Un calligraphe à la cour safavide : ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī

Un artiste œuvrant pour Shāh ‘Abbās Ier

‘Alī-Rezā ‘Abbāsī est né à Tabriz, au milieu du XVIème siècle. En 1585, en raison de l’invasion ottomane, il quitte sa ville natale pour Qasvīn. Il y étudie la calligraphie sous l’égide de deux grands maîtres, ‘Alā-al-Din Tabrizi et Mohammad Hoseyn Tabrīzī avant d’entrer au service du général Farhād Khān Qarāmānlu. 

En 1592, il fait la rencontre de Shāh Abbās Ier, cinquième souverain de la dynastie safavide. Preuve qu’il jouit d’une considération nouvelle, l’artiste signe désormais ses œuvres « al-‘Abbāsī ». Il suit également le souverain lorsque celui-ci fait d’Ispahān sa capitale en 1597. Il devient par la suite le dirigeant de la bibliothèque du Shāh, remplaçant le peintre Sādeqī Beg Afshār.

‘Alī-Rezā ‘Abbāsī est tout d’abord en charge des inscriptions ornant les bâtiments érigés sous Shāh ‘Abbās Ier. Il est notamment à l’origine des calligraphies sur les portails de la Mosquée du Shaykh Lotfollāh (1603-1604) et de la Mosquée du Shāh (1617) sur la place Naqsh-e Jahān d’Ispahān. ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī réalise également des albums calligraphiques. Ses calligraphies demeurent cependant peu nombreuses et sont dispersées dans diverses collections muséales ou privées.

Une légende le présente comme le commanditaire du meurtre d’un autre calligraphe de prestige, Mīr ‘Emād, jaloux du succès grandissant de ce dernier à la cour safavide. Après la mort de Shāh ‘Abbās Ier en 1629, ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī retourne à Qasvīn. Ses dernières années demeurent floues, tout comme la date exacte de son décès. 

Le thuluth de ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī

‘Alī-Rezā ‘Abbāsī est un maître du thuluth, l’un des six styles canoniques de la calligraphie arabe dont la légende attribue la codification au vizir Ibn Muqla (885-940). Se caractérisant par de hautes hampes ainsi que par des formes arrondies, le mouvement rythmé de cette écriture convient particulièrement aux titres et aux inscriptions architecturales. Les versets coraniques de ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī, ornant les portails des monuments religieux de la place Naqsh-e Jahān, sont divisés en deux niveaux. L’élongation des hampes permet de créer une certaine unité sans amoindrir la clarté et la lisibilité des inscriptions. 

Inscription en thuluth de ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī, portail d’entrée de la mosquée Sheykh Lotfallah, Place Naqsh-e Jahān
© Camille Grandpierre

L’artiste ne se contente pas d’utiliser le thuluth dans ses projets architecturaux : on lui connait six plaquettes calligraphiques dorées et posées sur un support de bois, conservées à l’origine à l’intérieur du mausolée de l’Imam Rezā. Elles contiennent le verset du Trône et témoignent une fois encore de ce goût pour la clarté propre à l’artiste. 

Détail de l’une des six plaquettes conservées au musée Āstān Quds Razavī
© کـتیبه آیه ّالکــرسی علیرضا عباسیدرموزه آستان قدس رضوی٬ بهزاد نعمتی

Le nasta‘līq de ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī

‘Alī-Rezā ‘Abbāsī se distingue également par l’emploi du nasta‘līq. Ce style calligraphique a est apparu au cours du XIVème siècle et devient par la suite l’une des écritures de prédilection des écrits en langue persane. Le terme vient de la contraction de « naskh » et « ta‘liq », c’est-à-dire « copie » et « suspension ». Ces deux mots désignent également deux autres types d’écriture, dont le nasta‘līq combine un certain nombre de caractéristiques. Ici, la ligne de base n’est pas rigoureusement suivie tandis que les lettres adoptent un mouvement oblique, offrant une impression de flottement. En Iran, le nasta‘līq est lié au goût du tchalipa, œuvres présentant un nombre réduit de vers poétiques. 

Tchalipa enluminé et monté en page d’album, signé par ‘Alī-Rezā ‘Abbasī, Iran, époque safavide, Malek National Museum, Téhéran, (۱۳۹۳.۰۳.۰۰۰۱۳), 
© http://malekmuseum.org/artifact/1393.03.00013/ابیاتی+از+غزل+حافظ%28غزل%29-قطعه+نستعلیق+ممتاز.قلم+مشقی.چلیپا 

Ce tchalipa montre en son centre un quatrain sur un fond enluminé à l’or et garni de rinceaux. Les écoinçons triangulaires contiennent des références à Dieu et au nom du poète tandis que l’ensemble est encadré par des bordures ornées d’enluminures. On distingue des nuages stylisés ainsi des éléments végétaux, parmi lesquels des fleurs de lotus, dites motifs « Shāh Abbāsi ». Nous lisons là des vers du poète persan du XIVème siècle, Hāfez : 

هاتفی از گوشه میخانه دوش    گفت ببخشند گنه می بنوش

لطف الهی بکند کار خویش     مژده رحمت برساند سروش

 « La nuit dernière, depuis le coin de la taverne, un héraut céleste 

Invita à s’enivrer car ils pardonneront les péchés. 

La Grâce divine fera son œuvre,

L’ange messager apportera la bonne nouvelle de Sa Miséricorde »

Le nasta‘līq joue avec les conventions traditionnelles de la graphie persane. La lettre gāf (گ), par exemple, n’est pas rendue. Elle apparaît sous la forme de la lettre kāf (ک). De même, les lettres sin (س) et shin (ش) sont particulièrement étirées. 

Quelques tchalipas de la main de ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī sont conservés mais tous ne sont pas signés. Il est d’ailleurs difficile aujourd’hui de les attribuer avec certitude à cet artiste car ses productions se confondent avec celles de Mīr ‘Alī Heravī, que ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī semble particulièrement admirer.

Conclusion

Bien que souffrant de son homonymie avec un grand peintre ayant vécu à la même période, ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī demeure un maître du thuluth. C’est avant tout ce style qu’il transmet à ses élèves, notamment à ses deux fils Badi al-Zaman et Mohammad-Rezā. Ses œuvres en nasta‘līq, lorsqu’elles portent son nom, montrent une signature agencée sur deux niveaux, tout comme cela est souvent le cas pour ses inscriptions en thuluth. 

Camille Grandpierre

Bibliographie : 

BAYĀNĪ (Mehdi), Aḥwāl o ātār-e khoshnevīsān, Téhéran, 1345-46/1966-67

CANBY (Sheila), Shah ‘Abbas, The Remaking of Iran, The British Museum Press, Londres, 2009

MAURY (Charlotte), Le goût de l’Orient, In fine éditions d’art, Paris, 2019

 N‘AMATĪ (Behzād), « ketabe-āh-e al-korsī-e ‘alī-rezā ‘abbāsī dar muze-e āstan qods razavī », SID

كـتیبه آیه الکــرسی علیرضا عبّاسی در موزه آستان قدس رضوی

SOUCEK (Soucek), “ʿALĪ-REŻĀ ABBĀSĪ” Encyclopædia Iranica


Une réflexion sur « Un calligraphe à la cour safavide : ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.