L’islamisation des sociétés des premiers siècles de l’islam à travers l’étude des pierres tombales.

Pierre tombale de ‘Abd al-Raḥmān ibn Ḫayr al-Ḥaǧrī, Égypte, VIIe siècle.
Calcaire sculpté.
Inscription en coufique primitif.
Museum of Islamic art, Le Caire, Égypte. 
n°d’inventaire MIA no. 1508/20  

Au nom de Dieu,le Clément, le
Miséricordieux.
Cette tombe appartient à ‘Abd
al-Raḥmān ibn Ḫayr al-Ḥaǧrī.
Pardonne-lui, ô Dieu, et donne lui accès [au
paradis] par ta miséricorde, et laisse nous y
entrer avec lui.
Demandez pardon pour lui à chaque lecture
de cette inscription et dîtes Amen.
Cette inscription fut écrite en Jumāda II
de l’année 31 [janvier ou février 652].

L’étude du processus d’islamisation des sociétés des premiers temps de l’islam au lendemain des conquêtes se révèle être un travail difficile pour l’historien. Comprendre le processus par lequel s’est opérée la « transition des sociétés pré-islamiques vers l’Islam » et la manière dont s’est forgée la dynamique identitaire de la société islamique -ainsi que ses limites- est rendu ardu par la question des sources textuelles, tardives au regard de l’époque concernée. Étudier l’Islam des premiers temps, ne peut se faire sans une extrême vigilance à l’égard des sources musulmanes, à savoir des récits retraçant les origines d’un empire dans lequel les normes sociales, religieuses et juridiques islamiques sont héritées d’un terreau socio-culturel mixte. Religion d’empire, l’islam -ou les islams- pratiqué(s) par les peuples musulmans des IXème et Xème siècles diffère(nt) de celui des musulmans des trois premiers siècles de l’hégire dont la pratique et la spiritualité furent imprégnées des judaïsmes, christianismes, zoroastrismes et autres croyances orientales de l’Antiquité tardive. La religion musulmane serait de fait, d’après certains historiens tels que Crone, Cook ou encore Wansbrough, le produit d’un syncrétisme d’éléments judaïques et chrétiens dont l’héritage antique fut blanchi par les sources arabes dans le but de cristalliser le message divin transmis aux différents prophètes et de mieux renforcer le statut d’exception de l’islam. Dans la société primitive musulmane qui était de fait une société de conquêtes unissant des peuples de différents héritages antiques, il est clair que la conception de l’identité islamique différait de celle présentée par les sources écrites médiévales. 

C’est en ce sens que l’étude de la formation d’une société confrontée à la mort depuis son éclosion -des premières guerres contre les Mušrikūn (ceux qui associent d’autres divinités à dieu) en 624 jusqu’aux dernières conquêtes au VIIIème siècle – sous le prisme de son rapport à la mort et à l’au-delà peut s’avérer intéressant pour mieux appréhender la question de l’islamisation des sociétés pré-islamiques. 

Cette approche fut abordée par Leor Halevi,  professeur d’histoire de l’Islam à l’Université Vanderbilt à Nashville, aux États-Unis. Retraçant l’évolution de la théorisation de l’orthopraxie funéraire aux VIIe et IXe siècles, ce dernier chercha à exposer l’islamisation de la société à travers l’étude des rites funéraires. Alors qu’ « islamiser » peut revêtir plusieurs sens, ce terme implique chez L. Halevi la volonté d’une société évoluant dans un « milieu sectaire » de se distinguer des communautés juives, chrétiennes ou zoroastriennes. Le premier pan de son analyse concerne l’étude des inscriptions tombales, qui, indépendamment des avis juridiques restreignant ou interdisant ces pratiques populaires, sont le reflet du processus d’islamisation progressif des sociétés.

Introduction au premier chapitre, l’inscription susmentionnée permet à l’auteur d’exposer un exemple de ce qui n’est pas une stèle islamique. Sans référence à Muḥammad ou au Coran, l’épitaphe de ‘Abd al-Raḥmān ibn Ḫayr al-Ḥaǧrī semble davantage s’inscrire dans une commémoration monothéiste tardo-antique qu’islamique. Les marqueurs islamiques tels que des prières pour le prophète de l’islam ou des versets coraniques apparaissent entre 690 et 720 et ce n’est qu’à partir des années 790 que des formules uniformisées s’imposent. La première inscription se référant à Muḥammad se retrouve en effet sur une pierre tombale retrouvée en Égypte :

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. Le plus grand des malheurs pour la communauté de l’Islam est la perte du prophète Muhammad. Que Dieu prie pour lui et lui accorde le salut.
[…] 
Elle est décédée lundi,quatorze jours après la fin du mois de Dhû al-Qa’da, de l’année soixante et onze [691], tout en confessant qu’il n’y a d’autre Dieu qu’Allah, l’unique, n’ayant pas d’associé et que Muhammad est son serviteur et son messager.

Topos de la calamité que représente la mort du prophète de l’islam, attestation de foi et mention de la communauté islamique comme élément d’union et d’identité commune : cette inscription est la stèle funéraire islamique la plus ancienne qui nous soit parvenue mais un marqueur manque toutefois à l’appel. La plus ancienne citation coranique sur pierre tombale est en effet plus tardive puisque la plus ancienne inscription de ce type fut découverte à Assouan sur la stèle de Fātima bint al-Ḥasan, décédée en 721.

Invitation à prier pour le défunt et/ou le prophète, rappel de la magnificence de dieu ou de sa miséricorde, les pierres tombales témoignent de fait de l’émergence d’une identité communautaire à travers l’islamisation de la mort par le biais d’inscriptions coraniques. 

Reflétant un processus d’islamisation progressif, l’étude des inscriptions tombales dans le chapitre du livre susmentionné révèle également le paradoxe incarné par l’opposition de la pensée juridique islamique à cette pratique. Restreignant ou s’opposant aux inscriptions coraniques, à la visite des cimetières ou à la lecture du Coran devant la tombe, certains savants musulmans craignaient toute innovation se détournant des pratiques médinoises prophétiques. Les résultats des recherches de Leor Halevi révélèrent ainsi le fossé existant entre la pensée théorique des traditionnistes et juristes du VIIIe siècle et les pratiques populaires de la même période. Contraires aux avis juridiques, ces pratiques semblent pourtant avoir été un acteur incontournable pour la diffusion de notions islamiques et de la formation d’une identité commune.

Chayma El Ouazzani

Bibliographie :

AILLET, Cyrille. Islamisation et arabisation dans le monde musulman médiéval : une introduction au cas de l’Occident musulman (viie-xiie siècle) In : Islamisation et arabisation de l’Occident musulman médiéval (viie-xiie siècle), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2011.

BIANQUIS Thierry, GUICHARD Pierre, TILLIER Mathieu(dir.), « Pratiques, rituels communautaires et naissance du soufisme », Les débuts du monde musulman (VIIe – Xe siècle). De Muhammad aux dynasties autonomes, Paris, PUF (Nouvelle Clio), 2012. p285.

HALEVI Leor, Muhammad’s Grave. Death Rites and the Making of Islamic Society, Columbia University Press, New York, 2007.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.