Les collections des arts de l’Islam au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon

musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon (Doubs)
© Yohan Zerdoun

Introduction
Le patrimoine national des arts de l’Islam en région est de mieux en mieux connu en France, grâce à des appuis institutionnels comme le RAIF (Réseau d’Art Islamique en France, piloté par le Musée du Louvre), des initiatives d’études isolées ou croisées et des recherches liées à des sujets de mémoires ou de thèses. Toutes ces actions visent à valoriser des collections présentes mais souvent mal repérées ou peu exposées. 

En effet, les objets islamiques sont conservés en nombre : la carte du RAIF mentionne près de 120 lieux de conservation, regroupant à la fois des musées, des châteaux, des bibliothèques et des édifices religieux. Chaque édifice possède une histoire unique ; les objets des arts de l’Islam conservés provenant tantôt de missions évangéliques, de souvenirs de voyages, de fouilles archéologiques ou encore de rapports ethnographiques.

Ces collections regroupent un nombre d’objets très variable, parfois insuffisant pour constituer une section muséographique dédiée ou pour les exposer de manière cohérente. De même, il peut arriver que ces collections, plus ou moins anciennes, parfois encombrantes, ne correspondent pas ou plus au projet scientifique et culturel du musée ou encore même qu’elles ne soient pas (re)connues. 

Il faut tout de même mentionner des redécouvertes et études d’envergure récentes comme celle de la collection du Musée des Beaux-Arts de Lyon (Palais Saint-Pierre), celle du Musée Ingres de Montauban ou encore la publication des actes du colloque « Les arts de l’Islam de al-Andalus à l’Occitanie – Regards croisés », qui regroupent des études de collections de toute la région Occitanie. Grâce à ces travaux de localisation, de recensement et de description, la compréhension des collections et leur constitution au fil du temps se font plus précises dans le contexte français.

Le musée de Besançon et sa collection
Cet article synthétique fait suite à une courte mais très enrichissante expérience de stage au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie (MBAA) de Besançon (Doubs, 25).
J’ai eu la chance de pouvoir étudier les collections des arts de l’Islam du musée en septembre-octobre 2020. Il s’agissait de dresser un bilan des collections repérées par les équipes du musée lors du récolement décennal ; vérifier et trier les éventuels manques et erreurs ainsi que proposer un rapport à l’usage des équipes du musée.

Comme susmentionné, chaque musée de France possède une histoire propre : celle du MBAA de Besançon est particulièrement riche puisqu’il s’agit de la plus ancienne collection publique française, remontant à 1694. Les collections primitives, provenant notamment de la famille Perrenot de Granvelle, premier ministre de Charles Quint, sont augmentées par les saisies révolutionnaires au XVIIIe siècle, avant d’être rejointes par le musée d’Archéologie en 1849 ainsi que d’autres dons et dépôts de collectionneurs privés , du XVIIIe au XXe siècle. Aussi, les collections du musée, très variées, comportent un cabinet d’art graphique reconnu internationalement, des collections de peintures de la Renaissance au XXe s. et une collection archéologique, dans laquelle ont été comptabilisées les collections extra-européennes, dites « ethnographiques », où se trouve la plupart des pièces islamiques du musée. 

La collection des arts de l’Islam regroupe aujourd’hui près de 450 numéros ; certains correspondent à des paires d’objets ayant été numérotés séparément, comme par exemple des poignards et leur fourreau, des paires de boucles d’oreilles ou des paires de chaussures. 

La collection s’articule autour de trois axes principaux : 

  • Des céramiques : 55 numéros et un ensemble de 277 carreaux de revêtement architectural d’origine tunisienne
  • Des armes : environ 30 numéros 
  • Des bijoux : 21 numéros (regroupés)

Le musée de Besançon fait partie du recensement du RAIF susmentionné, ce qui ne révèle cependant pas l’importance de sa collection, en termes de numéros et d’histoire du goût. La collection des arts de l’Islam  est essentiellement concentrée sur la période moderne ; les périodes médiévales (pour le Proche-Orient, l’Anatolie et l’Iran/Asie Centrale) ne sont pas représentées. Cette périodisation traduit les intérêts et goûts des collectionneurs et donateurs ainsi que les modes d’acquisition de ces œuvres. Ces collections sont toutefois très peu documentées et il est donc difficile de remonter précisément leur provenance et mode d’acquisition. 

Aperçu : Pupitre porte-Coran (Asie du Sud-Est) ; Carreau de céramique architecturale (Iran Qajar) ; Tabuqalt (Afrique du nord) ; Tabzimt (Afrique du nord, Kabylie, Culture Ait Yenni)
© Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon

Le nord de l’Afrique et plus précisément la Kabylie sont les piliers des collections du musée et les témoins d’une présence française sur ces territoires. Les objets des collections sont des productions qualifiées de « typiques » des territoires kabyles : vannerie, tapis, travail du bois et bijouterie. Quelques objets persans, ottomans et d’Al-Andalus sont également représentés. Les « marges » du monde islamique sont également présentes, grâce à des dons de collectionneurs essentiellement tournés vers le monde extrême-oriental. C’est notamment le cas de deux verseuses provenant sans doute du Turkestan (région chinoise conquise par les Arabes ; regroupant aussi l’Inde, l’Ouzbékistan et le Pakistan) et un kursi (pupitre porte-coran), rattaché au contexte de l’Asie du sud-est. 

Différents acteurs ont participé à l’entrée de ces objets dans les collections : missionnaires, militaires, ethnologues, collectionneurs, intellectuels et amateurs ; tous ne partagent pas le même intérêt ni le même regard sur ces objets. À Besançon, plusieurs donateurs ont pu être mis en lumière dont Jean-Louis-Eugène Willemot (Président à la cour d’appel de Besançon et du Conseil Général de Haute-Saône), Louis-Joseph Chenot (Administrateur et littérateur né dans la région) et Alfred Ducat (Architecte des chemins de fer du Doubs et ancien conservateur du musée). La diversité des profils des donateurs permet d’envisager l’ampleur des recherches annexes nécessaires pour connaître au mieux ces objets. Certains d’entre eux portent parfois des numéros rétrospectifs, qui ne sont encore pas rattachés à une donation ou un legs, leur arrivée au musée posant donc encore question.

Quelques objets « importants »

Bien que les collections du musée semblent au premier abord de moindre importance (dû essentiellement au manque de diversité des périodes et aires géographiques représentées), certains objets apparaissent particulièrement intéressants, voire peu communs. À travers trois  exemples, j’espère montrer l’exhaustivité et la variété de cette collection.

Tout d’abord, je souhaiterais me pencher sur deux plaques de céramique architecturale à décor d’inscriptions poétiques (N° inv. : 2011.0.487 et 2011.0.488). L’une est octogonale barlongue, son inscription est traduisible ainsi : « Tout périt sauf son visage » (sous-entendu de Dieu). L’autre est ovale et son inscription, sur deux lignes, nous donne la basmala puis une ligne poétique en arabe (traduit comme suit : « ya mafta al-bavab », littéralement « la clé qui ouvre les portes », sous-entendue la basmala) et enfin une succession de chiffres : 1306, qui doit s’apparenter au numéro de rue. Non-datées, elles semblent tout de même appartenir à un contexte moderne : il s’agit de plaques décoratives, qui n’ont peut-être même jamais servi et qui se placent à l’entrée des maisons ou des pièces.

Pour le musée et les non-initiés, ce groupe d’objets permet d’aborder trois points : 

  • Ces deux plaques possèdent des inscriptions arabes mais sont à rattacher à un contexte persan, grâce à l’utilisation du nasta’liq, utilisé plus fréquemment dans le monde persan (ainsi que les chiffres, persans également)
  • Ce groupe révèle la présence d’objets-souvenirs de la période moderne, souvent moins considérée par rapport aux objets des périodes médiévales.
  • Enfin, elles démontrent la nécessité de la traduction des inscriptions – arabes, persanes ou turques – pas toujours réalisées et qui peuvent aider à préciser les usages et les contextes.

Ensuite, un bracelet à double-charnière hdida (N° inv. : 2008.0.3) retient l’attention. Le bracelet, en forme de bandeau circulaire, est composé de deux parties articulées autour d’une charnière et est muni d’un fermoir. Il est orné d’éléments semi-hémisphériques filigranés fixés par des rivets. Peu conservé et peu connu jusqu’à présent, ce type de bracelet était notamment porté par les femmes de Djerba, par paires. Cette catégorie de  de bijoux date du XXe s. et après comparaison (et malgré le n° rétrospectif du MBA), celui de Besançon semble le plus ancien conservé dans les collections françaises 1

Enfin, je m’attarderai sur un kursi, pupitre porte-Coran en bois, déjà mentionné, provenant d’Asie du Sud-Est (sans qu’il soit possible aujourd’hui de préciser sa provenance). Mesurant près d’un mètre de haut, il possède une tablette de pose ajourée et un taquet bas terminé par deux volutes pointues. Son piètement est lui aussi ajouré et forme un fleuron central. Le musée possède un second pupitre, provenant d’Afrique du Nord, qui permet une comparaison stylistique ; cette comparaison pourrait être étoffée grâce à des études récentes sur les arts de l’Islam en Asie du Sud-Est. La présence de cet objet dans les collections du musée est à associer à la constitution de collections privées d’objets d’art extrême-oriental dans un contexte colonial et de voyage en Asie au XXe siècle.

D’autres objets sont tout aussi importants mais mieux représentés dans d’autres collections, notamment au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac (MQB), qui possède des collections ethnologiques : c’est le cas des mesbah (chandelier de fêtes d’origine kabyle) ou des armes de manière générale.

Pour conclure, ces objets nous parlent de l’histoire du goût et de la collection à une période donnée, les XIXe et XXe siècles. Reflets des voyages, des achats, des choix des collectionneurs, ils prenaient sans doute place dans un intérieur ou étaient portés (dans le cas des bijoux), aux côtés d’autres collections, traduisant une recherche de connaissances exhaustive, encyclopédique. 

Archéologie ou Ethnologie ? 

L’arrivée de ces objets dans les collections du MBAA s’inscrit ainsi dans une démarche de collectionneurs et amateurs, friands « d’exotisme », en vogue à la fin du XIXe – début XXe siècles. Comme nous l’avons vu précédemment, cette période est traditionnellement exclue des recherches en arts de l’Islam, et souvent rapprochée de l’ethnologie. 

Cependant, qualifier ces collections d’ « ethnologiques » peut poser problème. L’ethnologie est une discipline à part entière : elle consiste en l’étude descriptive et analytique sur le terrain des mœurs, des coutumes de populations déterminées, et exige normalement une observation directe, voire une participation de l’enquêteur ; ce qui ne semble pas être le cas pour les objets de la collection, bien qu’ils semblent être arrivés relativement tôt dans les collections, dès le début du XIXe siècle pour certaines pièces.

Il s’agit bien de productions artisanales et donc multiples, produites en grande quantité et ne portant bien souvent ni le nom de l’auteur, ni la date de réalisation. Collectés comme cadeaux, souvenirs touristiques, objets de folklore et de conquête, ces « évocations de voyage » s’inscrivent également dans une volonté de posséder des collections encyclopédiques (à la manière des cabinets de curiosité), motivée par la période coloniale. Sous l’appellation « ethnologie » se trouve un joyeux mélange de tous les objets qui ne correspondent ni à la section “Beaux-Arts”, ni à la section “Archéologie” ; ce qui peut poser des problèmes de localisation et de compréhension, notamment à cause des doublons ou d’objets absents. 

Comment exposer ces objets ? 

Les arts de l’Islam ont joué différents rôles au fil des constitutions des collections européennes : esthétiques, témoignages religieux, historiques, littéraires ou ethnographiques, ils n’ont parfois acquis leur statut d’œuvres d’art que très tard, ce qui complique souvent leur intégration dans les parcours d’expositions.

Très peu de musées territoriaux exposent leurs collections des arts de l’Islam : par manque d’espace, de connaissances au sujet des objets ou de leur contexte d’acquisition ou simplement car ces objets nécessiteraient une restauration. Par exemple, en ce qui concerne les bijoux du Maghreb, le Musée des Civilisations et de la Méditerranée (MuCEM) n’expose aucun de ses 1400 bijoux ; le MQB 59 sur 1119 ; le Musée des Confluences 0 sur 22.

Plusieurs solutions existent, qu’il s’agisse d’une exposition thématique, géoculturelle ou géochronologique, qui peuvent d’ailleurs être adaptées et combinées en fonction des besoins et possibilités de chaque collection. Les choix d’exposition se portent le plus souvent sur des « chefs d’œuvre », au détriment des artefacts plus ordinaires, pourtant représentatifs d’un art du quotidien. Pourtant, ces objets « ordinaires », en plus de permettre une première « entrée en matière » pour les spectateurs, sont peu connus des spécialistes et gagneraient à être exposer ou du moins accessibles.

Le MBAA de Besançon expose quant à lui quelques objets, dans deux vitrines thématiques. L’une est consacrée à l’un des mécènes du musée, Ernest Monin, docteur en médecine, né à Besançon qui a donné sa collection de bijoux et métaux au musée en 1931. Ses recherches l’ont mené à s’intéresser à la théologie et les différentes religions et cultes du monde, dont l’islam. La seconde vitrine, plus technique, regroupe une sélection de céramiques : elle mélange différentes typologies d’objets, notamment des céramiques hispano-mauresques et d’Iznik, données Jean-Louis Eugène Willemot, collectionneur qui s’est uniquement concentré sur les céramiques du monde.

Vue de la vitrine céramiques
© Eléonore Belin

Conclusion
À travers ce court résumé, j’espère avoir réussi à donner envie à tous de découvrir et étudier des collections peu connues. Il est évident qu’un travail plus précis et comparatif permettra d’en apprendre davantage sur toutes ces collections françaises. L’enjeu est à la fois scientifique et culturel ; il pourrait déboucher sur la constitution d’une base de données, accessible au plus grand nombre et qui servirait de support de référence, tout en s’inscrivant dans une politique européenne de recherche sur les collections et leurs constitutions.

J’aimerais remercier chaleureusement l’équipe du Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon pour son accueil, sa confiance et l’opportunité qui m’a été donné de travailler avec eux ; je remercie également Fanny, Sarah, Anaïs pour leur aide, leurs conseils avisés et l’accès à leurs mémoires de recherche. Enfin, merci à Camille pour ses traductions.

Eléonore Belin

1.Comparaisons stylistiques : MQB 70.2008.7.8 et MuCEM 2017.23.77

Bibliographie 

Dolz Anaïs, L'enluminure dans les manuscrits coraniques de l'Asie du Sud-est jusqu'au XVIIIe siècle, 2020, Mémoire de master 2, Sorbonne Université, sous la direction de Mme Brac de la Perrière.

Lakhal-Kermani Sarah, Les bijoux du Maghreb dans les collections françaises, 2018, Mémoire de master 2, Sorbonne Université, sous la direction de Mme Brac de la Perrière.

Roilette Fanny, La collection des métaux islamiques du Musée des Beaux-Arts de Lyon, 2019, Mémoire de master 2, Sorbonne Université, sous la direction de Mme Brac de la Perrière.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.