Un manuscrit coranique chinois de la Khalili Collection

Juz’ 29 d’un coran, feuillet 2a, encre, or et aquarelle opaque sur papier, reliure en cuir avec rabat, 24.5 x 17.5cm, Grande mosquée de Khanbaliq (ancienne Beijing), daté du 9 octobre 1401 (30 Muharram 804), The Khalili Collections, inv. QUR 974 © The Khalili Collection

La Khalili Collection conserve quatre manuscrits arabes chinois : deux ‘a’jzā’ (singulier : juz’ ; littéralement « partie » ou « section ») de deux corans du XVe siècle, un coran complet du début du XVIIe siècle et un recueil de textes de dévotion. L’un de ces ‘a’jzā’ de coran est particulièrement intéressant. Il s’agit d’un des plus anciens exemplaires de manuscrit coranique chinois qui nous soit parvenu, notamment parce qu’il comporte un colophon daté, indiquant aussi le lieu de production de l’objet et le nom de l’artiste. Le scribe et enlumineur est connu sous le nom de Hajji Rashad ibn ‘Ali al-Sini et son travail a été terminé le 9 octobre 1401 (30 Muharram 804) à la Grande Mosquée de Khanbaliq, ancien nom de l’actuelle Beijing. Ces informations, très précises, facilitent la remise en contexte du manuscrit. 

Juz’ 29 d’un Coran, feuillets 2b-3a, encre, or et aquarelle opaque sur papier, reliure en cuir avec rabat, 24.5 x 17.5cm, Grande mosquée de Khanbaliq (ancienne Beijing), daté du 9 octobre 1401 (30 Muharram 804), The Khalili Collections, inv. QUR 974 © The Khalili Collection

On fait souvent remonter l’arrivée de l’islam en Chine à l’ambassade envoyée par le calife ʿOthmān ibn ʿAffān autour de 650. Plus tard, les souverains de la dynastie mongole des Yuan (1279 – 1368) ont entretenu des liens étroits avec le monde islamique, ce qui a favorisé l’installation de nouvelles populations musulmanes en Chine. La dynastie chinoise des Ming (1368 – 1644) a ensuite mis en place une politique d’assimilation des musulmans de Chine pour en faire des musulmans chinois (huihui, 回回). La présence de musulmans en Chine a suscité une demande de lieux et d’objets de culte. Texte sacré de l’islam, le Coran occupe une place prépondérante dans la vie de tout musulman. Il semble donc naturel que peu à peu en Chine se soit développé une production de manuscrits coraniques à destination des musulmans chinois. L’exemplaire de la Khalili Collection est un modèle intéressant pour illustrer ce type de production. 

Il s’agit d’un juz’ appartenant à un coran constitué de 30 ‘a’jzā’, comme la plupart des corans chinois. Chaque page est pourvue de cinq lignes d’écriture à l’encre noire, encadrées de deux réglures réalisées à l’encre rouge. L’ouvrage contient de riches enluminures dorées et en couleurs. La calligraphie employée est une variante de muhaqqaq que l’on retrouve dans de nombreux corans chinois. Cette variante, probablement inspirée des corans iraniens du XIIIe siècle, a ainsi évolué jusqu’à l’époque Ming. On peut alors supposer l’existence d’une importante production de corans sous la dynastie Yuan ayant permis le développement de ce style, bien que très peu d’exemplaires nous soient parvenus. Le style muhaqqaq a pour principale caractéristique de composer de grands lettrages pour la mise en valeur de titres ou de phrases. Dans le manuscrit de la Khalili Collection, le scribe a exécuté les lettres de manière particulière, ce qui donne un rendu moins équilibré que dans les modèles iraniens. Ainsi, les traits verticaux sont particulièrement fins et la taille de certaines lettres comme le wāw, le rāʾ, le ẓāʾ et le mīm est trop grande. En ce qui concerne les décors, le manuscrit s’ouvre sur une page présentant un médaillon calligraphié de la formule : « Je cherche refuge auprès de Dieu contre Satan le maudit ». L’inscription, placée dans un cercle dont la circonférence semble servir de ligne d’écriture, est réalisée dans une calligraphie ornementale dont les lettres se perdent dans un décor de nuages aux formes sinueuses évoquant des motifs chinois. Cette basmallah est encadrée au-dessus et au-dessous de deux panneaux rectangulaires. Le panneau supérieur présente une mandorle dorée horizontale formée d’arcs entrelacés sur un fond d’éléments végétaux décoratifs. Le panneau inférieur est composé de plusieurs modules : deux modules carrés contenant des motifs de lotus stylisés encadrant un module rectangulaire décoré d’entrelacs. Les décors latéraux sont constitués de motifs de tresses. Ce type d’encadrement se retrouve aussi sur le bifeuillet d’ouverture de ce juz’. Ces décors sont réalisés avec de l’or et des encres colorées, la préciosité des matériaux indique l’importance et le soin apporté à la production de ces objets de culte. 

Il en va de même pour le papier employé. Au premier abord, le papier de ces feuillets semble être typiquement arabe : dense, blanc-jaune, lisse et ferme, très différent des papiers chinois traditionnels, blancs, fins et presque transparents. Mais l’aspect « arabe » du papier de ce manuscrit résulte en réalité d’une technique de fabrication spéciale qui consiste en l’agrégation de plusieurs épaisseurs d’un papier très fin pour former une feuille. Enfin, la reliure à rabat en cuir est estampée d’une basmallah, mais elle n’est pas contemporaine de la production du manuscrit. Il semblerait qu’on puisse plutôt la dater du XVIe siècle. Le scribe et enlumineur, Hajji Rashad ibn ‘Ali al-Sini, semble donc avoir produit un manuscrit qui répond aux caractéristiques des arts du livre développées dans le monde iranien durant la période pré-mongole, tout en affirmant un style proprement chinois.

Par tous ces aspects, ce juz’ de coran semble s’apparenter à une forme canonique des manuscrits coraniques chinois qui a perduré au cours des siècles. C’est pourquoi il est intéressant de le mettre en perspective avec des manuscrits plus récents qui témoignent de cette permanence des formes. On retrouve des manuscrits aux décors similaires et présentant le même style d’écriture muhaqqaq au XVIIe siècle, un coran vendu chez Christie’s le 14 octobre 2005 en est un parfait exemple, ou plus tard encore aux XVIII-XIXe siècles, comme un coran vendu chez Christie’s le 10 octobre 2014.

Juz’ (17) d’un coran, encre et or sur papier, reliure à rabat en cuir beige estampée dans une technique typique de l’Extrême-Orient, 25.5 x 21cm, Chine, XVIIe siècle, vendu chez Christie’s le 14 octobre 2005, Collection privée © Christie’s
Juz’ (20) de coran, encre et or sur papier, reliure moderne avec doublures recouvertes de tissu bleu, 26.2 x 18cm, Chine, XVIII-XIXe siècle, vendu chez Christie’s le 10 octobre 2014,
Collection privée © Christie’s

Johanna Cozzolino

Bibliographie sélective

Site de la Khalili Collection : https://www.khalilicollections.org/collections/islamic-art/khalili-collection-islamic-art-part-29-of-a-30-part-quran-qur974/ (consulté le 15/12/2021)

BAYANI, Manijeh, CONTADINI, Anna, STANLEY, Tim, et al. The decorated word: Qurʾans of the 17th to 19th centuries. London : Nour foundation. 2009.

DÉROCHE, François. Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe. Bibliothèque Nationale de France-BNF. 2000.

HUMBERT-KNITEL, Geneviève et VERNAY-NOURI, Annie. « De quelques corans chinois et leur papier ». Mélanges de l’Université Saint-Joseph. 2006, vol. 59, p. 253-267.

MI, Shoujiang et YOU, Jia. Islam in China. Beijing : China intercontinental press. 2004.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search