Le médaillon ilkhanide de la David Collection, Copenhague

Médaillon, Irak ou ouest de l’Iran, 1re moitié du XIV
Tapisserie. Soie, coton, fils d’or
Diamètre : 69 cm
Copenhague, The David Collection, inv. 30/1995
© David Collection

Le médaillon de la David Collection est un document précieux pour l’étude des textiles islamiques médiévaux, rarement conservés. La pièce est une tapisserie de forme circulaire alliant fils de soie, coton et fils d’or. Elle présente un décor constitué de deux frises concentriques encerclant un médaillon central. Celui-ci est orné d’un personnage assis en tailleur – un prince – sur un trône surmonté d’un parasol. Il forme l’axe de symétrie du reste de la composition. Deux personnages se situent en effet de part et d’autre du prince et se tournent vers lui : l’un présente des traits mongols – visage rond, sourcils arqués, yeux en amande – tandis que l’autre est de type arabe ou persan – moustache et barbe, turban.. Richement vêtus, ils sont probablement des figures de haut rang. Le reste du médaillon est orné de motifs végétaux et animaliers comprenant des poissons, des oiseaux et une tortue. Les frises sont quant à elle constituées d’animaux courants sur un fond végétal, parfois séparés par des médaillons circulaires ornés de musiciens.  

L’iconographie renvoie au répertoire des formes utilisé en Iran ou en Irak à la période ilkhanide (XIIIe-XIVe siècles). Descendants des premières tribus mongoles ayant déferlé sur le monde islamique, les Ilkhanides sont arrivés au pouvoir à la suite des conquêtes sanglantes menées par Gengis Khan au début du XIIIe siècle. Peu après la mort du célèbre chef mongol en 1227, l’empire mongol est divisé en plusieurs territoires : la Chine est dès lors gouvernée par le Grand Khan, le sud de la Russie par la tribu de la Horde d’Or, tandis que l’Iran médiéval revient aux Ilkhanides, qui y règnent jusqu’au milieu du XIVe siècle. Ces derniers entretiennent des liens politiques et commerciaux privilégiés avec la Chine, échanges qui se ressentent fortement dans les productions artistiques. Ainsi, il est possible de comparer le médaillon de la David Collection aux tapisseries kesi, exécutées en Chine et caractérisées par l’utilisation de fils métalliques et de fils de soie de couleurs vives tissés de manière à former des motifs aux effets picturaux. Les artisans iraniens semblent avoir adopté des motifs issus du répertoire chinois, qu’ils ont intégré au répertoire traditionnel iranien. En effet, le médaillon mêle à la fois des motifs chinois comme la fleur de lotus ou la grue et des motifs iraniens tels que la figure du prince trônant en tailleur et de face ou les frises d’animaux passant.

Les matériaux utilisés dans la réalisation de ce textile sont précieux et semble indiquer un objet de prestige. Cette hypothèse est renforcée par l’usage d’une iconographie princière mettant en scène un souverain mongol régnant à la fois sur le peuple persan, le peuple mongol, ainsi que sur le monde terrestre (flore et animaux terrestres), maritime (poissons) et aérien (oiseau). Ce motif n’est pas sans rappeler les illustrations des épisodes de la littérature contemporaine telle que l’Histoire Universelle (Jami al-Tawarikh) de Rashid al-Din ou le Livre des Rois (Shahnameh) de Ferdowsi et que l’on trouve notamment sur les métaux et les céramiques de la même période. L’adoption de motifs chinois, intégrés à une iconographie traditionnelle, met en lumière les origines mongoles des Ilkhanides tout en inscrivant la nouvelle dynastie dans la tradition iranienne. 

Bien que peu conservés, les textiles ilkhanides étaient des objets extrêmement fréquents et utilisés quotidiennement. En effet, les tribus mongoles étant nomades, ils ornaient les sols et les murs des tentes. Les textiles sont également des vecteurs de prestige et de pouvoir. Transportables sur de longues distances, parfois vendus ou offerts en tant que cadeaux diplomatiques, ils permettent ainsi d’affirmer le pouvoir du souverain tout en étant des médiums privilégiés dans la transmission d’une iconographie nouvelle. 

Fanny Roilette

Bibliographie : 

Site de la David Collection : https://www.davidmus.dk/en/collections/islamic/materials/textiles/art/30-1995, consulté le 09/05/20.

BLAIR, Sheila, BLOOM, Jonathan (ed.), Cosmophilia. Islamic Art from the David Collection, Copenhagen, McMullen Museum of Art, Boston College, Boston, 2006, p. 63.

KADOI, Yuka, Islamic chinoiserie: the art of Mongol Iran, Edinburgh, 2009, p. 30-31.

WATT, James, WARDELL, Anne, When Silk was Gold: Central Asian and Chineses Textiles, New York: Metropolitian Museum of Art & Cleveland Museum of Art, 1997, p. 127-140. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.