Bniqa

Bonnet de sortie de bain, Bniqa, Alger, lin et soie, XVIIIe siècle, inv. 74.1962.0.786, Paris, Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

Utilisé traditionnellement dans les hammams par les femmes d’Alger, la bniqa est un bonnet brodé de soie et quelquefois de fils d’or. Il est utilisé après le bain pour sécher les cheveux. Aujourd’hui encore, il fait partie du trousseau de mariée des femmes d’Alger, de Constantine ou d’Oran. 

L’exemplaire n°74.1962.0.786 conservé au musée du Quai Branly Jacques Chirac est composé d’une longue bande en toile assez fine, pliée en deux et cousue sur un côté de 19 cm. Doublé de lin très fin ivoire, il est brodé de soie aubergine, bleue foncé et blanche. La pièce est entièrement ornée d’un décor floral constitué de grands éléments dentelés et hachurés. Parmi les motifs on reconnaît l’œillet très stylisé, la rose, et de grands feuillages. 

Dans son utilisation, ce type de bonnet est utilisé au sortir du bain, au hammam. Après un premier essorage de la chevelure mouillée avec un bonnet en coton absorbant, la femme tresse ses cheveux en deux nattes et les enroule dans les pans du bonnet pour former deux torsades qu’elle fixe alors sur sa tête.

Collections.quaibranly.fr

De nombreux exemplaires sont conservés en France, notamment au musée du Quai Branly et au musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme de Paris, ce qui tend à démontrer une utilisation fréquente de ce type d’objet dans le quotidien des femmes algériennes.

C:\Users\helene\Desktop\6848_4684_56pe_RMN_800.jpg
Bniqa, Oran, Lin, soie, début du XXe siècle, inv. 99.03.001, Paris, Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme

Qantara fait remonter à la fin de l’époque médiévale la production de soieries en Algérie, la reliant à l’arrivée des Morisques, chassés d’Espagne. Le goût pour les broderies aurait été avivé par les parures vestimentaires que portaient les fonctionnaires ottomans et leurs épouses à partir du XVIe siècle. Au début du siècle suivant, les décors brodés triomphent à Istanbul, notamment au Palais de Topkapi. Vêtements et mobiliers textiles en sont couverts. A Alger, cette mode est propagée par des femmes elle-mêmes, originaires des quatre coins de la Méditerranée, et qui tenaient à se démarquer des productions locales.

Ces motifs ne sont donc pas réservés aux bonnets de bains mais à l’ensemble des broderies du quotidien algérois. L’Izar n°74.1962.0.794 conservé au musée du Quai Branly présente un décor similaire. Utilisé encore de nos jours dans les maisons algériennes, cette grande tenture permet de laisser entrer l’air dans les maisons tout en conservant une intimité. 

Tenture de porte, Izar, Alger, fin du XVIIIe siècle, Lin, soie naturelle, 175 x 136,4 x 0,2 cm, Inv. 74.1962.0.794, Paris, Musée du Quai Branly

Sarah Lakhal

Bibliographie : 

  • « Broderie d’Alger », Qantara, Patrimoine méditerranée, https://www.qantara-med.org/public/show_document.php?do_id=1401
  • LEMAISTRE Joelle, VIVIER Marie-France, De soie et d’or : broderies du Maghreb. Exposition Institut du Monde Arabe, Paris (11 juin – 29 septembre 1996), Paris, Editions Joël Cuénot, 1997.
  • MARÇAIS Georges, “Les broderies turques d’Alger” in  Ars Islamica, Vol. 4, 1937, p. 144-153.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.