La mosquée-mâristân de Divriği

© Umut Özdemir, Ministry of Culture and Tourism

Depuis 1071 et la bataille de Mantzikert, les Seldjoukides, puis la branche locale nommée Seldjoukides de Rûm (du nom de la Roumélie, région historique englobant l’actuelle Turquie et les Balkans) dominent la région anatolienne. Ils sont secondés par plusieurs dynasties vassales, dont les Mendjudjékides, alors qu’une autre partie du territoire reste aux mains des Byzantins. Dans ce contexte géographique complexe, les influences mutuelles se croisent, entre héritage arménien, byzantin et syrien, pour créer des monuments uniques à l’instar de la mosquée-mâristân de Divriği, construite en 1229.

L’ensemble monumental est construit dans une petite ville isolée au centre-est de la Turquie actuelle, excentrée de la capitale où l’évergétisme sultanien prend place. Il incarne la politique de construction de cette dynastie locale et s’ancre dans le territoire qui l’accueille. Il regroupe deux bâtiments utilitaires en un : une mosquée et un mâristân (hôpital/hospice). L’étude du plan permet d’appréhender le lien qui unit les deux entités architecturales. Celles-ci sont regroupées dans un quadrilatère d’environ 60m sur 30m, distribué en deux espaces ne communiquant pas, bien qu’ils soient mitoyens.

La mosquée se trouve dans la partie sud, elle occupe l’espace le plus vaste. Deux portails monumentaux permettent d’y accéder, au sud et à l’est, et la disposition intérieure est plutôt conventionnelle : de plan hypostyle, elle comporte cinq travées perpendiculaires au mur de qibla avec une nef centrale plus large, magnifiant l’axe du mihrab. Les espaces sont couverts selon des systèmes différents : deux coupoles dans la nef centrale et des croisées d’ogives dans les nefs latérales. Cette variété de choix est en réalité une nécessité : la caractéristique principale de l’architecture anatolienne est l’usage de la pierre, tant pour la construction que pour le décor. Ainsi, la travée centrale, plus large, est ponctuée de deux coupoles, une polylobée devant le mihrab le mettant en valeur et une avec un lanternon au centre de la travée, permettant d’apporter de la lumière et d’apporter de l’air.

Le mâristân possède son propre portail d’accès et son plan reprend de manière classique celui des madrasas iraniennes où salles et cellules sont distribuées autour d’une cour centrale à quatre iwâns – irréguliers ici – et d’un bassin. Cette distribution générale interne évoque une architecture « modulable » où la mosquée pouvait servir de madrasa ou à l’inverse, le mâristân recueillir des pèlerins de passage. Le complexe de Divriği apparait alors comme un prototype aux larges kulliye ottomans, qui se développent dans les siècles suivants. 

La parfaite maitrise de la stéréotomie conduit à une certaine sobriété du décor, exclusivement concentré sur les trois accès monumentaux. Les trois portails témoignent d’une horreur du vide, qui désigne la recherche de remplissage de toute la surface de l’espace décoratif avec des détails. Cette propension à la décoration, parfois qualifiée de « baroque », est caractéristique des architectures anatoliennes de la période, qui tranchent avec l’habituelle sobriété de l’extérieur des mosquées contemporaines. 

Construits sur des principes structurels similaires, ces trois portails sont néanmoins tous différents. Ils se structurent autour d’un arc à fronton en large ressaut et jouent sur une superposition des différents plans du décor pour créer du trompe-l’œil. Ainsi, le portail de l’hôpital repose sur quatre piles de demi-colonnettes engagées supportant des chapiteaux à muqarnas surmontées d’une double série d’arcs brisés dont les voussures sont également sculptées. Le tympan, démesuré, accueille une baie géminée surplombée d’une large niche étoilée, tandis que la porte est flanquée de deux bandeaux verticaux à décors de palmettes. 

Chaque détail architectural est augmenté de décorations sculptées selon des profondeurs différentes afin de jouer avec la lumière. On y retrouve également des éléments figuratifs, comme un aigle bicéphale, caractéristique de l’Anatolie. Ces décors figurés, rares sur les édifices de cette période, sont à la fois hérités des traditions seldjoukides d’Iran, de l’Arménie chrétienne et de Byzance.

Détail du portail nord
© Richard Brotherton – MIT Libraries, Aga Khan Visual Archive

Le portail nord de la mosquée est quant à lui inscrit au nom du sultan seldjoukide ‘Alâ al-Dîn Kaykubâd (1219-1237), à celui du commanditaire, l’émir Ahmad Shâh et la princesse Tûrân Malik, son épouse, fondatrice du mâristân. L’histoire de cette dynastie turkmène n’est pas bien connue : jusqu’au début du XIe siècle, l’Anatolie est aux mains des byzantins. Des raids plus ou moins structurés unifient et morcellent la région. Les Seldjoukides de Rûm s’installent durablement autour de Konya tandis que, plus à l’est, d’autres entités territoriales s’installent comme les Menjudjekides et se divisent en deux branches, une à Erzincan et une à Divriği. 

La profusion de décors se retrouve sur d’autres productions anatoliennes, qu’elles soient menjudjekides ou seldjoukides comme les métaux incrustés de Siirt ou Konya ou encore les bois sculptés et peints comme le minbar de la mosquée, toujours en place. Il présente des décors végétaux, géométriques et calligraphiques et allie des techniques diverses (pseudo-kündekari, sculpture en ronde-bosse et ajouré). Il porte également la signature d’un artisan géorgien, Ahmad de Tbilissi, qui atteste des échanges artistiques régionaux.

Rare vestige conservé, le complexe mosquée-mâristân de Divriği, reflète ainsi le faste et le soin apportés aux constructions publiques par une petite dynastie locale, les Menjudjekides, tout en étant le témoignage de la nouvelle religion et de la nouvelle culture en place. Des caractéristiques comparables se retrouvent sur d’autres édifices de la période comme la Madrasa Ince Minerali de Konya et son portail dit « noué ».

Eléonore Belin

Bibliographie sélective : 

BAYRAKAL, Sedat « Great Mosque and Hospital of Divriği » in Discover Islamic Art, Museum With No Frontiers, 2021
http://islamicart.museumwnf.org/database_item.php?id=monument;ISL;tr;Mon01;4;en consulté le 01/05/21

CURATOLA, Giovanni, L’art seldjoukide et ottoman, Imprimerie Nationale éd., Paris, 2010

Portail Qantara, sur le monument : https://www.qantara-med.org/public/show_document.php?do_id=1382 consulté le 01/05/21

et sur le décor : https://www.qantara-med.org/public/show_document.php?do_id=1208 consulté le 01/05/21


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.