La mosquée de Rüstem Paşa : un joyau discret au cœur d’Istanbul

Le 29 mai 1453, la ville d’Istanbul, alors nommée Constantinople, tombe aux mains des Ottomans. Cette dynastie, qui tire son nom de son fondateur Osman, s’affirme au sein d’une principauté d’Anatolie à la fin du XIIIème siècle. Elle étend son empire jusqu’au XVIème siècle, depuis les Balkans jusqu’au Maghreb, avant de se désagréger progressivement à partir du XVIIème siècle, pour laisser place, au lendemain de la Première Guerre mondiale, à la République de Turquie. Si l’empire des Ottomans regroupe des populations fort diverses, il est néanmoins régi par une structure gouvernementale et administrative efficace. L’organisation très centralisée de l’empire trouve d’ailleurs un écho dans l’ensemble de la création artistique. Un corps hiérarchisé, dirigé par l’architecte en chef de l’empire, encadre ainsi les chantiers de construction des monuments publics et religieux, favorisant le développement d’un canon artistique. Constantinople, nouvelle capitale après Bursa et Edirne, est profondément modifié sous les Ottomans : les citernes datant de l’Antiquité sont restaurées, le palais de Topkapı voit le jour tandis que sont édifiées de nombreuses mosquées. 

Soleyman le Magnifique (1520-1566) demeure le plus célèbre de ces souverains bâtisseurs, épaulé par l’architecte Sinan. Ce dernier, issu d’une famille grecque orthodoxe, est recruté très jeune dans le corps des janissaires – ordre composé d’esclaves constituant l’élite de l’infanterie ottomane. Il travaille tout d’abord au service de la construction de l’armée, s’élevant progressivement au rang de chef d’artillerie. Sinan révèle ses talents d’architecte dès les années 1530 en dessinant et en construisant des ponts militaires ainsi que des fortifications. Jusqu’à sa mort, qui survient en 1588, il est l’architecte en chef de l’empire et entreprend un nombre de projets considérable. On lui doit ainsi soixante-dix-neuf mosquées, dont la célèbre Süleymaniye. 

C’est au milieu du XVIème siècle qu’est édifiée la mosquée de Rüstem Paşa. L’édifice doit son nom à un homme politique né à Skradin en Dalmatie. Recruté enfant par le devchirmé – système d’enrôlement forcé opéré par l’armée du sultan -, il reçoit une éducation dans l’école du palais à Constantinople et poursuit ensuite une carrière militaire. En 1539, il épouse Mihrmirah, fille de Soleyman le Magnifique et de Roxelane. Il obtient ensuite le titre de grand vizir à deux reprises, d’abord de 1544 à 1553 puis une seconde fois de 1556 jusqu’à son décès en 1561. Accusé par les chroniqueurs ottomans et européens d’avoir amassé d’énormes richesses et d’être à l’origine d’intrigues à l’encontre de Mustafa, fils de Soleyman, Rüstem Paşa est par ailleurs l’instigateur d’une politique encourageant la production d’objets de luxe. Il demeure un acteur de premier plan sur la scène gouvernementale. 

Une image contenant bâtiment, extérieur, lieu de culte, cité

Description générée automatiquement
Vue de la mosquée depuis le Bosphore
© Creative Commons

Si avant sa mort, Rüstem Paşa espérait construire sa propre mosquée, c’est Soleyman qui amorce le projet dans le quartier d’Eminönü, situé à proximité du bazar égyptien des épices et de la construction massive de la Süleymaniye. Sinan édifie ici une mosquée de taille réduite, posée sur une haute terrasse au-dessus d’un complexe de boutiques voûtées, dont les loyers étaient destinés à soutenir financièrement le bâtiment. Ce système permet également d’élever la mosquée, pour en faire un élément visible de la ligne d’horizon d’Istanbul. Des volées de marches intérieures étroites et sinueuses dans les angles donnent accès à une cour spacieuse. Un double portique à cinq baies, soutenu par une rangée de colonnes, permet ensuite de pénétrer dans l’édifice. La mosquée est munie d’un plan octogonal : au centre, quatre grands piliers ainsi que des contreforts engagés dans les murs latéraux soutiennent une large coupole, entourée de quatre demi-coupoles. Les grands piliers divisent également l’espace central en formant deux galeries latérales surélevées. Sur le mur opposé à l’entrée principale se trouve un large mihrab, la niche indiquant aux fidèles la direction de la prière, accompagné d’un minbar, une chaire à prêcher. 

Une image contenant intérieur, bâtiment

Description générée automatiquement
Double portique d’entrée
© Camille Grandpierre

Le bâtiment est particulièrement célèbre pour ses panneaux de céramique habillant les piliers, les murs ainsi que le mihrab. Ces carreaux de revêtement proviennent de la ville d’Iznik, cœur de l’industrie de la céramique ottomane, notamment au XVIème siècle. La technique, tout au long de cette période, demeure la même : elle consiste à employer une pâte siliceuse sur laquelle est placé un lait également siliceux. Un décor d’oxydes colorés est ensuite déposé à la surface du carreau. Enfin, ce dernier est recouvert d’une glaçure transparente de grande qualité. Les couleurs et les motifs de la céramique d’Iznik évoluent quant à eux tout au long du XVIème siècle, permettant une datation assez précise des œuvres. Les carreaux présents dans notre mosquée montrent ainsi des inscriptions cursives sülüs et des motifs géométriques se déployant à l’infini. D’autres sont ornés de fleurs et de végétaux divers. Il est possible de distinguer des tulipes, des œillets, des lotus ou encore de délicates feuilles « hançeri », c’est-à-dire en forme de dague ou de poignard. Le bleu et le turquoise sont les teintes qui dominent majoritairement. A certains endroits, il est possible d’observer des touches de vert pâle ou d’aubergine, ainsi que la présence sur quelques carreaux d’un rouge vif. 

Une image contenant intérieur

Description générée automatiquement
Mihrab et minbar
© Camille Grandpierre

Les panneaux sont représentatifs de plusieurs des styles émergeant tout au long du XVIème siècle. Certains montrent ainsi des motifs d’ogives, empruntés à l’art du textile et évoquant les productions des deux premières décennies du XVIème siècle. D’autres carreaux appartiennent au style « saz » développé à partir des années 1530-1540. Si la signification exacte de ce terme n’est floue – il est employé à l’origine en Turquie pour désigner une forêt et signifie également roseau des marais -, dans l’art ottoman, il s’emploie pour décrire les motifs de feuilles « hançeri », associés à des fleurs diverses dans le goût des élites ottomanes férues d’horticulture. Ce style atteste également d’un enrichissement de la palette : plusieurs verts, allant de la couleur sauge à l’olive, ainsi qu’un mauve aubergine sont associés au bleu et au turquoise traditionnels. Il convient enfin de mentionner que quelques œuvres portent la marque d’un dernier style. En effet, à la fin des années 1550, les artisans mettent au point un rouge tomate vif, obtenu à partir d’un engobe épais composé d’argile rouge et appliqué en relief sous la glaçure. Certains carreaux de la mosquée Rüstem Paşa sont représentatifs des premiers tâtonnements concernant l’emploi de cette teinte : les œuvres autour du mihrab sont ornées d’un rouge brunâtre, de faible qualité. Les panneaux de revêtement près de l’entrée de la mosquée déploient au contraire cette nouvelle couleur dans toute sa beauté. Le vert émeraude, qui apparaît dans les années 1560, et à qui le rouge vif est souvent associé par la suite, n’est pas encore présent, à l’exception d’un panneau ajouté au-dessus d’une porte extérieure, à la fin du XVIème siècle. Quelques carreaux, enfin, ont été apposés de façon plus tardive encore, à l’image de l’œuvre représentant un plan de la Mecque, datant sans doute du XVIIème siècle ou du XVIIIème siècle. 

Une image contenant plancher, carrelé

Description générée automatiquement
Détail des carreaux près de l’entrée
© Camille Grandpierre

La datation exacte de la construction de la mosquée est inconnue, en raison de l’absence de document de fondation (vakfiye) mais cette dernière a probablement été construite entre 1561 et 1563. Son architecture n’est pas sans évoquer d’autres bâtiments : le double portique se retrouve dans la mosquée Mihrimah à Üsküdar, également édifiée par Sinan ; de plus, son plan préfigure la célèbre Selimiye, construite à Edirne en 1572 pour Sélim II. Mais la mosquée Rüstem Paşa fait figure d’exception en raison du grand nombre de carreaux d’Iznik la décorant – les panneaux de la mosquée Sokollu Mehmet Paşa sont également d’une grande beauté mais demeurent moins nombreux. Sinan est connu pour mettre l’accent sur la structure de ses bâtiments plutôt que sur l’esthétique interne et les raisons d’une telle profusion de décors sont encore mal connues aujourd’hui. Ces carreaux demeurent ainsi un témoignage éclatant des expérimentations des céramistes d’Iznik au milieu du XVIème siècle. 

Camille Grandpierre

Bibliographie 

DENNY (Walter), Iznik, La céramique turque et l’art ottoman, Paris : Citadelles & Mazenod, 2015.

NECIPOĞLU (Gülru), The Age of Sinan: Architectural Culture in the Ottoman Empire, London : Reaktion Books, 2005.

SCHICK (Leslie Meral), « A note on the dating of the Mosque of Rüstem Paṣa in İstanbul », Artibus Asiae, 1990.


Une réflexion sur « La mosquée de Rüstem Paşa : un joyau discret au cœur d’Istanbul »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search