire. Ces enluminures présentes sur deux pages face à face sont nommés doubles-frontispices, et sont les principaux composants du décor. Les autres pages de texte possèdent seulement une bordure constituée de six fines lignes alternant entre l’or et le bleu. 

Les deux premières pages ouvrent donc sur un double-frontispice dont le texte est disposé sur des panneaux prenant la forme de nuage blanc aux bords noirs sur un fond doré. Autour sont disposées plusieurs bordures colorées dont certaines contenant un motif arabesque doré et floral. Des motifs ondulants prenant l’allure de vagues encadrent le tout. Enfin, des fleurons allant des bords du décor aux bords de la page complètent ce double-frontispice. 

Le colophon, qui est un texte permettant de donner des information sur la production du manuscrit, est situé à la fin et prend à nouveau la forme de double-frontispice. Le décor est très similaire à celui du début dans le choix des couleurs et motifs mais diffère dans la forme du cadre. En effet, les cadres autour du texte sont entourés par un motif archant ondulé sur les trois côtés externes et limité par une fine bordure jaune à pois bleu.

La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn), Penang, 31 Juillet 1824 (4 Zulhijah 1239), par le copiste Muhammad Umar bin Syaikh Farid
Manuscrit, papier anglais, 191 feuillets. 
240 x 180 mm
Londres, British Library, Département d’Asie du Sud-Est, Or. 13295

© British Library

Ces deux cadres sont très différents de la production malaise et plus particulièrement l’art du livre comme on peut le voir avec un coran de la British Library. Malgré la diversité disponible au sein des manuscrits d’Asie du Sud-Est, le schéma souvent retenu est celui de cadres ainsi que d’arcs sur les trois côtés externes. La palette est quant à elle centrée sur du rouge, noir et le blanc de la page. Or, ce Tāj al-salāṭīn  possède un décor qui a de nombreuses similarités avec les manuscrits indo-persans et ottomans du XVIIe et XVIIIe siècle telles que la bordure externe ondulée, les cartouches en nuage dorée et la palette. De plus, ce manuscrit possède un colophon écrit en persan, ce qui prouve que le scribe avait un certain savoir de la culture persane. Annabel Teh Gallop, conservatrice de la British Library, s’est intéressée, à travers ce manuscrit, aux liens entre le Penang et l’Inde. Elle a ainsi découvert que le propriétaire, dont le nom est sur la page de garde, avait vécu non seulement à Penang mais aussi à Bombay. La région de Penang a aussi connu une grande influence de nombreuses régions telles que la Chine et l’Inde. Ainsi, cela expliquerait l’utilisation de ces caractéristiques indo-persanes et ottomanes. La structure du colophon est quant à elle similaire aux manuscrits d’Oman ou du Yémen. Cela est probablement lié au commerce au sein de l’océan indien, qui a ainsi lié plusieurs régions dispersées géographiquement. 

Coran, Aceh, XIXe siècle
Londres, British Library, Département d’Asie du Sud-Est, Or 16915

Pour conclure, ce manuscrit produit au sein du monde malais ne possède pas les caractéristiques typiques de cette région. Ses rattachements au monde indo-persan et ottoman sont visibles dans plusieurs choix au sein du décor tout comme les similarités avec la pointe de la péninsule arabique. Cette appartenance à une esthétique lointaine vient probablement des échanges existants entre la ville de Penang et le littoral de l’océan indien. Plusieurs liens sont à faire entre les manuscrits malais et ces différentes régions. Cependant, ce manuscrit reste une exception car il possède un décor unique pour son lieu de production. Même s’il existe quelques ressemblances entre les manuscrits malais et d’autres régions du monde islamique, celui-ci possède des enluminures qui sont particulièrement similaire avec ces régions lointaines. 

Anaïs Dolz

Bibliographie : 

GALLOP (Annabel Teh), « Malay manuscript art: the British Library collection », The British Library Journal, 17 (2), 1991, pp. 167-189

GALLOP (Annabel Teh), « The Crown of Kings: a deluxe Malay manuscript from Penang », Asian and African studies blog, 6 septembre 2013 [consulté le 10/01/2020] : https://blogs.bl.uk/asian-and-african/2013/09/the-crown-of-kings-a-deluxe-malay-manuscript-from-penang.html

GALLOP (Annabel Teh), « Indian Ocean Connections: Illuminated Islamic Manuscripts from Penang » dans ZABIELSKIS Peter, SENG Yeoh Guan et FATLAND Kat, Penang and its networks of knowledge, Penang, Areca Books, 2017, pp. 115-133.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.