Cités millénaires : un voyage virtuel d’une réalité destructrice


© Auriane Beurdeley 

« On dormait pour ainsi dire au milieu des ruines, la tête dans les étoiles et les rêves anciens, bercés par les conversations de Baalshamin, dieu du soleil et de la rosée, avec Ishtar la déesse au lion. »

Mathias Enard à propos de la destruction de Palmyre en 2015.

Avec Cités Millénaires, l’Institut du Monde Arabe cherche à ce que les visiteurs prennent conscience des enjeux immédiats de la conservation du patrimoine architectural dans les pays arabes. À travers cette exposition numérique, en partenariat avec Iconem, l’IMA s’interroge sur la problématique de la destruction du patrimoine arabe de ces dernières années notamment due aux guerres. Entre reconstitutions 3D, interviews des témoins directs de ces ravages, et vieilles photographies, l’exposition évolue à travers les villes de Mossoul, Alep, Palmyre et Leptis Magna. L’exposition reprend ainsi les mêmes idées déjà évoquées au Grand Palais en 2016 lors de l’exposition Sites éternels.

Mossoul : un patrimoine matériel détruit

Le voyage numérique, ainsi nommé par l’IMA, commence par une immersion dans la ville de Mossoul, entre reconstitutions numériques et photos de la ville antérieures aux conflits. L’exposition met ainsi en parallèle les images reconstituées actuelles des monuments détruits et les anciennes images, mettant ainsi en évidence les pertes patrimoniales.

Représentation virtuelle de Mossoul
© Auriane Beurdeley


Alep : la disparition d’un patrimoine immatériel 

En poursuivant l’exposition, le spectateur chemine vers Alep. Ici, c’est la question du patrimoine immatériel qui est posée à travers l’exemple des souks de la ville. Considérés comme une part intégrante de l’histoire d’Alep, l’incendie du souk al-Zarb, qui s’était spécialisé dans le commerce pour les touristes étrangers, fait disparaître avec lui aussi une part de l’identité d’Alep. Cette notion de patrimoine immatériel assez peu mentionnée quand il s’agit de « patrimoine en danger », n’en reste pas moins pertinente. Elle a en effet été développée par l’Unesco depuis plusieurs années et permet, en demeurant au fait des recherches universitaires et des catastrophes mondiales, de mettre en avant une notion du patrimoine élargie, ne se réduisant pas aux monuments dits historiques

Palmyre : vers une reconstruction du patrimoine ?

L’exposition continue avec Palmyre. Le but ici n’est pas s’interroger sur la destruction de Palmyre, comme cela avait été le cas pour l’exposition de 2016 au Grand Palais, mais sur la possibilité de reconstruction et les limites que cela implique. L’exposition propose ainsi une reconstitution numérique du temple de Baalshamin. Le témoignage de plusieurs chercheurs, présentés dans des vidéos en parallèle, explique cependant très vite que cette reconstruction ne pourra avoir lieu que d’un point de vue numérique, et non de façon matérielle.


© Auriane Beurdeley

Leptis Magna : un patrimoine en danger à protéger

Enfin, le dernier exemple proposé à travers ce voyage interroge sur le patrimoine en danger en prenant l’exemple de Leptis Magna et de son théâtre romain. Ici, l’IMA souhaite sensibiliser le spectateur sur les possibles futures destructions. Le théâtre de Leptis Magna apparaît ainsi comme le point d’orgue de l’exposition : comment stopper ces destructions de sites centenaires, voire millénaires ? Cette réflexion est d’ailleurs poursuivie par une dernière série d’images de sites internationaux en danger, qui présente entre autres le Minaret de Djâm en Afghanistan.

Vue de l’exposition – Leptis Magna
© Auriane Beurdeley

Critique

Si l’exposition permet de traiter la vaste problématique du patrimoine en détruit et/ou en danger, elle semble proposer des réponses parfois encore trop superficielles. L’IMA émet en effet l’idée que « ces doubles numériques servent à la recherche mais également aux actions en faveur de la sauvegarde du patrimoine ». Or, la numérisation ne peut, du moins totalement, « sauvegarder » des œuvres centenaires ou millénaires. Elle ne peut pas non plus sauvegarder le patrimoine immatériel qui est notamment présenté dans l’exposition. Il faut ainsi poser les limites du numérique : si son utilisation est particulièrement intéressante dans la recherche et la sensibilisation du public, il ne pourra jamais remplacer les monuments détruits. La rapide évolution de ce dernier est aussi à prendre en compte. En effet, en l’espace d’une vingtaine d’année, le numérique s’est considérablement développé, et très vite, certains espaces de stockages qui étaient à la pointe de la technologie sont devenus obsolètes (disquettes, CDroms, etc.). Les dangers de la perte d’informations à cause du numérique ne sont donc pas à négliger.

L’exposition est par ailleurs énormément portée sur l’audio-visuel et numérique, et on regrette le manque d’approfondissement de certains sujets. Pour en savoir davantage, il est nécessaire de s’intéresser au catalogue de l’exposition, où ces sujets restent ici très bien traités.

Malgré quelques déconvenues, l’APAM vous conseille et valide cette exposition, qui reste un très beau voyage numérique au sein du patrimoine exceptionnel des pays arabes, et on espère vous y trouver très nombreux !

Exposition présentée à l’IMA jusqu’au 10 Février 2019

Pour toutes les infos pratiques : https://www.imarabe.org/fr/expositions/cites-millenaires

Auriane Beurdeley


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.