Chirin contemplant le portrait de Khosrow


Chirin contemplant le portrait de Khosrow, observé par Sapur, Peinture issue d’un manuscrit contenant une copie du Khamsa de Nizami,
1442, Hérat, Afghanistan,
Encre et pigments opaques sur papier,
Londres, British Library, Ad. 25900, folio 41r

© domaine public

Entre 1165 et 1203, le poète Nizami compose le Khamsa, un ensemble de cinq poèmes en vers. La première œuvre du recueil, le Makhzan al-asrar (Le Trésor de Mystères), est un traité mystique livrant une série de leçons morales. Il est suivi par les poèmes Khosrow va Chirin (Khosrow et Chirin), Layla va Majnun (Layla et Majnun) et le Haft Paykar (Sept portraits). Tous trois relatent des histoires d’amour tumultueuses. Finalement, l’Iskandar-nameh (Le Livre d’Iskandar) vient clôturer le recueil. Il s’agit d’un récit retraçant la vie, en grande partie romancée et imaginaire, du conquérant Alexandre le Grand.

Si l’on sait peu de choses sur Nizami, son texte connaît un très vif succès. Les manuscrits en contenant une copie sont aujourd’hui nombreux à être conservés. C’est le cas de ce codex, dont le colophon – texte à la fin du manuscrit mentionnant le nom du copiste, le lieu et la date de la copie – nous apprend qu’il a été réalisé en 1442 à Hérat, aujourd’hui en Afghanistan. La ville est alors sous domination timouride (1369-1506). Son fondateur, Timur, ainsi que ses successeurs sont de grands mécènes épris d’art tandis que Hérat est un brillant centre artistique. On ignore cependant aujourd’hui l’identité du commanditaire de ce codex, mais il s’agirait d’une commande princière ayant mobilisé de nombreux artistes.

Cette peinture est tirée du second poème du Khamsa, Khosrow va Chirin (Khosrow et Chirin). Il raconte l’histoire d’amour entre le dignitaire sassanide Khosrow et la princesse arménienne Chirin. Après de nombreuses péripéties, les personnages connaissent un destin tragique et Chirin finit par se suicider en apprenant la mort de son bien-aimé.

La scène sur la peinture se rapporte à un épisode important du poème. L’histoire relate que Sapur, peintre et ami proche de Khosrow, lui parle d’une reine arménienne et de sa nièce, Chirin. L’éloge vibrant que fait l’artiste de la jeune princesse intrigue Khosrow. Ce dernier décide alors de l’envoyer en Arménie à sa recherche. Lorsqu’il la trouve enfin, Sapur décide de réaliser le portrait de Khosrow et de le présenter à Chirin, pour que celle-ci tombe amoureuse du souverain. Mais le peintre voit plusieurs de ses tentatives échouer, puisque les dames de compagnie de la princesse détruisent les œuvres à l’instant même où cette dernière les aperçoit. En effet, le texte donne quelques indications à propos du talent de Sapur : les portraits sont si ressemblants qu’ils trompent les sens. Celui qui les regarde risque de les prendre pour le véritable prince ou pire encore, les vénérer telle une idole. Tout cela effraie grandement les suivantes de la princesse qui préfèrent lui épargner cette vision.

La peinture montre l’ultime tentative de Sapur qui a suspendu le portrait du prince à un arbre sur le lieu de promenade des dames. Sa tête émerge discrètement à l’arrière-plan parmi les rochers. Chirin, vêtue d’un long manteau mauve et d’une couronne, vient de découvrir le portrait et paraît complètement absorbée dans sa contemplation. Derrière elle, quatre figures discutent avec animation. Il s’agit des suivantes de la princesse, agacées par son comportement. L’une d’elles tire d’ailleurs le pan de son manteau, comme pour la ramener à la réalité.

Le texte relate ensuite que Sapur est obligé d’intervenir. Il explique alors à Chirin qu’il ne s’agit là que d’une image dénuée de vie mais elle doit tout de même se réjouir car son bonheur sera d’autant plus grand de rencontrer le véritable Khosrow.

Camille Grandpierre

Bibliographie :

LENTZ (Thomas Woodward) et LOWRY (Glenn David), Timur and the Princely Vision: Persian Art and Culture in the Fifteenth Century, Washington D.C., Smithsonian Institution Press, 1989

SOUCEK (Priscilla), « Nizami on Painters and Painting » in: Islamic Art in the Metropolitan Museum of Art, New York, (éd.) ETTINGHAUSEN (Richard), Metropolitan Museum of Art, 1972

Site internet de la British Library : http://blogs.bl.uk/asian-and-african/2014/07/a-khamsah-ascribed-to-the-painter-bihzad-add-25900.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.