La chemise talismanique de la Khalili Collection

Chemise talismanique (libâs al-taqwâ), Asie centrale, Transoxiane ou Khwarezm, Fin du XVIIe– XVIIIe siècle ; Coton imprimé et peint ; H: 177 cm, L max : 122 cm, Tour de taille : 33 cm ; N. D. Khalili collection, inv. No. TXT 230.
© Khalili collection

Les tuniques talismaniques sont des objets produits en nombre dans la totalité du monde islamique : elles sont un support de choix à la protection contre les maladies, les accouchements difficiles et les morts subites dues au combat.

Souvent peu conservées, les œuvres les plus importantes se rapportent au monde Ottoman, à l’Ouest Africain et à l’Inde et sont datables d’entre le XVe et XXe siècles. La production en Iran et en Asie centrale est attestée et répandue, mais toutefois sous-représentée.
Chaque culture possède sa propre approche des tuniques, cependant ces dernières partagent un lexique commun facilement reconnaissable. Elles comportent de nombreuses inscriptions coraniques, des noms saints, les quatre-vingt-dix-neuf beaux noms de Dieu, ou encore des carrés magiques. En effet, porter le Coran sur soi ou seulement certaines sourates, permet d’en tirer des vertus protectrices.

Cette tunique, en coton imprimé et peint, reprend des modèles typiques d’Asie centrale. Le col est en forme de châle avec une extrémité triangulaire sur la poitrine, élément propre aux robes masculines de la noblesse de Bukhārā des XVIIIe-XIXe siècles. De même, le rabat fait écho aux habits de cavaliers nomades du Khwarezm, offrant une meilleure protection au vent. Le décor se décompose autour d’un axe de symétrie vertical relatif à l’ouverture de la tunique, dont les bordures sont ornées de formes rhomboïdales aux contours zigzagants dorés, sertis de fines bandes argent, et se poursuit sur le bord inférieur de la tunique tout en suivant les fentes latérales jusqu’à la partie dorsale. Ce motif semble caractéristique des productions apotropaïques en Asie centrale ; il est défini par plusieurs termes turkmènes hamtoz «en escalier», tekbend «cerclage des femmes», et un terme arabo-persan naqsh-i khisht «un pattern fait de briques». Ce dernier terme est intéressant, car il renvoie également aux décors architecturaux en briques banna’i du Khorasan ou aux traitements des nervures du marbre dont on peut supposer une connotation apotropaïque.

Chemise talismanique, XV-XVIe siècle ; Nord de l’Inde ou Deccan ; L 63.5 cm x H 98.4 cm; Metropolitan Museum of Art Accession Number: 1998.199
© Purchase, Friends of Islamic Art Gifts, 1998

La majorité des décors se concentre dans la partie supérieure, selon une alternance de bandes verticales frangées, sans réel équivalent dans le monde islamique. On retrouve alors une succession de bandes épigraphiques cursives en noir, rouge, et vert sur fond blanc, séparées par des bandes plus fines de naqsh-i khisht doré, serties de bandes argent. Les inscriptions comprennent les quatre-vingt-dix-neuf beaux noms de Dieu, les sourates al-Baqarah, versets 137 et 255, et la sourate Al ‘Imran, verset 173.
Deux larges médaillons prennent place de part et d’autre au niveau du torse évoquant les compositions des tuniques de l’Inde pré-moghole. Une bande épigraphique noire utilise la sourate 112 al-Ikhlas qui ceinture un motif polylobé central.

On retrouve à nouveau le médaillon au dos, dont l’inscription renvoie cette fois à la confrérie soufie Yasawiyyah (Ahmad Yasawi, m. 1066-67), un des trois grands groupes mystiques d’Asie centrale, dont l’influence trans-étatique repose sur l’autorité de la filiation spirituelle d’une figure sainte au prophète. Ceci nous interpelle alors sur les usages de la tunique. En effet, celle-ci n’est pas attribuée à une personne précise, ce qui peut suggérer un usage joint à d’autres objets, ou à la pratique des voies (Tariqah) mystique que défend la confrérie. Ces rituels reposent notamment sur des répétitions rythmiques (dhikr) où les femmes y avaient une place importante. Le terme Tekbend «cerclage des femmes» pourrait alors accorder une place non-négligeable à celles-ci dans l’élaboration des tuniques et de leur iconographie.

Cependant, malgré l’absence de nom, une affiliation de la tunique à un Khan initié à la confrérie est plus probable, afin de soutenir son autorité. En effet, les cercles soufis d’Asie centrale manifestaient un pouvoir aussi bien temporel que spirituel. Cette approche s’explique d’une part, par la forme de la tunique et son lien avec les habits de la noblesse et des cavaliers, auxquels il faut associer les tuniques turques libâs al-taqwâ (vêtement de piété) destinées aux combats. D’autre part, la richesse ornementale ne correspond pas aux vœux de pauvreté des confréries soufies.

Ainsi, la tunique talismanique de la Khalili collection est une pièce importante, autant pour ses qualités stylistiques que pour ses relations aux sphères soufies d’Asie centrale.

Killian Lécuyer

Bibliographie sélective :

Brac de la Perriere, Éloïse, «Les tuniques talismaniques indiennes d’époque pré-moghole et moghole à la lumière d’un groupe de corans en écriture bihārī», Journal Asiatique, 297/1, (2009) : 57-81.

Flood Finbarr B., « Animal, Vegetal, and Mineral: Ambiguity and Efficacy in the Nishapur Wall Paintings », Representations 133 (2016) : 20-58.

Habiba, Fathi, « Les réseaux mystiques au Kazakhstan : entre dhikr et militantisme ? », Cahiers d’Asie centrale, 15/16 (2007) : 223-261.  

Hamès, Constant, éd. Coran et talismans: textes et pratiques magiques en milieu musulman. Paris: Karthala, 2007.

Khalili Collections. « Khalili Collections | Islamic Art | Coat with Talismanic Inscriptions… » Consulté le 22 décembre 2020. https://www.khalilicollections.org/collections/islamic-art/coat-with-talismanic-inscriptions-txt-230/

Papas, Alexandre. « Lingua Franca or Lingua Magica? Talismanic Scrolls from Eastern Turkistan from The Persianate World: The Frontiers of a Eurasian Lingua Franca ». In The Persianate World: The Frontiers of a Eurasian Lingua Franca, 207‑22. Oakland, California: University of California Press, 2019.

Tsareva, Elena. « Talismanic shirts of central asia », Manuscripta orientalia 17. 2 (2011): 54‑58.


Une réflexion sur « La chemise talismanique de la Khalili Collection »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.