Le Coran dit Qarmate

Le Coran dit Qarmate est aujourd’hui dispersé dans plusieurs collections européennes et américaines. Son format remarquable, la maitrise de l’art de la calligraphie et du décor font de lui un manuscrit d’exception. Il a probablement été exécuté en Asie Centrale au V-VIème/XI-XIIème siècle et se compose de trente volumes, chacun contenant environ soixante-quinze folios. De format rectangulaire vertical, il mesure environ 340×240 mm. Ce Coran est écrit en « Nouveau style », à l’encre noire sur papier, et contient quatre lignes de texte par folio. Ce style d’écriture a été fréquemment utilisé dans la région du Khorasan au IXème siècle pour orner des céramiques et des plats qui comportent des textes profanes. L’identification textuelle révèle que tous les folios conservés proviennent de la cinquième et la sixième sourate du Coran. 

Le style de l’écriture du Coran dit Qarmate est caractérisé par grandes verticales élancées, cinq fois plus hautes que les horizontales, qui, par comparaison, sont plus compactes. Les lettres sublinéaires descendent sur une diagonale se terminant par des traits horizontaux épais. Les traits diagonaux délicats soulignent le mouvement du script de droite à gauche. À la fin d’une ligne et pour ne pas dépasser la bordure, le copiste a souvent préféré resserrer les lettres sublinéaires, modifiant ainsi le mouvement diagonal originel. Cette pratique conduit à la création d’une série de lettres déformées, comportant des courbes supplémentaires. La plupart des lettres sont nettement angulaires. Cependant, les formes curvilignes de certaines lettres telles que kāf, hā’, dāl, ‘ayn et lām-alif ainsi que les diagonales sublinéaires incurvées comme dans le nūn et le alif maqṣura suggèrent une combinaison de traits coufiques angulaires avec des traits cursifs. Les folios de ce manuscrit présentent souvent des maladresses de composition. Il semble en effet clair que le scribe n’a rien planifié à l’avance. Les dernières lettres d’un mot ou des mots entiers apparaissent très souvent dans les espaces interlinéaires au-dessus du dernier mot d’une ligne. 

Concernant le décor du manuscrit, le fond des folios du Coran dit Qarmate est richement décoré par des motifs d’arabesques en bleu, brun clair et brun foncé. Celles-ci se présentent sous la forme de quatre niveaux superposés verticalement correspondant au nombre de lignes textuelles. Le texte et le fond sont cernés par une bordure dorée entourée de chaque côté par un double cadre. Les vignettes marginales sont des compositions florales, elles sont entourées de deux bandes internes dessinant des motifs floraux. 

En outre, les indications des groupes de cinq et dix versets sont richement enluminées. On constate que l’enlumineur adopte deux formes différentes. Dans la première forme, il s’agit de rosettes circulaires dorées, marquées en leur centre par le mot « خمس » khams (cinq) ou « عشر » ‘ashr (dix) en écriture angulaire stylisée. Elles comportent en outre un motif rayonnant, accompagnée d’une ligne bleue, grasse et à points blancs.  Celles-ci sont suivies par une bande décorée aux motifs végétaux et géométriques. La composition végétale est constituée de feuilles trifides dorées en forme de rinceaux fleuris enroulés sur eux-mêmes en escargot. Quant à la deuxième forme, elle se distingue par un rectangle dans lequel est marqué l’indication de cinq versets. Il est surmonté d’une forme d’amande dorée richement ornée d’arabesques. La feuille trifide couronne également cette dernière forme. De plus, des rosaces tournantes se placent entre chaque verset. Ces motifs ont pour but de séparer les versets lors de la lecture ou la récitation d’un texte. 

L’enlumineur a d’autres moyens pour aider le lecteur à subdiviser le texte coranique. Il indique notamment la mention de l’une des cinq prières dans la marge à l’aide d’un motif géométrique. Un motif circulaire marque la moitié du folio 3r du volume d’Istanbul, TSMK EH.12 dans lequel s’inscrit le mot al-Fajr « الفجر » qui veut dire l’aube. Il s’agit un autre motif de subdivision qui a été utilisé dans ce Coran. On remarque une étoile à huit pointes dans laquelle est transcrit le mot al-maghrib « المغرب » qui se réfère à la prière du coucher du soleil. L’étoile à huit pointes est formée d’une superposition de deux carrés dont l’un pivote sur ses axes à 45°. Cette indication pourrait être une subdivision ritualiste du texte. Il semblerait qu’elle soit un indice de lecture après chaque prière. Ainsi, un juz’, ou partie du texte, devait être lu chaque jour, et le lecteur divise alors ce juz’ pour organiser sa lecture dans la journée. Cette pratique est présente dans certains manuscrits de la région du Khorasan, comme dans le MS. Istanbul, TIEM 449 et le MS. Istanbul, TSMK EH.42.

Longtemps désigné sous l’appellation Coran dit Qarmate, ce manuscrit suscite encore de nombreux débats. En effet, l’origine de ce style décoratif et de son appellation qarmate manque de clarté, encore aujourd’hui. De fait, le nom de l’écriture coufique qarmate n’a jamais été expliqué de manière satisfaisante. L’historien Yasin Safadi mentionne deux sources possibles à ce nom. La première est que ce nom se rapporterait à la al-Qaramitah, un mouvement rebelle musulman qui était fondé par Ḥamadan Qarmat vers 875, et qui se serait propagé dans de nombreuses contrées de l’empire islamique, y compris au Khorasan en Iran oriental, où l’écriture qarmate est souvent utilisée pour la copie du Coran et d’autres ouvrages religieux importants. Le mouvement al-Qaramitah a duré plusieurs siècles, et il est possible que certain de ses membres soient responsables du développement de cette écriture. Safadi indique qu’il y a également une explication plus vraisemblable, d’ordre purement linguistique : qarmata est un verbe faisant partie d’une expression idiomatique arabe : qarmata fī al-Khaṭ, ce qui veut dire « faire les lettres plus belles et écrire les ligatures plus resserrées ». Les ligatures serrées sont particulièrement caractéristiques de l’écriture qarmate, si on la compare à d’autres types de coufique. 

Le Coran dit Qarmate semble partager un grand nombre de caractéristiques stylistiques et calligraphiques avec les manuscrits ghaznévides et seldjoukides. Les Ghaznévides, dynastie d’origine turque ayant régné de 977 à 1186, ont profondément marqué l’Afghanistan actuel et l’Inde du Nord. Dès le milieu du XIème siècle, les Seldjoukides, autre dynastie d’origine turque de la branche Oghouz, ont pris le relais sur les Ghaznévides en émigrant du Turkestan vers le Proche-Orient. Ils s’installent en Iran, en Iraq et en Asie Mineure, jusqu’à la fin du XIIème siècle. Cette relève politique a joué un rôle majeur dans la production artistique, aussi bien ghaznévide que seldjoukide. 

Il est intéressant de noter que le vizir khorassanien et homme d’État ghaznévide et seldjoukide, Nizām al-Mulk (408/1018-1092) a rédigé un traité de politique en persan, permettant de protéger les savants. Il a en outre laissé son nom à des établissements d’enseignement, appelés « madrasa ». Ces madrasas sont fréquentées par les plus grands savants, et favorisent la transmission du savoir tout en permettant aux hommes les plus instruits de se rencontrer et d’échanger sur le plan intellectuel. Est-il alors possible que le Coran dit Qarmate ait été transcrit dans ces madrasas au temps de l’interaction entre les Seldjoukides et les Ghaznévides ? En effet, certains folios de ce manuscrit sont aujourd’hui présentés comme « œuvre seldjoukide », d’autres comme « productions ghaznévides ». Le style calligraphique et décoratif du Coran dit Qarmate ressemble en outre de manière frappante aux céramiques contemporaines de l’est de l’Iran, en particulier les faïences dites samanides et les céramiques seldjoukides. Ces caractéristiques communes témoignent du fait que les céramistes et les scribes partageaient un corps commun de styles calligraphiques et de vocabulaires décoratifs. Il est également possible d’effectuer des parallèles avec la production d’autres manuscrits seldjoukides de la fin du XIIème siècle tel que le Kitāb al-Diryāq « Traité de la thériaque » ou certains manuscrits ghaznévides tels que le Coran Iran, Mashhad IRSL 4316, le Coran dit de ‘Ali et le Coran Koweït, Coll. al-Sabah LNS 6 MS. 

Bien que la forme foliée des lettres, les motifs spiralés superposés et les différentes notations marginales soient caractéristiques de ce manuscrit, l’étude paléographique et du décor révèle des similitudes avec les œuvres samanides, ghaznévides et seldjoukides contemporaines.

Mariem Galy

Bibliographie

  • ATIL (Esin) (dir.), Art islamique et mécénat. Trésor d’art du Koweït, Paris, Institut du Monde Arabe, 1992, p.112. 
  • Canby, Sheila R., Deniz Beyazit, and Martina Rugiadi. « The Great Age of the Seljuqs. » In Court and Cosmos. New York: The Metropolitan Museum of Art, 2016. no. 183, p. 283, ill. (color).
  • ROUX Jean-Paul, Histoire des Turcs : deux mille ans du pacifique à la méditerranée, Paris, Fayard, Condé sur l’Escaut : C. Descamps, 1984, p.148. 
  • SAFADI Yasin Hamid, Calligraphie islamique, Trad. de l’anglais par GAREL Michel, Paris, 1978. 144p.  
  • SAINT LAURENT Beatrice, « The Identification of a Magnificent Koran Manuscript », Les Manuscrits du Moyen-Orient, Varia Turcica, ed. François Déroche, Bibliothèque Nationale de France and Institut Français d’Etudes Anatoliennes d’Istanbul (Istanbul, Paris, 1989), vol. VIII, p.115-124.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.