“Combat de lance entre Rostam et Isfandiyar”, Page d’un Shâhnâmeh, début du XVIIe siècle Mss. Supp. Persan 490, folio 260v., BnF

Combat de lance entre Rostam et Isfandiyar, page de Shâhnâmeh, début du XVIIe siècle, Shiraz ou Ispahan, Iran., Mss. Supplément persan 490 folio 260v. Bibliothèque Nationale de France. 225 x 480 mm.
© Gallica, BnF

La page ici présentée est un folio d’une copie d’un manuscrit du Shâhnâmeh. Il s’agit du Supplément Persan 490 entré dans les collections de la Bibliothèque Nationale au cours des premières années du XIXe siècle. Il date probablement du début du XVIIe siècle, et a été réalisé dans un atelier safavide, au cours du règne de Shah Abbas (1587-1629). 

La scène représente un affrontement entre Rostam et Isfandiyar, se faisant face à cheval et croisant leurs lances. Dans ce récit, Isfandiyar, fils du roi Gushtap est envoyé par son père pour soumettre Rostam, seule condition pour qu’il accède au trône. En dépit des avertissements de sa mort prochaine s’il part combattre le héros du Sistan, Isfandiyar décide d’obéir à son roi. 

 Les deux héros combattent à la lance, l’arme la plus importante de la cavalerie après l’arc. Ils la brandissent à deux mains, à l’image de la cavalerie persane. On remarque également la présence du carquois fixé à la selle des chevaux des deux hommes, annonçant le duel futur qui scellera leur sort. Rostam arbore le Babr-i bayan, une longue barbe rousse, ainsi qu’un heaume en forme de tête de léopard. Si Rostam chevauche son cheval Rashkh,  uniquement équipé d’une selle en toile, le cheval d’Isfandiyar est lui entièrement vêtu pour la guerre, tandis que le prince lui-même arbore une armure parsemée d’or et une couronne comme heaume. Autour des deux héros, le paysage se compose simplement d’un sol ocre, formant une colline, sur laquelle se trouve quelques arbres peints à la manière chinoise, surmontés par des nuages en forme de spirales d’origine chinoise. Ceux-ci sont omniprésents dans la scène, tant dans le paysage que sur le Babr-i bayan de Rostam. 

Cette miniature est l’une des rares peintures représentant le début de leur l’affrontement à la lance plutôt que la traditionnelle scène où Rostam décoche une flèche dans l’œil d’Isfandiyar.

  L’artiste semble ici avoir voulu ériger les deux héros comme des hommes égaux dans le combat. Les armées respectives des personnages sont absentes de la scène, contrairement à plusieurs représentations. La miniature n’évoque pas le sort final des protagonistes, et pourtant le simple fait de croiser leurs lances scelle déjà leur destin, puisque ce n’est qu’un premier avertissement de l’affrontement final qui verra Rostam tuer Isfandiyar. 

Un sceau situé à la fin du manuscrit permet de rattacher celui-ci aux ateliers de Hatem Beg Ordûbadî, qui fut grand vizir de Shah Abbas avant d’entrer en disgrâce. Le manuscrit contient 54 peintures ; certaines semblent avoir été produites à Chiraz tandis que d’autres, plus tardives, sont issues d’ateliers différents difficiles à identifier. Francis Richard et Ivan Stouchkine y ont vu par exemple des peintures pouvant venir d’Ispahan, de Qazvin comme de Chiraz. La circulation du manuscrit et les ajouts qu’il a pu connaître, poussent à rester prudent quant au lieu d’origine de ce feuillet. Si l”origine de ces peintures restent incertaines, elles illustrent toutefois le style safavide. 

Les manuscrits produits dans les ateliers de cette ville, parfois dénommés “école de Chiraz” sont caractérisés par une palette chromatique plus restreinte et des paysages plus légers, où les motifs des arbres et des nuages se répètent. Cela correspond à un style provincial plutôt que le modèle établi à la cour royale d’Ispahan. A la fin du XVIe siècle, Chiraz est encore un foyer artistique important mais l’influence d’Ispahan et celle de Qazvin se fait de plus en plus importante. Les sources textuelles identifient pourtant Chiraz comme une ville d’artistes où se côtoient les différents métiers de l’art du livre et où les membres d’une même famille sont initiés à une spécialité différente. 

 Si l’intérêt se tourne de plus en plus vers les feuilles isolées, délaissant peu à peu le modèle du manuscrit, on trouve encore des ouvrages entiers dans les ateliers de Chiraz : cela est probablement dû au fait que la ville joue alors un rôle commercial.  Parmi les productions littéraires illustrées, la plus appréciée des Safavides reste sans doute le Shâhnâmeh, relatant l’histoire mythico-historique de l’Ancienne Perse et notamment celle du héros Rostam dont le cycle est le plus représenté. 

Benjamin Gonthier-Salvan

Bibliographie

Alofs, Eduard, “Studies on Mounted Warfare in Asia III: The Iranian Tradition — Cavalry Equipment, Infantry, and Servants, c. CE 550–1350”, War in History, April 2015, Vol. 22, No. 2 (April 2015), pp. 132-154, Sage Publications, Ltd. 

Barry Flood, Finbarr,  Necipoğlu, Gülru (dir), Massumeh, Farhad, “Safavid Arts and Diplomacy in the Age of the Renaissance and Reformation” in A Companion to Islamic Art and Architecture, Vol. 2, Wiley Blackwell, Oxford, 2017. 

Grabar, Oleg, La peinture persane : une introduction, Presse Universitaire de France, Paris, 1999.  

Melville, Charles, Brend, Barbara (ed), Epic of the Persian kings : the art of Ferdowsi’s Shahnameh, London : I. B. Tauris, Cambridge : The Fitzwilliam Museum, 2010. 

Richard, Francis, Splendeurs Persanes, Bibliothèque Nationale de France, Paris, 1997.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.