Enjeux autour de la production de Farid Belkahia

Dans l’histoire des modernités, Farid Belkahia (1934-2014) est l’un des artistes ayant marqué l’art contemporain marocain. Comme beaucoup de personnalités de sa génération, sa démarche est fondée sur la quête d’une symbiose entre les héritages passés et les expérimentations que l’on peut en faire à travers l’art visuel. Belkahia ayant circulé entre l’Europe et le Maroc, ses expériences soulignent l’historicité de son œuvre et ce à travers les sujets abordés, les techniques, les matériaux, mais également le rôle qu’il a joué au sein de l’École des beaux-arts de Casablanca. 

L’intégration d’un artiste comme Farid Belkahia dans l’écriture de l’histoire de l’art moderne et contemporain, au-delà des frontières marocaines, met également en lumière le rôle des institutions culturelles. Dans l’actualité autour de l’artiste, il nous faut souligner ici l’exposition que doit lui consacrer le Centre Pompidou à Paris (Exposition « Farid Belkahia », Centre Pompidou, Paris, du 10 février au 21 juin 2021, évènement reporté suite aux mesures gouvernementales au sujet de la crise sanitaire.), à travers un focus sur ses œuvres sur papier, mais également une exposition comme celle de l’IMA-Tourcoing « Maroc : une identité moderne », ouverte en février 2019 (Exposition « Maroc, une identité moderne », IMA-Tourcoing, Paris, du 15 février au 28 juin 2020), ou « Le Maroc contemporain » (Exposition « Le Maroc contemporain », Institut du monde arabe, Paris, du 15 octobre 2014 au 25 janvier 2015 (prolongation exceptionnelle jusqu’au 1 mars 2015)).  en 2014-2015. 

Au cours de cet article, nous tenterons de dégager quelques-uns des éléments constitutifs de la production de Farid Belkahia et de la génération d’artistes à laquelle il est associé.

Belkahia et ses voyages européens 

Farid Belkahia est né à Marrakech en 1934. Il mène d’abord une carrière dans l’athlétisme avant de s’intéresser à la peinture à laquelle il est initié en 1950 à travers un passage dans l’atelier d’Olek Teslar. Il expose ses œuvres pour la première fois en 1953 au Ve Salon d’Hiver du Maroc et un an plus tard, il expose à l’Hôtel de la Mamounia.

C’est en 1955 que Belkahia se rend en Europe, s’arrêtant d’abord à Paris. Il s’inscrit à l’École des beaux-arts dans les ateliers de Maurice Brianchon mais n’y apprécie pas le rythme, l’ambiance et la mimesis qui y est imposée. Il se rend alors chez Raymond Legueult chez qui il reste jusqu’en 1959. Cette même année, il quitte Paris pour Prague où il étudie la scénographie à l’Académie de Théâtre et rencontre de nombreuses personnalités du monde du spectacle (Jiří Trnka, Louis Aragon, Elsa Triolet, etc.). Le contexte intellectuel et artistique des années 1960 prépare en Tchécoslovaquie la montée des oppositions qui éclatent lors du printemps de Prague en 1968. Malgré cela, Belkahia ressent un étouffement face à cette atmosphère pesante et peint en 1962 Le cri wac-wac. Cet hommage au mythique Cri d’Edvard Munch est empreint d’une force expressionniste, cristallisant les doutes identitaires auxquels fait face Belkahia. L’écrivaine, critique d’art et poétesse Rajae Benchemsi écrit au sujet de cette œuvre : « Cri de détresse et d’alerte, amplifié par un appel au secours, wac-wac, exprimé dans le vocable vernaculaire du Maroc » (BENCHEMSI, Rajae, Farid Belkahia, Milan, Skira, 2013.). La référence au champ traditionnel perdure dans ses travaux et dans son enseignement, et seront centrales dans la dite « École de Casablanca ». 

Farid Belkahia a ainsi, par sa curiosité et son ouverture aux techniques artistiques (dessin, peinture, cinéma, théâtre) été au contact des modernités ayant eu cours en Europe. Parallèlement aux séjours parisiens, praguois et milanais entre 1955 et 1962, il entreprend en 1958 un voyage au Moyen-Orient, notamment au Caire, à Damas, à Jérusalem et à Bagdad, dans une démarche identitaire et une « nécessité de maîtriser l’histoire de ses origines et ses traditions sans quoi il n’est pas possible de s’inscrire dans son temps » (HODAIFA, Nagham, Farid Belkahia : modernité de la tradition, Casablanca, Centre culturel du livre, 2020.). En cela, Belkahia se place au cœur des expérimentations autour de la mise en place d’une modernité ayant les capacités de faire dialoguer les ères passées avec les temps présents, et renforce cette quête à travers sa célèbre déclaration « la tradition est le futur de l’Homme », à l’heure où le Maroc se construit après son indépendance, le 7 avril 1956.

L’École de Casablanca 

Au retour de son périple en 1962, il accepte de prendre la direction de l’École des beaux-arts de Casablanca. Ce  moment est crucial pour l’histoire de l’art marocain. Rapidement, se concentrent autour de Belkahia diverses personnalités déterminantes pour l’enseignement délivré par l’école : les artistes Mohammed Chabâa et Mohammed Melehi, l’historienne de l’art Toni Maraini et le  passionné d’arts populaires Bert Flint. S’ajoutent plus tard à ce qui s’appelle désormais « École de Casablanca » d’autres artistes comme Mohamed Hamidi, Mustapha Hafid et Jack Azéma.

C’est par la démarche collective, le détachement de l’académisme et la redécouverte culturelle, liés aux principes esthétiques de l’abstraction géométrique, que ce groupe prétend réformer l’enseignement et construire un art marocain décolonisé. Pour ce faire, selon leur conception, il faut que l’artiste ré-apprenne son rôle d’artisan, le travail manuel, qu’il connaisse et exploite le patrimoine et les héritages (bijoux, inscriptions, arts textiles, céramiques, etc.). Ceux-ci sont à la fois islamiques, antéislamiques, vernaculaires et populaires et expérimentés à travers diverses pratiques au sein des ateliers : peinture, dessin, sculpture, architecture, design graphique (notamment des expérimentations autour de l’écriture en caractères arabes).

L’un des événements majeurs organisé par l’École de Casablanca a lieu en plein air, en mai 1969. C’est en effet sur la célèbre place Jemaa el-Fna qu’a lieu « Présence Plastique », où les artistes exposent à même les murs leurs tableaux. Leur geste renferme une démarche politique, celle de rendre accessible la peinture à travers l’espace public et ses visiteurs. Par là, une rupture se crée avec les institutions muséales et les galeries, en propulsant la création artistique dans un lieu où toutes les sphères sociales circulent.  

« Présence Plastique », place Jemaa el-Fna, Marrakech, mai 1969. 
© Archives Safieddine-Melehi, photographie de Mohammed Melehi. 

Un exemple de la production de Belkahia et des préceptes de l’École de Casablanca

En plus de sa pratique plastique et de son activité de directeur de l’École des beaux-arts de Casablanca, Farid Belkahia collectionne de nombreux objets artistiques traditionnels. À travers leur observation et leur manipulation, il parvient à constituer une production qui modernise ces formes et qui en est leur héritière. Par les moyens plastiques de l’abstraction et à travers ce syncrétisme, il devint ainsi possible pour Belkahia de faire signe aux traditions.

La dimension de mémoire est en effet primordiale dans son œuvre. Elle joue à la fois un rôle qui est lié aux temporalités mais également aux sens. En effet, l’une des sensorialités les plus exploitées par Belkahia, au-delà de la vue, est celle du toucher. Bien que la peinture et le dessin aient constitué une partie prenante de sa production, il s’adonne plus largement au travail du cuivre et des peaux animales dès 1974. Il semblerait que le traitement le plus connu des peaux chez Belkahia passe à travers la forme de la main humaine. En effet, dans les années 1980 il réalise une série mains produites, pour la plupart d’entre elles, à partir de peau de mouton ou d’agneau. Elles présentent des motifs réalisés avec la technique de la teinture. Prenons ici l’exemple d’une Main datée de 1980, bien qu’il en aille de même pour toute cette série.   

Main, 1980, teinture sur peau, 152 x 125 cm. 
© Fondation Farid Belkahia.

Le motif de la main et le titre de l’œuvre impliquent la dimension tactile, qui est davantage soulignée par le matériau. Belkahia va encore plus loin dans l’expérimentation autour de ce sens puisqu’il tatoue la peau, faisant alors un écho direct aux tatouages traditionnels qu’il teint d’un pigment rappelant les couleurs du henné. Il lie ces signes à un traitement fin de la peau contenant, d’après lui, un pouvoir capable d’éloigner les énergies hostiles. 

La référence aux sens et à certains motifs nous offre une perception des recherches de Belkahia et de sescompagnons de l’École de Casablanca. En effet, cette recherche poussant à conjuguer et à additionner des éléments de différents champs référentiels est l’une des propositions faites dans le contexte d’indépendance au Maroc et de la valorisation de la mémoire à travers la production artistique. C’est cette réponse à la nécessité de la construction d’un art moderne à partir du patrimoine visuel et matériel qui fait de Belkahia l’une des figures primordiales, et dont il s’agissait de donner ici un exposé rapide de quelques pans de sa carrière. 

Tamara Choukair

Bibliographie

Farid Belkahia, Catalogue de l’exposition présentée à l’Institut du monde arabe du 24 mai au 17 juillet 2005, Paris, IMA, 2005. 

ALAOUI, Brahim ben Hossain, BENCHEMSI, Rajae, GAUTHIER, Michel, et al., Farid Belkahia et l’Ecole des beaux-arts de Casablanca, 1962-1974, Paris, Skira, 2020.

BENCHEMSI, Rajae, Farid Belkahia, Milan, Skira, 2013. 

HODAIFA, Nagham, Farid Belkahia : modernité de la tradition, Casablanca, Centre culturel du livre, 2020. 

Webographie 

Site internet de la fondation Belkahia : fondationfaridbelkahia.com [dernière consultation le 20/02/2021]

LAKRISSA, Fatima-Zahra, « École des Beaux-Arts de Casablanca (1964–1970) — Fonctions de l’Image et Facteurs Temporels », 2018 : bauhaus-imaginista.org/articles/2413/e-cole-des-beaux-arts-de-casablanca-1964-1970 [dernière consultation le 18/02/2021]

LEMUT, Olympe, « L’École de Casablanca, une modernité assumée », 2020 : lejournaldesarts.fr/expositions/lecole-de-casablanca-une-modernite-assumee-148762 [dernière consultation le 20/02/2021]


2 réflexions sur « Enjeux autour de la production de Farid Belkahia »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.