Gobelet aux sphinx et aux musiciennes

Gobelet aux sphinx et aux musiciennes,  
Iran (Monde iranien – Caucase), 
4ème quart du XIIe siècle ; 1er quart du XIIIe siècle (1185 – 1215), 
Céramique minā’i, 
Diamètre : 7,9 cm ; Diamètre : 11,5 cm ; Epaisseur : 0,2 cm ; Hauteur : 11,7 cm ; Poids : 0,276 kg
Paris, Musée du Louvre, Département des Arts de l’Islam, OA 7356.
© Musée du Louvre

Originaires d’une tribu turque venant des steppes à proximité de la mer d’Aral, les Seldjoukides forment une dynastie importante dans l’histoire du monde islamique. Au cours de leurs nombreuses migrations, ils rencontrèrent d’autres tribus dont certaines étaient déjà islamisées, c’est au IXe siècle qu’ils se convertirent, à leur tour, à l’islam. Progressivement, ils s’installèrent dans le monde iranien où ils s’emparèrent de Khorassan alors aux mains des Ghaznévides et délivrèrent le califat abbasside de la tutelle bouyide, une dynastie shī’ite. La sympathie des partisans sunnites obtenue, les Seldjoukides se proclamèrent comme un sultanat indépendant en 1040 marquant leur ascendant sur les autres dynasties.

Durant la période de règne des Seldjoukides, la culture artistique précédemment instaurée se perpétue et de nouvelles technologies apparaissent. Dans le domaine de la céramique, des procédés de décoration innovants sont mis au point. Vers la fin du XIIe siècle, les potiers iraniens développent le mode de cuisson à « petit feu » qui permet d’offrir aux objets une large gamme de coloris. Ce procédé est utilisé pour la réalisation d’un type de céramique désigné par différents termes comme minā’i (« émaillé » en persan) ou haft-rang, qui signifie en persan « sept couleurs », ces dernières correspondant aux sept couleurs initiales (rouge brique, blanc, noir, vert, bleu, brun et or) permettant d’obtenir différentes tonalités et d’élargir la palette colorée. Nous connaissons la technique du minā’i grâce à un traité écrit par Abul Qasim al-Kashanī. Elle est par ailleurs réputée pour être extrêmement coûteuse en raison de sa réalisation complexe qui consiste à créer un décor sur un objet dont la glaçure (incolore, blanche, turquoise ou bleue lapis-lazuli) a connu une première cuisson à haute température. Ce n’est qu’ensuite que les potiers conçoivent les motifs sur l’objet qui est cuit à nouveau, à des températures différentes. Dans un premier temps, sont apposées, les couleurs qui résistent à la haute température, c’est-à-dire le rouge, le blanc, le noir et l’or. Dans un second temps, ce sont les émaux aux pigments plus instables, le vert, le bleu et le brun qui sont ajoutés pour une dernière cuisson, en atmosphère oxydante et plus basse, dite à « petit feu », nécessaire pour conserver leurs couleurs chatoyantes.

Le minā’i a surtout été développé sur des pièces de petit format, comme des coupes, des pots, des pichets ou encore des gobelets comme présenté ici. Ce gobelet, conservé au Louvre, ne mesure que 11,7 cm de haut, malgré cela ses parois légèrement évasées sont recouvertes d’un fastueux décor composé de deux registres de médaillons imbriqués et finement décorés de palmettes. Six sphinx ailés passant vers la gauche sont représentés dans les médaillons du registre supérieur tandis que, dans le niveau inférieur, ce sont six petits personnages, sûrement féminins, qui prennent place, assis de 3/4 vers la gauche. Parmi ces personnages, certains jouent de leur instrument de musique (flûte, tambourin et shetar : un type de luth) et d’autres tiennent des objets indéterminés ou peut-être des instruments non reconnus. 

© Musée du Louvre

Ce gobelet montre des thèmes courants, que l’on retrouve sur la céramique et les métaux contemporains, faisant référence au domaine princier : à la fois avec la représentation des plaisirs du prince (la musique) et par la présence du sphinx, une créature liée au soleil et au pouvoir. Ce décor, dans sa réalisation, s’inspire très nettement des arts du livre, on remarque notamment une grande ressemblance des personnages avec ceux des manuscrits seldjoukides originaires du monde iranien ou d’Anatolie comme le célèbre roman de Varge et Golsah du début du XIIIe siècle. Ainsi, il a même été envisagé que des peintres de miniatures aient collaboré avec les potiers.

Nous pourrions ensuite évoquer les bords du gobelet qui sont soulignés de deux bandeaux épigraphiques. Le premier, sur le pourtour intérieur, est réalisé à la peinture brune et consiste en une répétition de deux ou trois mots. Sur la paroi extérieure, le second bandeau est caractérisé par des lettres plus épaisses et de couleur blanche sur un fond bleu couvert de rinceaux. Il est possible d’imaginer que ces écritures renvoient à des formules de vœux ou de bénédictions en arabe ou en persan néanmoins, elles ne sont pas clairement déchiffrables. On retrouve ce phénomène d’inscriptions illisibles, autrement appelées pseudo-inscriptions, sur la plupart des objets en céramique minā’i

© Musée du Louvre

Vaisselle luxueuse destinée aux populations aisées et probablement exclue de tout usage, la céramique minā’i a connu un grand succès. Cependant sa production est peu abondante et de courte durée puisque dans le traité d’Abul Qasim al-Kashanī, écrit en 1301, il mentionne qu’à cette date, cette technique est tombée en désuétude depuis longtemps. En effet, elle serait disparue avec l’arrivée des Mongols dans les années 1220. Toutefois, le procédé de cuisson à « petit feu » perdure dans le monde iranien, après le XIIIe siècle, notamment avec la céramique de lajvardina

Dorine Aguenier 

Bibliographie sélective : 

  • Bernus-Taylor, Marthe (dir.), Arabesques et jardins de paradis : collections françaises d’art islamique, cat. exp. (Musée du Louvre, 1989-1990), Paris, RMN, 1989. 
  • Bernus-Taylor, Marthe ; Jail, Cécile (dir.), L’étrange et le merveilleux en terres d’Islam, cat. exp. (Paris, Musée du Louvre, 2001), Paris, RMN, 2001.
  • Porter, Yves, Le prince, l’artiste et l’alchimiste : La céramique dans le monde iranien Xe-XVIIIe siècle, Paris, Hermann, 2011. 
  • Roux, Jean-Paul (dir.), L’Islam dans les collections nationales, cat. exp. (Paris, Grand Palais, 1977), Paris, Editions des Musées nationaux, 1977.
  • Soustiel, Jean, La Céramique islamique : le guide du connaisseur, Fribourg et Paris, 1985.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.