[Portraits] Nuria Garcia Masip, Calligraphe

A travers notre série de Portraits, retrouvez celui de Nuria Garcia Masip, calligraphe professionnel, que vous avez peut-être déjà vu lors de notre exposition La Lettre et l’Art à l’iReMMo en 2019 !

APAMI : Bonjour Nuria, merci d’avoir accepté cet entretien. Pouvez-vous brièvement vous présenter en quelques mots. Votre profession et en quoi elle consiste.

Nuria Garcia Masip : Je suis une calligraphe professionnelle. J’enseigne, j’expose mon travail et je donne des conférences à l’international.

APAMI : Comment vous êtes-vous tournée vers le monde de la calligraphie ?

Nuria Garcia Masip : Depuis l’enfance, j’ai un intérêt particulier pour ce qui concerne les arts visuels. Pourtant, je n’ai jamais trouvé l’épanouissement dans les arts modernes ; de ce fait, après avoir terminé mes études en littérature et philosophie aux USA, je suis venue au Maroc afin d’étudier les arts islamiques traditionnels. J’ai suivi plusieurs enseignements à Fez (zellige, géométrie, etc.) et finalement rencontré un calligraphe autodidacte qui m’a initiée à la calligraphie. Bien que mon travail fut encore très rudimentaire à cette époque, je suis tombée amoureuse de la simplicité de cet art – encre, papier, calame – et de la discipline exigée pour le pratiquer.

APAMI : Comment s’est passé votre apprentissage ?

Nuria Garcia Masip : Après ma première rencontre à Fez, j’ai ensuite cherché un maître diplômé, qui avait été proprement entraîné et possédait une ijaza (la certification du calligraphe). Cela m’a menée à rentrer à Washington DC, pour commencer à étudier auprès de Mohamed Zakariya, un grand maître américain initié à la calligraphie de l’école ottomane. Après deux ans d’études intensives avec lui, j’ai déménagé à Istanbul où j’ai continué mes études auprès de son propre maître, Hasan Çelebi, et le maître Davut Bektaş. Il s’agissait d’une méthode d’apprentissage très traditionnelle, impliquant des heures et des heures de pratique régulière, de l’auto-discipline et de la persévérance. Cela ressemble beaucoup aux études de n’importe quel autre art classique très codifié. J’ai reçue mon ijaza des styles thuluth et naskh en 2007, après sept années d’études. Toutefois, je continue d’être en relation avec mes professeurs, la calligraphie étant un long voyage durant lequel on ne cesse d’apprendre et de progresser.

APAMI : A présent vous enseignez cette discipline ? Avez-vous constaté des différences entre l’époque où vous l’étudiez et aujourd’hui où vous l’enseignez ?

Nuria Garcia Masip : Oui, j’enseigne à des petits groupes d’étudiants en France et j’ai aussi plusieurs étudiants à l’étranger, qui étudient à longue-distance et qui assistent à mes cours de chez eux.

Je pense que la différence entre mon apprentissage et le monde d’aujourd’hui est que, un peu comme pour tout, tout est devenu plus simple et rapide. Lorsque j’étudiais, il était quasiment impossible d’avoir accès à un professeur sans se présenter à lui physiquement et toquer à sa porte. J’ai sacrifié de nombreuses choses afin d’être capable d’étudier, notamment un temps extraordinaire et beaucoup d’énergie. Quand j’étais à Istanbul, j’avais deux heures de route pour voir mon professeur quelques minutes et obtenir un retour à propos d’une leçon particulière, j’ai appris le turc pour être capable de communiquer avec mes professeurs et j’ai complètement dédié ma vie à l’apprentissage de cet art. Ce même investissement est difficile à trouver aujourd’hui, même s’il y a bien sûr des exceptions. En turc on dit “aşk olmadan meşk olmaz”, ce qui peut être à peu près traduit par “sans amour, il n’y a pas de leçon”.

APAMI : Quelle est la part de documentation et de recherche dans votre processus de création ? 

Nuria Garcia Masip : L’enseignement classique de calligraphie est entièrement fondée sur les modèles de maîtres conservés depuis longtemps. Pendant des années, nous apprenons à copier et à égaler non seulement les exemples de nos maîtres mais aussi les exemples de grands maîtres du passé. C’est uniquement après avoir assimilé ces modèles que l’on peut commencer à produire son propre travail. La recherche est donc une composante essentielle, nous sommes toujours en train d’examiner les oeuvres d’art de différentes périodes, les analyser, etc. Notre art et notre inspiration individuelle sont nourris à travers la combinaison de ces modèles.

APAMI : Pourriez-vous dire quelques mots sur la distinction entre la calligraphie et l’utilisation des lettres dans l’art contemporain ?

Nuria Garcia Masip : Ce sont pour moi deux choses totalement différentes. La calligraphie est un art classique, fondé sur des règles très codifiées, une stricte discipline, liées aux proportions, au geste, aux matériaux, à l’entraînement, etc. L’autre champ est totalement libre de quelconques contraintes et ne requiert ni entraînement, ni connaissance de la calligraphie. En fait, la plupart des peintres qui utilisent les lettres dans leurs compositions (c’est un courant artistique appelé Hurufiya) ne se définissent pas eux-mêmes comme calligraphes, terme qu’ils rejettent, et ils insistent sur la nature abstraite de leur art.

APAMI : De manière générale, quelle définition donneriez-vous à l’art islamique en tant que calligraphe ?

Nuria Garcia Masip :  C’est une question très difficile. Je pense que le seul moyen de répondre est d’analyser l’honnêteté d’intention de l’artiste alors qu’il crée la pièce. 

APAMI : Quelle est selon vous la plus grande difficulté à pratiquer et enseigner la calligraphie aujourd’hui ?

Nuria Garcia Masip :  Je pense que cela diffère selon les pays et les écritures étudiées. En Turquie, en Egypte, en Iran ou dans les pays arabes, il y a un vrai retour de la calligraphie, une appréciation générale et une conscience de ce que cet art implique. Les étudiants s’engagent dans ce travail en sachant déjà ce qu’ils doivent travailler. En Malaisie ou en Indonésie, le rika, le diwani ou le naskh sont étudiés par des centaines d’étudiants très disciplinés. Je me souviens avoir pris part au jury d’une compétition de calligraphie où il y avait plus de cinq cents participants assis écrivant dans un immense hall. 

En Europe, et spécialement en France, nous faisons face au challenge de corriger de multiples conceptions erronées, ce qui est difficile quand les personnes ne connaissent rien. Il y a en outre une grosse différence entre les techniques utilisées dans les styles de calligraphie hautement codifiés et les styles nord-africains qui sont moins codifiés et ne requièrent pas de nombreuses années d’études.

C’est la même chose dans le cas de la production et de la vente de notre travail, qui est très estimé dans des pays tels que la Turquie, l’Iran et le monde arabe. Mis à part quelques exceptions éparses, le fait d’acheter une oeuvre de calligraphie originale n’a pas encore été développée en Europe.

APAMI : Que conseilleriez-vous à des jeunes personnes qui souhaitent suivre votre exemple de carrière ?

Nuria Garcia Masip :  De trouver un véritable professeur qualifié, avec une ijaza donnée par certains des grands maîtres encore vivants aujourd’hui, et de poursuivre leurs études avec beaucoup d’amour, de patience et de persévérance.

APAMI : Pour finir, pourriez-vous nous donner un ouvrage, une exposition et un objet/une oeuvre qui vous ont marqué ?

Nuria Garcia Masip :  Il y a beaucoup d’oeuvres d’art qui me sont chères. Avant de commencer à étudier la calligraphie, je me souviens avoir vu un oeuvre de Al Qundusi, un calligraphe marocain du XIXe siècle, et d’en être tombée amoureuse. Mes modèles sont maintenant ottomans mais les oeuvres de Ahmed Karahisari (XVIe siècle) sont particulièrement chères à mon coeur. 

Retrouvez tout le travail de Nuria sur son site internet !

Propos recueillis par Sarah Lakhal.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.