La production de Rachid Koraïchi : un artiste contemporain ancré dans les arts de l’Islam

Rachid Koraïchi, Talisman, 1994-1995, Palm Beach Hotel, Tozeur. ©Rachid Koraïchi. ©Laetitia Fernandez 

Rachid Koraïchi est un artiste algérien né en 1947 à Aïn Beïda, désormais établi à Paris.  C’est un artiste international du monde arabe pour lequel l’héritage des cultures islamiques et maghrébines est fort. Sa production artistique s’intègre dans une dynamique de revendication d’identité artistique post coloniale de l’Algérie et plus largement du monde arabe au XXe siècle. Ainsi, la production de Rachid Koraïchi propose un renouvellement artistique en rupture avec la période coloniale. Il ne s’intègre pas aux principaux mouvements artistiques contemporains du pays, tels que l’abstraction, la figuration ou le picturalisme, qui sont d’ailleurs des mouvements à nuancer, puisque ces disciplines ne sont dans la pratique, pas cloisonnées. Cependant, il inscrit ses recherches parmi celles de différents artistes autour de la calligraphie et du signe. Rachid Koraïchi renouvelle ces recherches par le choix de ses médiums.

Formation multiculturelle

Son intérêt pour cette thématique est d’abord lié à son éducation. Il apprend l’écriture et la langue arabe dans une école coranique et fréquente en parallèle une école autochtone pour garçons de sa ville, ainsi qu’une école française coloniale. Son intérêt pour l’art apparaît durant ses années de lycée à Constantine où il s’initie au dessin. En 1967, il entre à ses 20 ans à l’École nationale d’architecture et des Beaux-Arts d’Alger. Cette école est calquée sur le modèle français, mais il y apprend la calligraphie et il y cultive son intérêt pour l’écriture, le signe et les symboles. Cette période est importante pour l’artiste puisqu’elle l’enrichit et imprègne son travail tout au long de sa vie. Il est diplômé en 1971 et reçoit une bourse d’étude française qui l’invite à s’installer en France. Il complète alors ses études à l’École nationale supérieure des arts décoratifs, à l’institut d’urbanisme de Paris et à l’École nationale supérieure des beaux-arts. Sa formation pluridisciplinaire et la richesse de son environnement se retrouvent dans ses créations, en particulier dans les installations, un format qui lui permet de développer un large panorama créatif. Ce médium très contemporain confère à son sujet de prédilection, la calligraphie et le signe, une perspective novatrice. En cela, sa démarche s’apparente à celle d’un mouvement né en 1967, « Aouchem », littéralement « tatouage », qui s’intéresse à la langue, l’écriture et le signe.

De l’atelier Sidi bou Saïd à la reconnaissance internationale

En 1978, Rachid Koraïchi quitte Paris pour s’installer en Tunisie dans l’atelier Sidi bou Saïd, suite à l’invitation de la galerie Irtissem. Initialement, il ne comptait y rester que temporairement, mais il y demeure jusqu’aux années 1990 et enrichit alors sa culture maghrébine et plus largement méditerranéenne. Il renforce son travail sur le signe et développe des installations de sculptures, dessins, gravures, et peintures telle que Scrutateur de l’arrière passion, une œuvre colorée qui s’inspire de l’environnement de l’atelier. 

Rachid Koraïchi, Scrutateur de l’arrière passion, 1985, Californie, acrylique sur papier marouflé sur toile, 200x300cm. ©Artnet Auctions

C’est surtout une période où il invite beaucoup d’artistes : Tayeb Saleh, Farid Belkahia, Michel Butor, Gaëlle Bernard, Mahmoud Dawish etc. L’atelier est un lieu d’échanges et de débats, mais reste un espace de création personnel. De ces échanges vont naître les premières collaborations artistiques de l’artiste, notamment Une nation en exil : hymnes gravés, un ouvrage collectif réalisé en collaboration avec Mahmoud Darwish, Hassan Massoudy, Abdelkebir Khattibi et Elias Sanbar à partir de 1981. Dans cette œuvre, Rachid Koraïchi « illustre » les poèmes de Mahmoud Darwish par des signes monumentaux sur des fond de calligraphies. De cette manière, l’artiste confronte son style à la calligraphie arabe traditionnelle, tout en s’inscrivant dans la continuité des développements des calligraphies. L’artiste invente son style graphique.

Rachid Koraïchi, Une nation en exil : hymnes gravés, 1984, New York, lithographie, 30 × 22 cm dans 76.2 × 55.9 cm. ©Galerie Aicon.

Installations à l’international

En 1990, Rachid Koraichi expose Salomé en collaboration avec l’écrivain Michel Butor à l’Institut du Monde Arabe et au Centre Pompidou. C’est un tournant dans sa carrière puisqu’il s’agit de sa première grande exposition à Paris qui lui vaut une reconnaissance internationale. L’installation est par la suite présentée à la Biennale de Venise 2001 ou au MoMa en 2006. Ce projet confronte les médiums dans une installation qui joue sur l’espace et les rapports entre ombres et lumières. Elle se compose de vingt-huit soies tissées, quarante-neuf stèles carrées et quarante-neuf rectangulaires dans lesquelles sont placés des signes, des écritures et symboles propres au style de l’artiste. Deux types de bannières sont particulièrement intéressantes : il s’agit d’inscriptions dorées sur fond bleu qui évoquent le coran bleu de Kairouan. D’autres tapisseries rappellent par leur composition centrée sur un médaillon et quadrillée, la production de diagrammes talismaniques iraniens d’époque Qajar [1789-1925].

Rachid Koraïchi, De la série Salomé, 1990, fils d’or tissés à la main sur soie indigo, 299,7 × 200 cm. ©Galerie Aicon.
Folio du Coran bleu, Afrique du Nord ou Espagne, Xe siècle, or et argent sur vélin teinté bleu roi, 28.3 x 37.7cm. Khalili Collection, inv. n. KFQ 53. ©Khalili Collection.

L’artiste développe également des projets de plus en plus monumentaux, ce qui fait de l’installation son médium favori à partir des années 1990. Parmi ses réalisations, le Chemin des roses est une installation qui s’adapte à l’espace et au lieu dans laquelle elle prend place, avec l’ajout continu de pièces qui célèbrent le voyage de l’installation. Elle comporte vingt-et-une céramiques, vingt-et-une broderies, vingt-huit sculptures et trois séries de quarante-neuf alliages métalliques. On remarque l’importance donnée au chiffre sept et à ses multiples dans chaque série d’objets, valeur numéraire qui a une charge sacrée pour l’artiste. Ici encore, la continuité avec le monde islamique est mise à l’honneur. Les symboliques numéraires sont employées dans la mystique et la magie islamique, notamment détaillées dans des traités comme le Shams al-Ma’arif d’Al Bûnî, largement diffusé au Maghreb. De plus, cette installation était dédiée au poète soufi persan Al Rûmî.

Par ailleurs, le style employé par l’artiste pour ses vasques évoque les céramiques bleues et blanches importées de Chine et copiées dès le XVe siècle dans le monde iranien, ou même les céramiques ottomanes d’Iznik. La composition même de ces plats rappelle les bols talismaniques, en particulier les modèles chinois des XVIe-XVIIe siècles.

Rachid Koraïchi, Le Chemin de Roses, 2001, Biennale de Venice, installation, détail d’une vasque en céramique,  55 x 55 x 8 cm. ©Haupt & Binder.
Assiette en porcelaine, dynastie Ming, XVIe-XVIIe siècle, Lampung, D. 36,5 cm. Musée des arts islamiques de Malaisie. ©IAMM.

Les hommages à la culture mystique soufie sont un sujet important pour l’artiste. Celui-ci retrace son histoire familiale jusqu’aux Quraysh, un clan puissant qui a contrôlé la Mecque à l’époque du prophète. De plus, sa famille appartient au groupe soufi de la Tijaniyya créé en 1781 par Sidi Ahmed Tidjani al Ain Madhi. Ses productions sont alors régulièrement dédiées à des figures soufies telles que Ibn Arabi, un grand maitre soufi du XIe siècle qu’il met à l’honneur dans Le champ de l’ardent désir, ou encore dans son oeuvre Jardin d’orient installée en 2005 au château d’Amboise afin de commémorer l’emprisonnement d’Abd el Kader dans ce même lieu entre 1848-52. Cette dernière installation met en avant la calligraphie, sujet privilégié de la mystique soufie, mais aussi des sculptures métalliques décorées de signes qui renvoient aux ʿalam, ces objets de procession dévotionnels largement employés dans les milieux chiites. 

ʿalam, XVIIe siècle, Iran. Musée du Louvre, DAI, OA 4097/2 ©Musée du Louvre / RMN Grand Palais / Hervé Lewandowski.
Rachid Koraichi, Jardin d’Orient, 2005, château royal d’Amboise. ©GardensOnline / Bob Saunders.

Il accorde donc une grande importance à la mémoire, d’une part aux personnages soufis, mais aussi à sa famille, notamment dans son œuvre La prière des absents qu’il réalise de 2013 à 2015 à Essouira, pour rendre hommage à ses parents disparus. Cette œuvre utilise des vases auxquels l’artiste associe un vocabulaire talismanique important. Les mots se répètent, s’accumulent telle une invocation. Il utilise un vocabulaire visuel magique tels que des carrés magiques, des mains de khamsa et certaines calligraphies sont en miroir. C’est un procédé souvent exploité par l’artiste, qui se répète aussi dans l’eau des bassins, ce qui donne une nouvelle dimension à l’œuvre. Ce style de composition est inspiré principalement des calligraphies traditionnelles ottomanes. De la même manière, il rend hommage aux disparus ayant tenté de traverser la Méditerranée, avec la construction à Zarzis d’une oasis-sépulture, Jardin d’Afrique, en 2021. Encore une fois, les céramiques utilisées, peintes à la main, sont des répliques de celles des palais de Tunis datées du XVIIe siècle. 

Rachid Koraïchi, La prière des absents, 2016, Biennale de Marrakech, installation,  détails de vases en porcelaine avec oxyde de bleu et blanc, 39 x 21.5 x 21.5 cm. ©Société espagnole de radio et télévision.
Rachid Koraïchi, Le Jardin d’Afrique, 2021, monument funéraire et commémoratif, Zarzis en Tunisie. ©Rachid Koraïchi. ©Laetitia Fernandez

Conclusion 

La production de l’artiste est donc riche de par les supports et méthodes utilisés, ainsi que par les sujets et les héritages culturels qu’il met en avant. En proposant un art graphique qui met en valeur la calligraphie, l’écriture, les symboles, ou les signes, Rachid Koraïchi se place dans une tradition islamique, tout en renouvelant son lexique dans un style personnel et créatif. Pour autant, c’est un artiste contemporain multiculturel qui accorde une grande importance à l’exposition l’art au quotidien. Il y procède notamment en utilisant l’urbanisme des villes, les sites historiques, mais aussi en créant des objets utilitaires tels que de la céramique ou du textile. Cette démarche s’illustre dans les réalisations de l’association Scham’s, créée en 2003 qui fabrique notamment des vêtements. La position de cet artiste est finalement ambiguë. Elle questionne la place de l’artiste contemporain au sein d’une histoire de l’art islamique. Sa production ne peut se détacher des productions du monde islamique, ce qui nous invite à questionner ce que sont les arts de l’Islam et à soulever la pertinence de l’existence des bornes chronologiques au sein de la discipline.

Killian Lécuyer.

Bibliographie sélective :

Delaplace, Paula. Rachid Koraïchi, 2018. Mémoire de master 1, Sorbonne Université, sous la direction de Mme Brac de la Perrière. 

Hamoudi, Jamil. éd. Signe et calligraphie: Jamil Hamoudi, Mohamed Bouthelidja, Rachid Koraïchi, Hassan Massoudy: avec le concours de la Bibliothèque nationale, 12 juin-15 septembre 1986. Cahiers de l’ADEIAO 2. Paris: ADEIAO, Musée national des arts africains et océaniens, 1986.

Imam, James. En Tunisie, l’artiste Rachid Koraïchi crée un mémorial pour les migrants, 14 Juin 2021.

https://daily.artnewspaper.fr/articles/en-tunisie-lartiste-rachid-koraichi-cree-unmemorial-pour-les-migrants. Consulté le 18/12/21.

Koraïchi Rachid et Butor Michel. Salome: Rachid Koraïchi, Michel Butor. Paris: Centre Georges Pompidou. 1991.

Lostia, M. « Rachid Koraïchi : une architecture céleste pour le soufisme ». Études Littéraires 33, 2001. p. 193-202. 

Shehab Bahia et Haytham Nawar. A History of Arab Graphic Design. Caire: The American University in Cairo Press, 2020. p.347 à 351.

Site officiel de Rachid Koraïchi ainsi que sa base de données ont été réalisés par Laetitia Fernandez http://rachidkoraichi.com/. Consulté le 18/12/21. 

Universes in Universe. Rachid Koraïchi – Le Chemin de Roses. 

https://universes.art/en/nafas/articles/2003/rachid-koraichi/img. Consulté le 18/12/21. 

Vivek, Gupta. Talismanic Calligraphy Made Contemporary in Marrakech, 22 Avril 2016.

https://hyperallergic.com/292497/talismanic-calligraphy-made-contemporary-in-marrakech/. Consulté le 18/12/21. 



Citer ce billet
apam (2022, 1 mars). La production de Rachid Koraïchi : un artiste contemporain ancré dans les arts de l’Islam. APAMi. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9g5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search