Initiation au Ketab Khaneh

Scène d’école, folio d’un manuscrit de Yusuf et Zulaykha de Jami. Ouzbékistan, Boukhara, 1564-1565/A.H. 972, encre, aquarelle opaque et or sur papier, 20.96 x 12.38 cm.
The Los Angeles County Museum of Art. The Nasli M. Heeramaneck Collection, don de Joan Palevsky. Inv. n. M.73.5.440.

Le livre tient une place importante dans l’art islamique. Le papier originaire de Chine voit son utilisation largement diffusée au VIIIe siècle grâce au développement de centres de production dans le monde islamique, d’abord à Samarqand, puis à Baghdad. Le traitement du papier est une tâche ardue, car il existe de nombreuses techniques de séchage, qui permettent par exemple le changement de couleur de la page. C’est au XIVe siècle qu’il se démocratise pour répondre aux usages administratifs de plus en plus importants. Ainsi, il permet un nouvel essor à la production de livres qui demande aux artistes toujours plus de commandes. 

Le premier modèle de Ketab Khaneh, ou encore atelier-bibliothèque dédié à la production de manuscrits a vu le jour grâce au vizir Rashid al-Din à Tabriz1 où tout un quartier lui est dédié. Il y fait réaliser des copies de grands ouvrages durant son vizirat (1304-1316) tel que l’Histoire Universelle (Jami al-tawarikh). C’est donc grâce au patronage de grands mécènes, comme les princes ou les membres de cours royales qu’ont été permis la production de grands chefs d’oeuvres. 

Une fois l’ouvrage achevé, il était conservé au sein de Ketab Khaneh2, qui servaient aussi de bibliothèque. Celles-ci appartenaient généralement à des institutions ou à de grands mécènes privés comme des personnages princiers. Elles permettaient la réalisation puis la conservation de manuscrits.  On y  trouvait du personnel spécialisé dans tous les domaines, telles l’enluminure ou la calligraphie3. Par exemple, on trouve des copistes chargés du textes, des peintres en charge des miniatures, mais aussi des relieurs ou même des artisans en charge de la mise en page. L’atelier-bibliothèque est le lieu où les nouvelles techniques sont essayées, notamment dans le domaine des couleurs.

Le Ketab Khaneh requiert un travail méthodique de la part de tous les artistes, qu’ils soient en charge des illustrations, de la calligraphie ou bien des enluminures. On sait peu de choses sur son fonctionnement. La réalisation de grands ouvrages est possible grâce au travail coordonné de chacun des participants. C’est sous cette forme que l’atelier bibliothèque s’impose à partir du XIVe siècle. Le Ketab Khaneh devient alors une institution où les artistes collaborent à la réalisation des plus grands manuscrits. C’est aussi un lieu de formation pour les apprentis, souvent issus de familles d’artistes. Selon Oleg Grabar4: “Il s’agit en somme d’un corps d’artistes et d’artisans servant, au même titre que les militaires ou la bureaucratie civile, à agrémenter tout ce qui gravite autour du prince.” 

Le directeur du Ketab Khaneh Ja’far Tabrizi, travaillant pour le prince Baysunghur (1397 – 1433) gouverneur d’Herat, est l’auteur d’un rapport sur son atelier bibliothèque qui nous permet d’avoir ainsi un regard sur le fonctionnement de cette institution5. Selon ce texte, les artisans de l’atelier réalisent des copies d’ouvrages mais proposent également des motifs décoratifs pour d’autres œuvres d’arts, comme pour la réalisation de monuments. Le Ketab Khaneh était aussi le lieu où les manuscrits étaient restaurés. On en a l’exemple avec le Grand Shahnameh Mongol (1330 – 1340) qui a été restauré à l’époque Qajar. Déplacé de Tabriz après le début du XVIe siècle, il s’est probablement retrouvé dans un Ketab Khaneh du palais du Golestan à Téhéran autour du XIXe siècle où il a été retouché, remarginé et renuméroté. C’est un exemple parlant qui illustre le rôle de ces ateliers qui ne sont pas seulement centrés sur la réalisation de manuscrits. Les Ketab Khaneh servent à la mise en œuvre de manuscrits qui suivent plusieurs étapes ; puis passe de main en main, circulent entre les divers artistes et propriétaires qui ont chacun un rôle à tenir dans l’œuvre finale et sa conservation. 

Un dernier aspect de ces ateliers est les artistes eux-mêmes. Peu de peintres sont connus pour leurs ouvrages. Certains noms tels que Behzad d’Herat (1450 – 1535) qui a longuement servi Shah Ismail (1501 – 1524) ressortent, mais il est difficile de lui attribuer un ouvrage complet. Il a signé quelques folios qui ont permis aux historiens de l’art de se faire une idée de son talent. Pour autant, plusieurs peintres pouvaient travailler sur un même ouvrage. Par conséquent, la multiplication des mains au sein même d’un travail cohérent rend l’attribution à un artiste en particulier difficile.

Benjamin Gonthier-Salvan

Bibliographie

Grabar (Oleg), Images en terres d’Islam, Reunion des Musées Nationaux, Paris, 2009. 

Richard, (Francis) “The Kitabkhana : an institution in the service of Culture and the Art of the Books”, Treasure of the Aga Khan Museum – Arts of the Books and Calligraphy, Istanbul, (November 2010 – February 2011), p. 104 – 112. 

Masuya (Tomoko) “Chinese and Turko- Mongol Elements in Ilkhanid and Timurids Arts.” in A Companion to Islamic Art and Architecture, Barry Flood (Finbarr), Necipoglu (Gulru), 2017. 

  1. Richard, (Francis) “The Kitabkhana : an institution in the service of Culture and the Art of the Books”, Treasure of the Aga Khan Museum – Arts of the Books and Calligraphy, Istanbul, (November 2010 – February 2011), p. 106. []
  2. Grabar (Oleg), Images en terres d’Islam, Reunion des Musées Nationaux, 2009, p. 34. []
  3. ibid .. p. 34. []
  4. ibid. p. 39. []
  5. Masuya (Tomoko) “Chinese and Turko- Mongol Elements in Ilkhanid and Timurids Arts.” in A Companion to Islamic Art and Architecture, Barry Flood (Finbarr), Necipoglu (Gulru), 2017, p. 658. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search