Shamâyel

Une image contenant texte

Description générée automatiquement
Shamâyel,
Encre, pigments opaques et or sur papier,
38 x 28,8 cm,
Iran, début du XXème siècle,
1393.02.00034,
Malek National Library and Museum Institution, Téhéran
© Malek National Library and Museum Institution

Cette œuvre présente cinq personnages installés sur un arrière-plan dépouillé. Un homme est agenouillé au centre, arborant une épaisse barbe noire ainsi qu’un turban immaculé. Sur ses genoux repose une longue épée. Deux enfants sont également représentés, tenant un chapelet. La tête des trois personnages est cernée d’une délicate auréole dorée. Derrière eux se tiennent debout deux hommes, l’un possède une longue barbe blanche tandis que l’autre est représenté imberbe mais brandit une hache. Contenues au sein de cartouches, des phrases en nasta’liq – un type calligraphique dont les lettres adoptent un mouvement oblique et descendant de la droite vers la gauche – encadrent les individus. Plusieurs dates sont d’ailleurs visibles, celle de 1948 ainsi que celle de 1953. Il s’agit d’inscriptions composites, mêlant des vers du Masnavi de Rumi, poète persan du XIIIème siècle, un verset coranique ainsi que des phrases concernant la difficulté de représenter les personnages saints : 

« Personne ne connaît le secret de Ali, tout simplement parce que personne ne connaît le secret de Dieu lui-même.

Comment tant de caractéristiques propres à Dieu peuvent se retrouver dans un Imam ? Il n’y a de puissance et de force qu’en Dieu. 

La parole seule ne peut pas rendre compte de la description de Ali, car en effet, on ne peut pas contenir la mer dans un petit verre. 

Je ne connais pas tout sur Ali mais je sais que personne n’est son égal. » 

Les personnages possèdent des attributs, ce qui permet de les reconnaître aisément : Ali, à la fois cousin et gendre du Prophète, mort en 661, tient Zulfikar, l’épée à deux pointes que Muhammad en personne lui aurait donnée. Il est entouré de ses deux fils, Hassan et Husayn. Derrière eux se tient Sâlmân le sage, célèbre pour être venu en aide à Muhammad lors de la bataille de la Tranchée en 627. Le jeune imberbe est sans doute Qambar, ancien esclave libéré par Ali en personne. Ce type de représentation, réunissant Ali et ses deux fils, parfois associés à d’autres de ses proches, se nomme « shamâyel », c’est-à-dire « portrait d’un ou de plusieurs saints ». La figure de Ali est en effet particulièrement importante en Iran, pays adepte du chiisme duodécimain depuis la période safavide au XVIème siècle. Cette branche de l’islam reconnaît Ali comme le premier des douze Imams, les successeurs spirituels et politiques du Prophète après sa mort en 632. Ali est cependant assassiné en 661 par un dissident issu de son propre camp. Ses deux fils, qui lui succèdent à la charge d’Imam, sont eux aussi mis à mort par les Omeyyades (661-750). La mort de l’un d’entre eux, Husayn, décapité lors de la bataille de Kerbala en 680, demeure d’ailleurs un événement majeur dans l’histoire du chiisme duodécimain. Son martyr donne lieu à des célébrations importantes en Iran, lors d’Ashura. Les images pieuses, montrant le Prophète ainsi que les douze Imams, ne sont pas rares et lors de ces festivités, des bannières les représentant sont brandies dans les rues, aujourd’hui encore. 

Les shamâyel sont particulièrement en vogue à la période qadjare, une dynastie d’origine turkmène régnant entre 1786 et 1925 sur l’Iran et ayant pour capitale Téhéran. Malgré une situation politique complexe, en raison de la rivalité entre la Russie et le Royaume-Uni dans le cadre du Grand Jeu, le pays s’ouvre aux techniques provenant de l’Occident, comme la photographie ou bien encore la peinture à huile de grandes dimensions. Ici, le manteau d’un rouge intense de l’Imam Ali atteste bien de la connaissance du clair-obscur et des modelés des peintres européens par l’artiste. Une inscription présente dans la partie inférieure nous renseigne sur le destin de cette œuvre. Shoâ’ al-Mulk, poète du début du XXème siècle vivant à Shiraz, indique que ce shamâyel est de la main d’un certain Mirzâ Bâqi Souratgar. C’est d’ailleurs peut-être ce même Shoâ’ al-Mulk qui est l’auteur des inscriptions contenues dans des cartouches, plus tardives que la peinture elle-même. 

Camille Grandpierre

Bibliographie et webographie : 

GRUBER (Christiane), « Between logos (kalima) and light (nūr): representations of the Prophet Muhammad in Islamic painting », Muqarnas, 26, 2009, p. 229-262

GRUBER (Christiane), The Image Debate, Figural Representation in Islam and Across the World, Christiane Gruber, Berkeley, 2019

FELLINGER (Gwenaëlle) et CHIDIAC (Hana), L’Empire des Roses, Snoeck Gent, 2018 

http://malekmuseum.org/en/artifact/1393.02.00034/فیگور+انسانی-شمایل+حضرت+علی+و+حسنین+%28ع%29#



Citer ce billet
apam (2022, 15 février). Shamâyel. APAMi. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9fy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search