Le Croissant d’al-Zahir

Croissant d’al-Zahir,
Cristal de roche : Égypte XIe siècle, Monture : Europe XIVe siècle
h. 41,7 cm ; l. 15,6 cm
Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, inv. KG 685
© Germanisches Nationalmuseum, Monika Runge

            Exécutés en Égypte entre le Xe siècle et le début du XIe siècle, les cristaux de roche fatimides ont, pour un grand nombre d’entre eux, rejoint l’Europe dès le Moyen Âge où ils ont été très grandement appréciés pour leur préciosité et effet de transparence. Certains ont été transformés par l’ajout d’éléments annexes, modifiant ainsi leur apparence et leur fonction d’origine. C’est le cas du croissant d’al-Zahir, constitué d’un cristal de roche exécuté en Égypte au début du XIe siècle et d’une monture orfévrée européenne datable du XIVe siècle.

Le cristal, taillé en forme de croissant, est orné d’une inscription arabe en caractères angulaires désignés sous le terme de coufique Celle-ci consiste en une bénédiction mentionnant le propriétaire de l’objet, le calife fatimide al-Zahir. La présence du nom se révèle primordiale car elle permet de dater l’objet entre 1023 et 1036, période qui correspond au règne du souverain. Le croissant fait ainsi partie des rares pièces en cristal de roche datables avec précision, et qui servent de marqueur chronologique à l’ensemble de la production. Parmi celles-ci se trouvent également l’aiguière au nom du calife al-Aziz (r. 975-996) conservée au trésor de la cathédrale Saint-Marc de Venise et l’aiguière du Palais Pitti mentionnant un général d’al-Hakim ayant servi entre 1000 et 1008.

Conservées en grand nombre (plus de deux cents pièces sont aujourd’hui recensées), les œuvres en cristal de roche fatimides constituent un ensemble d’objets aux typologies variées : petits flacons à parfum, pions d’échec, lampes. L’ensemble le plus étudié est certainement le groupe d’aiguières piriformes dont fait partie l’aiguière dite « de Saint-Denis » (Paris, musée du Louvre, inv. MR 333). Le croissant d’al-Zahir fait toutefois figure d’exception à cause de sa forme unique. Si certains spécialistes penchent en faveur d’un élément d’apparat ornant un harnachement de cheval, l’usage de cet objet reste néanmoins encore inconnu.

Attesté en Égypte sous les Tulunides (868-905), la maitrise du cristal de roche atteint une perfection inégalée sous les Fatimides (909-1171) entre la fin du Xe siècle et le début du XIe siècle. La transparence du matériau est obtenue par un travail minutieux de gravure et de polissage et possède une symbolique forte. En effet, les Fatimides, de confession chiite, associent fréquemment le cristal à la lumière et au monde divin. Le physicien Ibn al-Haytham, dans son Livre de l’Optique rédigé au Xe siècle, classe ainsi le cristal de roche parmi les corps ayant la capacité de contenir de la lumière, avant même d’être traversées par cette dernière, tandis que l’érudit al-Biruni le définit comme de « l’eau congelée », associant cette dernière à l’eau fraiche du Kawthar, l’un des quatre fleuves du Paradis.

Des symboliques similaires se retrouvent dans les sources textuelles européennes. De nombreuses pièces fatimides ont transité en direction de l’Europe par le biais du commerce ou de pillages. Si certains objets ont rejoint des collections royales comme celle des empereurs ottoniens, d’autres ont été déposés dans des trésors d’églises où ils reçurent de riches montures, transformant ces objets profanes en objets de culte. Le croissant d’al-Zahir a ainsi été modifié en reliquaire par l’ajout d’une monture orfévrée en forme d’architecture. Autrefois déposé dans une chapelle à Vienne, il a aujourd’hui rejoint les collections du Germanisches Nationalmuseum de Nuremberg.

Fanny Roilette

Bibliographie :

Contadini, Anna, “The Cutting Edge. Problems of History, Identification and Technique of Fatimid Rock Crystals”, Barrucand, Marianne (dir.), L’Égypte fatimide. Son Art et son histoire, Paris 1999, p. 319-326.

Contadini, Anna, “Facets of Light: The Case of Rock Crystals”, Bloom, Jonathan, Blair Sheila (dir.), God is the Light of the Heavens and the Earth. Light in Islamic Art and Culture, New-Haven, Londres, 2015, p. 123-155.

Makariou Sophie, « Le cristal de roche dans l’Islam », Cornaline et pierres précieuses, La documentation Française du musée du Louvre, Paris 1999, Actes du colloque, musée du Louvre, 1995, p. 249-268. 

Qantara « Le cristal de roche », https://www.qantara-med.org/public/show_document.php?do_id=580#_ftn4, dernière consultation le 28/03/21. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.