Un exemple de la peinture jalâyeride : une miniature du Divân de Khwâju Kirmânî

L’entrevue d’Humay et Humayun devant le château
Divân de Khwâju Kirmânî, 1396 (Bagdad)
British Library, Add MS 18113, fol. 18 v
28,8 cm x 42,0 cm
© https://www.akg-images.com/CS.aspx?VP3=SearchResult&ITEMID=2UMDHU6ZDDCC&LANGSWI=1&LANG=French

La peinture de manuscrits persans est reconnue comme un pan largement  développé des arts islamiques dans le monde iranien et qui a bénéficié de nombreuses études. Les manuscrits proposant les peintures les plus précieuses et que l’on a longtemps considéré comme le grand “classicisme persan” sont apparus à partir du XVe siècle sous l’égide des grandes dynasties régnantes, c’est-à-dire des Timourides à Herat, puis sous les Safavides dont nous connaissons les grands ateliers de Tabriz et Qazvin. Il faut néanmoins revenir sur la formation de cette peinture de raffinement et de complexité exceptionnelle qui s’élabore petit à petit depuis la conquête mongole au XIIIe siècle et surtout pendant le XIVe siècle. Alors que la dynastie ilkhanide d’origine mongole unifie et dirige le monde iranien à la suite de la conquête, des petits états locaux émergent tout au long du XIVe siècle et prennent de plus en plus d’indépendance, parmis lesquels la dynastie jalâyeride régnant sur les régions actuelles du Kurdistan, de l’Irak et de l’Azerbaïdjan. 

Les Jalâyerides sont des mécènes importants pour les arts du livre. En effet, ils perpétuent la tradition ilkhanide et surtout perfectionnent les domaines de la calligraphie, de la réglure, et surtout de la peinture. La peinture que nous avons sélectionnée est un extrait du Divân de Khwâju Kirmânî, un recueil de poèmes mystiques exécuté en 1396 à Bagdad et copié par le célèbre calligraphe Mir Ali Tabrizi. Le manuscrit compte au total dix miniatures dont neuf sont conservées à la British Library, et une se trouve dans un album à Istanbul. La particularité et l’importance de cet objet s’explique par la présence d’une signature, la plus ancienne que nous connaissons pour les manuscrits peints persans. Une des peintures (folio 45 verso) nous indique ainsi le nom de Ustad (maître) Jonayd. Parmi les poèmes qui content différentes histoires à connotation mystique, celui-ci raconte l’histoire d’amour entre deux personnages, Humay et Humayun. Il s’agit plus précisément de la scène durant laquelle le prince Humay sur son cheval rend visite à la princesse Humayun dans son château. 

Il s’agit d’une peinture luxueuse témoignant des savoir-faire des peintres et artisans de l’époque travaillant pour la cour jalâyeride. La peinture arbore une dimension ornementale remarquable qui nous fait presque oublier la présence des deux protagonistes de la scène. La palette des couleurs et la technique du dessin, mêlant les lignes géométriques du château et la nature organique du paysage, s’harmonisent dans une composition d’une grande complexité, révélatrice de l’intention narrative. Effectivement, le peintre a voulu souligner par la composition la distance qui éloigne les deux amants, une distance physique caractérisée à la fois par la succession des plans, mais aussi par la hauteur. Différentes étapes se dressent sur le chemin menant Humay, qui se trouve à l’extérieur du château, à Humayun, prisonnière de l’édifice dans des espaces toujours plus imbriqués. L’impossible  retrouvaille des deux amants est aussi suggérée par les lignes verticales qui renforcent le mouvement ascendant, la hauteur entre les deux personnages est d’autant plus renforcée par la forme semi-circulaire du château dans la composition.

L’observation de cette peinture nous permet aussi de remarquer la présence d’un petit cartouche qui fait irruption dans la composition et qui comporte des inscriptions. Il s’agit en réalité d’un bout du poème qui est inséré de façon novatrice à l’époque sur la peinture même. Cette particularité devient par la suite un élément fondamental des peintures de manuscrits. 

Ainsi, nous avons pu observer que les caractéristiques développées sous le mécénat des Jalâyerides introduisent dans l’art de la peinture persane des canons esthétiques et des formules de représentation qui bouleversent la manière de peindre de façon pérenne. Cette peinture jalâyeride que nous avons présenté permet de jeter les bases de ce qui devient à partir du siècle suivant la grande peinture persane, puisqu’elle est perfectionnée sous l’égide de grandes dynasties telles que les Timourides et les Safavides, dont les plus grands noms comme celui de Behzad résonneront pendant des siècles. 

Hévi Saado

Bibliographie :

-BLAIR S., BLOOM J., The Art and Architecture of Islam, 1250-1800, New Haven, Yale University Press, 1994.

-GRABAR Oleg, La peinture persane : une introduction, Paris, Presses Universitaires de France, 1999.

-PORTER Yves, “The illustrations of the Three Poems of Khwâjû Kirmânî : A turning point in the composition of Persian painting”, Studia Iranica, Cahier 40 (2009), p. 359-375.


Une réflexion sur « Un exemple de la peinture jalâyeride : une miniature du Divân de Khwâju Kirmânî »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.