L’impact des guerres sur le patrimoine national : l’exemple du MS Iran, Mashhad, IRSL 4316

MS. Iran, Masshad, IRSL 4316, ff. NR, 2250 fol., 466/1073-74, 260X200mm
©Image reproduite dans : LINGS Martin, 2005, p. 57, no.15.

En 1976, l’historien iranien Aḥmad Gulchīn-Ma‘ānī (1918-2000) publie un article concernant la découverte d’un manuscrit coranique richement enluminé. Il le définit comme « un merveilleux chef d’œuvre du Vème siècle de l’hégire ». Il s’agit du Coran de ‘Uthmān ibn al-Ḥusayn ibn Abī Sahl al-Warrāq al-Ghaznavī, connu sous le nom d’Abū ‘Umar. Ce Coran est actuellement conservé à la bibliothèque du sanctuaire d’Imām Rizā, situé à Mashhad en Iran, sous le numéro 4316. Il a été exécuté dans la région du Khorasan entre 462 et 466/1070-1073-4 et se compose de trente juz’ ou volumes, chacun contenant environ soixante-quinze folios, sur un total estimé à 2 250 folios. De format rectangulaire vertical, il mesure environ 260 × 200 mm. Il est écrit en « Nouveau style », à l’encre noire sur papier, et contient cinq lignes de texte par folio. La reliure est en cuir brun avec un rabat. Elle est estampée d’une mandorle entre la reliure, les nerfs et la bordure. Le numéro de chaque volume est estampé en écriture angulaire. Chaque juz’ porte un colophon au nom de ‘Uthmān ibn al-Ḥusayn al-Warrāq, à l’exception du vingt-troisième qui a été copié par Muḥammad ibn ‘Uthmān ibn al-Ḥusayn al-Warraq. 

L’histoire de ce manuscrit, passionnante, n’est pas sans rappeler celle du manuscrit de Ṣan‘ā’ mis au jour en 1972 dans le faux plafond de la mosquée de Ṣan‘ā’ au Yémen. En effet, en 1967, les chercheurs découvrent dans la bibliothèque de Abū Abjam‘ī en Iran le premier et le vingt-deuxième juz’ d’un Coran copié par ‘Uthmān ibn al-Ḥusayn al-Warrāq. Un an et demi plus tard, à la suite de la restauration de ce lieu saint, les ouvriers trouvent au-dessus de la coupole une cachette où ont été déposés de nombreux sacs renfermant plusieurs juz’ du Coran ainsi que des feuillets dispersés. Grâce aux renseignements fournis par les intendants de ce lieu, dont le responsable de la bibliothèque, on sait que ces sacs ont été déposés et scellés dans la partie supérieure de l’ancienne salle de lecture. Les responsables pensaient qu’il n’y avait que des feuilles dispersées du manuscrit du Coran et comme il n’était pas convenable que celles-ci soient piétinées ou brûlées, elles ont été laissées dans cette cavité par respect. Deux ans plus tard, plus précisément en 1969, un intendant de cérémonie découvre les restes d’un volume de Coran brûlé, quelques feuillets et un juz’ en parfait état entre les deux toits du plafond du sanctuaire de Āstān-i Quds Razavī à Mashhad. Il trouve aussi plusieurs autres manuscrits : des Corans complets, des moitiés de Coran, un septième de Coran ainsi qu’un chapitre du Coran. Il y avait également, entre autres, une ancienne Torah, quatre cahiers de prières, quatre volumes du Coran : l’ensemble représente 1708 manuscrits. Il est à noter que vingt-sept juz’ d’un Coran de ‘Uthmān ibn al-Ḥusayn al-Warrāq ont fait partie de cette découverte, en plus des deux juz’ déjà répertoriés dans la bibliothèque de Abū Abjam‘ī susmentionnés. En 1973 Gulchīn-Ma‘ānī examine des Corans du musée de l’Iran antique. Il trouve la première page du dixième volume sous-titrée « Un exemple de calligraphie et d’enluminure du cinquième siècle à la manière de ‘Uthmān ibn al-Warrāq ». Il fait une demande de restitution du dixième juz’ pour finaliser la série de la bibliothèque de Āstān-i Quds Razavi. 

L’historien Gulchīn-Ma‘ānī suppose que pendant la Seconde Guerre mondiale, lors de l’occupation de l’Iran, le secrétaire du président de la bibliothèque ‘Abd al-‘Āli, avec l’aide d’un de ses adjoints de confiance, a déplacé les plus précieux manuscrits de Āstān-i Quds Razavi vers une antichambre et les a emmurés. Tant que les occupants n’avaient pas quitté le Khorasan, et que les conditions de sécurité n’étaient pas assurées, ce trésor demeurait enfoui dans sa cachette. Gulchīn-Ma‘ānī conçoit alors, qu’à l’instar de cette loyale initiative et pour protéger ce patrimoine des mains des occupants, ces manuscrits aient auparavant été mis dans des caisses et transférés précipitamment vers un lieu protégé, où ils restèrent cachés pendant plusieurs décennies. Il semblerait que la disparition de ces manuscrits soit due aux massacres perpétrés à Mashhad durant cette période, et que, par conséquent, il n’y ait pas eu de survivant qui puisse nous renseigner sur la durée durant laquelle ces copies sont restées cachées. 

Mariem Galy

Bibliographie 

BLAIR Sheila, Islamic calligraphy, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, Edinburg : Edinburg University Press, cop. 2006. pp.16-27 et pp.195-228. 

GULCHĪN MA‘ĀNĪ (Aḥmad), “Shāhkārhā-yi hunari-yi shigiftangīzi az qarn-i panjam-i hijri va sarguḏasht-i ḥayrat-āvar-i ān”, Honar va Mardom, 157, 1354/1976, p.45-65. Disponible sur : http://bit.ly/2FYZ9wx , consulté le 15 Janvier 2018.

HILALI Asma, « Le palimpseste de Ṣan‘ā’ : Deux Corans superposés », Le Monde de la Bible, no 201,‎ juin-août 2012. Disponible en ligne : http://bit.ly/2Gz459g, consulté le 06 Février 2018.

LINGS Martin, Splendours of Qur’an Calligraphy and Illumination, Vaduz: Thesaurus Islamicus Foundation, 2005, p.57, no, 14-15.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.