Un mihrab portatif au Musée du Louvre

Mihrab (محراب) portatif, Egypte, Xe-XIe 
Bois sculpté (micocoulier)
19,7 cm x 10,9 cm
Paris, Musée du Louvre, DAI, MAO 421
© 2009 Musée du Louvre / Hughes Dubois

La dynastie des Fatimides (969-1171) est au pouvoir en Égypte au moment de la réalisation de cet objet religieux. Revendiquant ses liens avec la famille du Prophète, en tant que descendants d’Ali son gendre et cousin, les Fatimides placent le chiisme au cœur de leur politique en opposition au sunnisme du califat abbasside. D’abord implantés au Maghreb et en Ifriqiya (Afrique du Nord actuelle), ils conquièrent le Caire (al-Qahira) en 969 et en font leur capitale. A l’acmé de leur pouvoir, leur territoire couvre le Maghreb et l’Ifriqiya, la Sicile, la Syrie et le Hijaz (péninsule arabique). 

Le mihrab est un élément architectural que l’on retrouve au sein des mosquées. Il se présente traditionnellement sous la forme d’une niche, voire d’une petite pièce au Maghreb, et est situé sur le mur de qibla marquant le sens de la prière, dirigée vers La Mecque. L’œuvre étudiée dans le cadre de cet article est d’une taille bien plus réduite et comporte un sobre décor, agrémenté d’un petit orifice. Deux colonnettes sont surmontées d’un arc brisé légèrement surbaissé – nommé arc persan – orné de délicats entrelacs. Ce motif est encadré d’une bordure épigraphique en arabe. La forme des lettres découle du style coufique mis au point dès le VIIIe siècle sous les Abbassides. Le tracé est anguleux et sobre, avec un jeu sur les formes arrondies de certaines lettres contrastant avec la verticalité des hampes. Si la partie supérieure gauche du mihrab est partiellement endommagée, nous savons que les inscriptions se rapportent au courant chiite. La bordure épigraphique fait ainsi mention des Imams appartenant à la famille du Prophète :

بسم الله الرحمن الرحميم محمد علي [و فاطمة و الحسن و الحسين و علي و محمد] و جعفر و موسى وعلي ومحمد وعلي والحسن والحجة القديم بالحق

Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux, Muḥammad ʿAlī, [Fāṭima, al-Ḥasan, al-Ḥusayn, ʿAlī, Muḥammad], Ğaʿfar, Mūsā, ʿAlī, al-Ḥasan et la preuve, le maître (de l’heure) en vérité.

(Traduction de Jean-David Weill, 1966)

L’Egypte étant un pays pauvre en bois, la matière première a été importée. Les essences pouvaient provenir d’Italie ou de Sicile, une région en partie contrôlée par les Fatimides au Xe siècle. Le commerce en Méditerranée entre Orient et Occident était alors très actif. Compte tenu du caractère exogène de la matière première, ce type de mihrab portatif était certainement destiné à une clientèle relativement aisée. 

Ce type de mihrab portatif était sans doute utilisé lors de dévotions privées, dans un cadre intime. Il matérialise à lui-seul la présence de la mosquée et accompagne la prière du fidèle réalisée plusieurs fois par jour. L’orifice percé au sommet de la plaque semble indiquer que le mihrab pouvait être suspendu, certainement au sein du foyer. La taille de l’objet étant modeste, celui-ci pouvait être retiré facilement. En effet, si le chiisme est la religion de la dynastie fatimide, l’Égypte n’en demeure pas moins multiculturelle : d’importantes communautés juives, coptes, chrétiennes y vivent. La maniabilité du mihrab permettait de le retirer lorsqu’un visiteur non musulman se présentait. Certains de ces mihrabs portatifs ont aussi été découverts en contexte funéraire, ce qui témoigne de leur force symbolique. 

Ainsi, cette œuvre reprend la même disposition que les mihrabs architecturaux fatimides, tel celui de la Mashhad al-Juyushi au Caire, daté de 1085. On peut également évoquer l’un des chefs-d’œuvre de l’art du bois fatimide, le mihrab de Sayyida Nafisa, daté de 1138. Le petit mihrab portatif conservé au musée du Louvre n’est d’ailleurs pas le seul exemple conservé. Celui du Metropolitan Museum of Art de New York, datable du Xe siècle, présente une composition tout à fait similaire. Enfin, le style coufique fait écho à la calligraphie employée dans les manuscrits coraniques de la même époque.

Lisa Ducher

Bibliographie

ZALI (Anne), BERTHIER ( Annie), L’aventure des écritures I : naissances, Paris, Broché, 1997.

HATTSTEIN (Markus), DELIUS (Peter), L’Islam arts et civilisations, Postdam,H.F.Ullmann, 2008.

BRAMOULLE (David) « La Sicile fatimide, plaque tournante du commerce maritime entre le monde musulman et l’Europe », dans : RICHARTÉ (Catherine) (éd.), Héritages arabo-islamiques dans l’Europe méditerranéenne, Paris, La Découverte, 2015.

BRAMOULLE (David), « Le réseau portuaire du califat fatimide en Méditerranée (969-1171) : une difficile mise en œuvre », COULON (Damien) (éd.), Espaces et Réseaux en Méditerranée VIe-XVIe siècle vol. II. La formation des réseaux, Saint-Denis, Éditions Bouchène,2007.

BERRY (David), “Aga Khan’s Fatimid exhibit unearths a civilization of wonder”, The Globe and Mail, 2018, en ligne, consulté le 20 mars 2022.

https://www.theglobeandmail.com/arts/art-and-architecture/article-aga-khans-fatimid-exhibit-unearths-a-civilization-of-wonder/

Portable Mihrab | The Metropolitan Museum of Art, en ligne, consulté le 30 mars 2022,

https://www.metmuseum.org/art/collection/search/477582

Mihrab portatif – Louvre Collections, en ligne, consulté le 25 mars 2022,

https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010320112



Citer ce billet
apam (2022, 18 mai). Un mihrab portatif au Musée du Louvre. APAMi. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9gu

Une réflexion sur « Un mihrab portatif au Musée du Louvre »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search