La Wade Cup

La « Wade Cup », 1200-1221, laiton incrusté d’argent, Iran, XIIIe siècle, H. 11,5 cm / D. 16,1 cm, Cleveland, Cleveland Museum of Art. 
Numéro d’inventaire: 1944. 485 
© The Cleveland Museum of Art

   La Wade Cup du musée de Cleveland, nommée d’après l’homme qui en a permis l’acquisition, est un objet important de l’histoire de l’art du métal islamique pour lequel il existe pourtant peu d’études. Cette coupe proviendrait du Khorasan, une région regroupant l’actuel Iran du Nord et une partie de l’Afghanistan, et daterait du début du XIIIe siècle. Il s’agit d’une large coupe de laiton incrusté d’argent, de 11 centimètres de hauteur et de 16 centimètres de diamètre environ. Elle se caractérise par la richesse de ses décors, ornant l’intérieur et l’extérieur de la pièce. 

   Le décor de la paroi extérieure de la pièce, en trois parties, est particulièrement impressionnant ; à commencer par la frise épigraphique anthropomorphe longeant la lèvre, exprimant une bénédiction au propriétaire. La partie inférieure se compose quant à elle d’un entremêlement de plusieurs frises d’animaux passant dont le croisement forme des espaces sur lesquels sont représentés les douze signes du zodiaque. Les incrustations en argent sont moins visibles sur cette partie de l’objet qui paraît avoir le plus souffert des affres du temps, contrairement à la bande supérieure ou au pied. Sur ce dernier, une seconde formule de bénédiction au propriétaire est lisible sous la forme d’une inscription épigraphique animée, surmontée et soulignée par des feuilles pointant vers le haut et vers le bas. 

L’intérieur de la Wade Cup est moins décoré que sa surface extérieure et le médaillon central au fond, relié au pied, semble se détacher du corps de l’objet. Quatre quadrupèdes ailés, peut-être des sphinx, y sont gravés, disposés suivant le sens des aiguilles d’une montre et dont les ailes entrelacées rejoignent le centre. Le médaillon est lui-même cerné par une frise représentant des poissons en mouvement, rappelant un motif végétal, tournant cette fois dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Au-dessus de ce bandeau, comme émanant du centre, douze motifs en forme de bulbe irradient vers l’extérieur de la coupe pour rejoindre une frise en écriture coufique cernant sa lèvre interne, formulant d’autres bénédictions. 

La « Wade Cup », 1200-1221, laiton incrusté d’argent, Iran, XIIIe siècle, H. 11,5 cm / D. 16,1 cm, Cleveland, Cleveland Museum of Art. 
Numéro d’inventaire: 1944. 485 
© The Cleveland Museum of Art

   L’iconographie riche et complexe de la Wade Cup a en partie permis d’identifier son origine et sa provenance, notamment la ronde d’animaux, les animaux ailés et le thème du zodiaque, très employés dans le Khorasan entre le XIe et le XIIIe siècle, d’abord pour la céramique puis sur les objets en métal. Pour autant, c’est la graphie animée de certaines parties de la pièce qui a attiré l’attention des chercheurs. La Wade Cup compte deux types de graphies animées : l’écriture sur la bande supérieure longeant le bord externe de la coupe est caractérisée par des hampes à forme anthropomorphe et des jambages à forme zoomorphe. La frise épigraphique du pied de la Wade Cup se caractérise quant à elle par l’emploi de têtes d’hommes pour former les hampes des lettres. Elle ajoute néanmoins à la richesse de la pièce, dont le décor et l’entrelacement des bandes rappelle également les textiles de soie luxueux. 

Ces éléments qui constituent la Wade Cup semblent non seulement faire de cet objet domestique une pièce rare, mais questionnent également son utilisation. Dans une région et une époque où le dialogue entre les arts et la littérature est fréquent, il est possible que cette atmosphère ait inspiré l’artiste pour la création de la Wade Cup. En effet, la poésie attribue par la métaphore une dimension symbolique supérieure aux objets que l’on retrouve par exemple dans les poèmes de Nizâmi, qui serait d’ailleurs contemporain du « Maître de la Wade Cup ». Cette hypothèse suggère que l’objet ait été destiné à un usage et à un milieu prestigieux ou du moins connaisseur de ces codes, et impliquerait que l’auteur de la Wade Cup est un artisan cultivé. 

   La Wade Cup possède ainsi de nombreuses caractéristiques remarquables comme la grande maîtrise technique de l’auteur et la composition unique d’éléments tant artistiques qu’intellectuels d’une période et d’une région de l’histoire de l’art islamique, et les questionnements qu’elles suscitent ne font qu’en souligner la particularité. 

Alma Chaouachi

Bibliographie

RICE, D. S., The Wade Cup in the Cleveland Museum of Art, Paris, Editions du Chêne, 1955, [36p.].

ETTINGHAUSEN, Richard, « The “Wade Cup” in the Cleveland Museum of Arts, its Origins and Decoration », Ars Orientalis, II, 1957, [p. 327-366]. 

FRANKLIN, David et C. GRIFFITH MANN, Treasures from the Cleveland museum of art, 2012, Cleveland, Cleveland Museum of Art, [352 p.]. 

MACKIE, Louise W., Symbols of power: luxury textiles from Islamic lands, 7th to 21st century, 2015, Cleveland, Cleveland Museum of Art, [517 p.]. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.