De l’intérêt du numérique dans les arts de l’Islam : axes de réflexion

« […] scholars of Euro-American art, for example, will be better positioned than Islamic world art historians to take advantage of digital technology to develop their fields. »1

En 2004, le programme régional Euromed Heritage lance un projet de musée virtuel réunissant les arts islamiques produits autour de la Méditerranée2. Son musée, Discover Islamic Art3, conçu par l’équipe de Museum with no Frontiers (MWNF) en 2017 regroupe la participation de quatorze pays4. Il s’agit d’un grand projet de numérisation et d’éditorialisation collective d’une partie des collections conservées dans ces pays, dans le but de donner une large vision de ce que sont les collections d’art de l’Islam méditerranéen. Plus récemment en 2019, à l’occasion du Nouvel An persan (Norouz), la Bibliothèque du Congrès de New York a numérisé et mis en ligne pour la première fois sa collection de manuscrits persans5. Ce projet fait partie d’un plan quinquennal (2019-2023) visant à élargir l’accès aux collections de la bibliothèque par le numérique6. L’ensemble de ces projets sur plusieurs années semblent donc indiquer que les collections dites d’art de l’Islam sont en voie de numérisation dans différentes parties du monde. 

Une nécessité pour les musées et la recherche

Réseau Art islamique en France

Avec une si grande étendue géographique et chronologique, les collections d’art de l’Islam représentent une partie non négligeable du patrimoine mondial. Elles sont pourtant bien souvent mal connues. Peu exposées par manque de place ou mal intégrées dans le PSC (Projet Scientifique et Culturel) des établissements, ces objets se comptent par dizaines de milliers sur le seul territoire français. Pour pallier ce manque, le musée du Louvre coordonne depuis peu un Réseau d’Art Islamique en France7 qui propose d’ores et déjà une carte des établissements muséaux français concernés par ce champ disciplinaire8.  Une simple carte ne peut cependant résoudre les difficultés à faire résonner ces collections entre elles. Éparpillées dans des centaines d’institutions différentes, arrachées de leur contexte historique et de leur lieu d’origine, ces collections nécessiteraient l’intervention du numérique pour répondre à ces problématiques muséales auxquelles on s’intéresse depuis peu. 

Carte du Réseau d’Art Islamique en France

Pourrions-nous dès lors imaginer un jour un projet numérique liant les différentes collections en France à l’image du programme “Le monde en musées : cartographie des objets africains dans les collections publiques françaises”, lancé en 2019 à l’INHA à la demande du ministère de la Culture ? Il vise à cartographier numériquement les collections d’objets africains dans les musées français en décrivant les fonds et en facilitant le contact avec les musées concernés. Il représente donc à n’en pas douter, un premier pas vers l’accès aux collections grâce au numérique.

Le musée en ligne Discover Islamic Art (http://islamicart.museumwnf.org/) évoqué précédemment va plus loin en présentant une base de données avec des fiches d’objets détaillées permettant l’accès direct à des milliers d’objets soigneusement sélectionnés. Mais si la numérisation ne peut se substituer aux sources principales pour la recherche sur les collections de musées, elle peut toutefois la faciliter. Cet accès à distance est, en effet, considéré comme l’avantage principal de la numérisation :

 « The popular perception of digitization is all about convenience in the service of increased scholary productivity, since fewer library trips mean less time needed for drudgery and legwork which in turn should increase the time available for working on publications. »9

Il est également nécessaire de rappeler que le numérique est de plus en plus utilisé dans l’étude même des arts de l’Islam et qu’il devient un véritable sujet de réflexion. Il s’agit bien souvent de prouver, comme le précise Ana Marija Grbanovic10, que les avancées de la recherche en histoire de l’art des pays d’Islam sont nombreuses, notamment dans une optique de dépassement de l’approche traditionnelle de la comparaison stylistique. 

Extrait de l’article de Grbanovic (© Grbanovic 2014) (https://zfdg.de/sb003_004)

Les collections numérisées sont également un outil précieux pour le marché de l’art. En effet, si le nombre d’objets de très grande rareté et pour lesquels les études approfondies ne manquent pas se fait rare, les objets de moindre qualité, relevant de la vie quotidienne et de l’artisanat, se retrouvent par milliers dans les salles des ventes chaque année. Or pour eux, peu de bibliographie11. Les comparaisons à partir des bases de données muséales sont alors une aide primordiale.

Des questions de sauvegarde du patrimoine

La numérisation du patrimoine a également trouvé écho dans l’actualité récente du patrimoine en danger. Le patrimoine islamique ne concerne pas uniquement les objets mais également l’architecture. Les pertes sont considérables du côté du patrimoine bâti. Les raisons sont multiples et résultent des conflits armés comme la destruction du minaret de la mosquée d’Alep en Syrie mais également par manque de moyens pour restaurer comme les monuments de la côte swahili au Kenya, ou du Caire mamelouk12

Le manque de financement entraîne en outre la destruction volontaire de certains monuments afin de rebâtir par dessus. Ainsi certains projets ont vu le jour afin de documenter numériquement le plus d’informations possible sur ce patrimoine en danger. C’est notamment le cas du programme PAPSI (Projet de recensement des Archives sur le Patrimoine islamique Syrien et Irakien) au musée du Louvre13, qui prépare une publication en ligne décrivant l’ensemble des fonds français portant sur le patrimoine islamique de ces deux pays.

Des initiatives isolées non regroupées

Patrimoine numérique, catalogue référençant toutes les collections numérisées en France

Toutefois, peu de bases de données existent incluant la totalité des arts de l’Islam14. Pour se rendre compte des collections, il faut se rendre sur les sites internet de chaque institution patrimoniale. Or il est de plus difficile de les trouver dans l’environnement web puisque la plupart des bases de données ne sont pas correctement, voire pas du tout référencées. De plus, aucune base ne centralise l’information comme le fait le portail Patrimoine numérique, catalogue référençant toutes les collections numérisées en France15. Certaines bibliothèques d’universités américaines proposent dans leurs pages ressources une liste de bases de données et collections numériques autour des recherches sur l’Islam mais ces dernières sont bien souvent liées uniquement au champ disciplinaire du livre et/ou de l’écriture : théologie, codicologie, épigraphie, calligraphie16. Le site Islamic Painted Page a, par exemple, tenté de regrouper dans un fichier Excel quelques musées qui ont numérisé leur collections islamiques17. Cette liste est toutefois difficile d’accès, non-exhaustive et surtout peu lisible. 

Quel patrimoine numérisé en Islam ?

Les arts islamiques ne sont pas tous numérisés et éditorialisés de la même manière. Bien souvent, la publication web de certains objets se fait dans le cas d’inventaire et récolement des collections d’un établissement muséal. Il s’agit alors de catalogues des collections en ligne. 

Catalogue des objets d’Arts de l’Islam au MBA de Lyon

Ils peuvent également être le thème d’un dossier en ligne sous forme d’une exposition virtuelle. Dans le cas des arts de l’Islam, un grand nombre d’expositions virtuelles ont été répertoriées. La plus grande partie concerne les arts du livre ce qui n’est pas étonnant après avoir constaté que les livres étaient le support le plus numérisé dans les institutions patrimoniales. La Bibliothèque nationale de France est pionnière dans la réalisation d’exposition virtuelle puisqu’elle en publie depuis les années 1990. A ce jour, il y en a près de 83 disponibles en ligne toutes en lien avec des expositions temporaires réalisées au sein de la bibliothèque.

 Exposition virtuelle L’art du livre arabe, BnF

A la différence de l’exposition temporaire qui nécessite bien souvent un sens de circulation, l’exposition virtuelle peut aborder différents points sans que l’ordre n’influence le sens du discours. L’utilisateur peut, dès le début, cliquer sur la catégorie qui l’intéresse.

Enfin, on les retrouve également dans des bases de données spécialisées, bien souvent destinées à un public scientifique. 

Page d’accueil d’Islamic Painted Page

Les bases de données d’art de l’Islam sont bien souvent le fruit de programmes de recherche initiés par des universités, des centres d’études ou des chercheurs indépendants. C’est notamment le cas de la base Islamic Painted Page. Mise en place par Stephen Serpell, cette base de données gratuite référence plus d’un millier de peintures persanes, ottomanes, arabes et mogholes. Ces peintures islamiques comprennent notamment des pages enluminées figuratives, des pages d’ornement du Coran et des reliures de livres de plus de 230 collections du monde entier. La recherche dans la base peut être réalisée via différentes requêtes : iconographie, collection, numéro d’inventaire, numéro de folio, lieu de conservation, date de réalisation, auteur original et titre. Le champ le plus intéressant reste celui de la recherche par iconographie. Il représente un travail d’indexation et de description très important et facilite grandement le travail de comparaison des chercheurs. Toutefois le résultat des requêtes n’est que peu éditorialisé. Il conserve l’aspect d’un tableur .xml. Les fiches des folios répertoriés ne sont, de surcroît, que très peu fournies : photographie en haute définition, numéro d’inventaire, page de folio, lieu de conservation et brève description sont les seules informations disponibles, quand bien même nous avions vu plus tôt que les livres étaient le médium le plus documenté en art de l’Islam.

Capture d’écran d’Archnet.org

L’architecture islamique est également éditorialisée en bases de données. Archnet est la plus connue. Il s’agit d’un projet en humanité numérique collaborative conceptualisé en 1998 et développé à l’origine à l’école d’architecture et de planification du MIT, en coopération avec le Trust Aga Khan pour la culture. Il est géré par le Centre de documentation Aga Khan du MIT et l’Aga Khan Trust for Culture depuis 2011. Ce programme offre une base de données documentant l’architecture et l’urbanisme dans le monde musulman. Son site est didactique et interactif. Il propose par exemple une timeline permettant aux visiteurs de se repérer sur une frise chronologique interactive mentionnant l’ensemble des dynasties musulmanes du XIIe au XXIe siècle. 

Ainsi, il est aisé d’affirmer que les bases de données n’apportent pas plus d’informations sur leurs collections que les expositions virtuelles ou les collections en ligne, voire moins. Elles ne représenteraient donc un avantage que dans la facilité d’accès à des corpus spécifiques. Dès lors, comment parvenir à rassembler l’ensemble des données déjà existantes en ligne ? Et comment pallier les manques ? La principale difficulté vient-elle du fait que les arts de l’Islam semblent être un champ beaucoup trop vaste pour être aisément rassemblé ? Allant du VIe siècle au XXIe siècle, de l’Espagne à la Chine et touchant des médiums aussi différents que l’architecture, les arts du livre, le textile, le métal, le bois ou la céramique, les arts de l’Islam sont une discipline, à juste titre, discutées depuis plusieurs années la pertinence même de son appellation et sa définition18. Et peut-être avons-nous là, un problème de fond qui semble omniprésent quelques soient nos réflexions.

Sarah Lakhal

  1. « Les spécialistes de l’art euro-américain, par exemple, seront mieux placés que les historiens de l’art du monde islamique pour tirer parti de la technologie numérique pour développer leurs domaines. » [Traduction de l’auteur] Hussein Keshani, « Digitizing Islamic world visual cultural heritage: recolonizing or decolonizing cultural memory, or both? », In Bernadette Dufrêne (dir.), Patrimoines du Maghreb à l’ère numérique, Paris, Hermann Editeurs, 2014, p. 68 []
  2. “Discover Islamic Art : Realisation of a virtual museum on Islamic art in the Mediterranean”, http://www.euromedheritage.net/intern.cfm?menuID=12&submenuID=14 consulté le 02/03/2019 []
  3.  Discover Islamic Art, http://islamicart.museumwnf.org/ consulté le 02/03/2019 []
  4. Algérie, Allemagne, Autorité palestinienne, Egypte, Espagne, Italie, Jordanie, Maroc, Portugal, Royaume-Uni, Suède, Syrie, Tunisie, Turquie []
  5. « 1,000 Years of Literary Tradition in Rare Persian-Language Manuscripts Now Online at Library of Congress », 1er avril 2019, https://www.loc.gov/item/prn-19-036/ consulté le 16 avril 2019 []
  6.  « Enriching the Library Experience : The FY2019-2023 Strategic Plan of the Library of Congress », https://www.loc.gov/strategic-plan/ []
  7. Le Réseau d’Art Islamique en France (RAIF), https://www.louvre.fr/reseau-art-islamique-en-france consulté le 16/04/2019. []
  8. Cf. Annexe n°1 []
  9. « How Digitization has changed the cataloging of Islamic Books » Islamic Books : A Research Blog about Manuscripts, Printed Books, and Ephemera in Arabic Script, 2013, https://researchblogs.cul.columbia.edu/islamicbooks/2012/08/14/digitalsurrogates/ consulté le 15/12/2018 []
  10. Ana Marija Grbanovic, « Islamic stuccos made Digital. Digitality and Studies of Islamic Art and Architecture », in Wie Digitalität die Geisteswissenschaften verändert : Neue Forschungsgegenstände und Methoden, Hg., von Martin Huber und Sybille Krämer, 2018. []
  11. Citons pour exemple une paire de ciseaux de calligraphie turcs ottomans. Ils passent chaque année en vente en grand nombre. C’étaient en effet d’excellents présents diplomatiques à l’époque ottomane, pourtant ils ne sont que brièvement mentionnés dans les ouvrages de calligraphie. []
  12. Le Sultanat mamelouk (1250-1517) avait pour capitale Le Caire. []
  13. Photographier la Syrie : regards sur le patrimoine islamique, présentation du programme PAPSI https://www.louvre.fr/photographier-la-syrie-regards-sur-le-patrimoine-islamique []
  14. Dans le modèle de Discover Islamic Art, cité plus tôt. []
  15. Patrimoine numérique http://www.numerique.culture.fr/pub-fr/index.html []
  16. Le site de la bibliothèque de l’Université de Cornelle propose une page « Middle East & Islamic Studies Databases for Research: Islamic Studies Databases » https://guides.library.cornell.edu/MideastIslamDatabases/Islam Celui de la bibliothèque de l’Université de Pittsburgh propose une page « Middle East Studies and Research @ Pitt: Religious/Islamic Databases » https://pitt.libguides.com/c.php?g=12439&p=66036 []
  17. Cf. Annexe n°2 []
  18. Avinoam Shalem, What do we mean when we say Islamic Art? An Urgent Plea for a Critical Re-Writing of the History of the Arts of the Islamic Lands,” To be published in: Historiographies of Islamic Art, eds. Margaret Graves and Moya Carey, Journal of Art Historiography 6, June 2012 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.