L’aiguière du Louvre

Aiguière au nom du sultan al-Malik al-Muzaffar Shams al-Din Yusuf, par Ali bn Husayn bn Muhammad al-Mawsili, Le Caire (Egypte), 1275-1276

Aiguière au nom du sultan al-Malik al-Muzaffar Shams al-Din Yusuf, par Ali bn Husayn bn Muhammad al-Mawsili
Le Caire (Egypte), 1275-1276
Cuivre incrusté d’argent, gravé et repoussé
Largeur : 22,7 cm ; Hauteur : 49,5 cm ; Poids : 3,164 kg
Musée du Louvre, AD 4412 
© https://collections.louvre.fr/en/ark:/53355/cl010332485

Nous allons aujourd’hui vous parler d’une aiguière exposée au musée du Louvre, considérée comme un chef d’œuvre du métal incrusté. Cette technique consiste à former un décor polychrome en incrustant des plaques et fils de cuivre rouge, d’argent ou d’or sur des pièces métalliques. D’abord développée dans le Khorasan au milieu du XIIe siècle, cette innovation s’est diffusée jusqu’en Egypte. Mais c’est dans le centre de production irakien de Mossoul que les artisans ont excellé, au point d’acquérir une grande renommée. En effet, ces derniers signaient leurs œuvres en terminant par la nisba « al-Mawsili » indiquant par cette mention l’origine de la personne, soit ici « le mossoulien ». Ils se sont déplacés dans tout le monde islamique et ont ainsi produit des métaux répondant aux commandes de différentes dynasties. 

C’est le cas de cette aiguière, dont une inscription nous informe de son contexte de production : elle a été réalisée par Ali ibn Husayn ibn Muhammad al-Mawsili au Caire en 1275-1276. Les nombreuses précisions sur son contexte de production en font un objet exceptionnel, car peu de métaux contemporains nous dévoilent autant d’informations. La pièce possède un corps ovoïde avec un couvercle en forme de dôme et une terminaison de goulot en tête chimérique. Le décor est formé par des incrustations d’argent qui sont gravées pour les détails. Les motifs représentent des bandes de rinceaux ainsi que six médaillons aux représentations dérivant de l’iconographie iranienne. L’influence du Khorasan se traduit également dans la formulation des vœux inscrits sur l’aiguière. 

Un élément du décor informe sur l’origine du commanditaire, il s’agit des fleurs à cinq pétales disposées tout au long de l’aiguière. Celles-ci font référence à l’emblème de la dynastie rassoulide, une dynastie musulmane ayant régné sur le Yémen du XIIIe et XVe siècle. Cela est confirmé par une inscription indiquant le nom du commanditaire : le sultan rassoulide al-Malik al-Muzaffar Shams al-Din Yusuf. Il existe d’ailleurs un grand nombre d’objets produits en Egypte pour les Rassoulides. Cela s’explique par la bonne entente entre les Mamlouks et les Rassoulides, malgré quelques conflits d’intérêt pour le contrôle de la mer Rouge et de la Mecque. Les nombreux échanges entre les deux dynasties se traduisent par un mobilier et une architecture comparables sous de nombreux aspects. Certaines sources historiques nous informent de ces échanges ainsi que des nombreux cadeaux envoyés par les Mamlouks aux Rassoulides, principalement des objets en métal incrusté ainsi que du verre émaillé. 

Nous avons donc ici un artiste se revendiquant héritier d’une tradition de qualité, qui a exécuté au Caire, capitale mamlouke, une aiguière à l’iconographie puisant dans le répertoire iranien destinée à un souverain rassoulide. Cela traduit une circulation de technique et de production illustrant le succès du métal incrusté depuis le Khorasan, jusqu’à l’Egypte en passant par Mossoul. Les objets en métaux ont acquis un statut plus luxueux grâce à l’incrustation, ce qui donne lieu à des commandes par des sultans et hauts dignitaires pour témoigner de leur pouvoir et luxe, d’autant plus quand ces objets sont envoyés en tant que cadeau diplomatique, ce qui est peut-être le cas de cette aiguière. Cette dernière reflète également la probable volonté des Rassoulides de s’inspirer des Mamlouks au niveau politique et dans la production d’objets, ainsi que des relations existantes entre les deux sultanats. Cette aiguière a d’ailleurs été placée dans la demeure orientalisante du collectionneur Albert Goupil, jusqu’à son entrée au musée du Louvre, illustrant à nouveau sa mobilité et sa richesse. 

Photographie de l’intérieur du collectionneur Albert Goupil où est visible l’aiguière sur le côté gauche de la pièce : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6455555s/f77.item.texteImage

Anaïs Dolz

Bibliographie : 

– BERCHEM, Max Van. « Notes d’archéologie arabe, troisième article : étude sur les cuivres damasquinés et les verres émaillés, inscriptions, marques, armoiries. », Journal Asiatique, Tome 3. 1904, 10e série, tome 3, janvier-février, p. : 17-21, 39-40

– COLLINET, Annabelle. « Le métal incrusté ». In : Makariou, Sophie (éd.). Les arts de l’Islam au musée du Louvre. Paris, Hazan, musée du Louvre éditions, 2012. , p. : 154-156

– DIMAND Maurice S. A handbook of Muhammadan art. New-York, The Metropolitan Museum of Art, 1958. , p. : 151

– JUVIN, Carine. « Un plateau du sultan rassulide al-Mujahid Ali ». In : Makariou, Sophie (éd.). Les arts de l’Islam au musée du Louvre. Paris, Hazan et Louvre éditions, 2012. , p. : 265-266

– ROUX Jean-Paul (éd.). Arts de l’Islam des origines à 1700 dans les collections publiques françaises. [Exposition, Paris, Orangerie des Tuileries, 1971]. Paris, RMN, 1971, p. : 106, n° 155

– WIET Gaston (éd.). Catalogue général du musée arabe du Caire : objets en cuivre. [Musée arabe du Caire]. Le Caire, Imprimerie de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, 1932. , p. : 20, 24, 48, 76, 183, n° 32, 33, 9, 1, 84


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.