Le Coran Bleu


Coran Bleu (المصحف الأزرق / āl-Muṣḥaf āl-′Azraq), Irak? 750-850?
Parchemin, chrysographie, argent.
Jusqu’à 310x410mm, environ 100 feuillets conservés du premier volume (sur environ 600 originellement)
Raqqada, Musée de la civilisation et des Arts Islamiques, Rutbi 196 (dispersé dans plusieurs collections)

© Qantara

Les feuillets de ce Coran, somptueux et exceptionnels, sont parvenus au sein des collections muséales de façon énigmatique. Cela a ainsi créé quelques difficultés en ce qui concerne le lieu et la date de production. C’est pourquoi de nombreux chercheurs, principalement Jonathan Bloom et Alain George, l’ont étudié afin d’en déduire son origine.

Ce manuscrit est connu par son esthétique contrastée entre une écriture en or et un parchemin en format horizontal, coloré par une pâte bleu indigo. Grâce à l’arrivée et l’expansion rapide du papier, une démocratisation du savoir et de l’accès au livre a eu lieu. C’est ainsi intéressant de voir que certains ateliers ou mécènes ont préféré continuer à utiliser le support du parchemin, qui était pourtant plus cher. C’est sur ce parchemin que les calligraphes ont écrit le texte coranique, dans une écriture appelée coufique.  C’est l’un des premiers styles d’écritures utilisés dans les terres d’Islam.

Ce Coran est enluminé par des marqueurs de sourate, qui est une division du texte coranique en chapitre existant depuis les débuts de l’islam. Elles prennent ici la forme d’une bande dorée horizontale, sur laquelle on retrouve des touches de bleu et rouge, et se finit par un fleuron dans la marge. De l’argent est aussi utilisé au sein du texte pour les titres de sourate ainsi que les marqueurs de versets, qui est une division de la sourate. Seulement, il s’est oxydé avec le temps et a perdu de sa splendeur.

Cette œuvre, principalement caractérisée par son bleu profond sur lequel une calligraphie dorée est apposée, possède une origine longuement débattue. Selon Jonathan Bloom, ce manuscrit serait une œuvre fatimide de Kairouan et daterait d’avant les conquêtes d’Egypte soit 969. Mais Alain George a proposé une autre hypothèse en essayant tout d’abord de dater l’écriture utilisée. Il a ainsi déterminé une marge allant de 750 à 850, ce qui correspond donc au début de la dynastie des Abbassides. Selon lui, les ornements en argent sont des ajouts postérieurs datant du IXe-Xe siècle car aucune place ne leur a été laissé lorsque le texte coranique fut écrit. Afin de prouver son idée, Alain George a comparé le Coran Bleu avec des exemples d’œuvres existants au début des Abbassides. Il s’appuie sur la forte utilisation du schéma coloré bleu-or de la dynastie des Umayyades, qui fut par exemple utilisé pour les inscriptions du Dôme du Rocher. Les Abbassides auraient alors repris les couleurs bleu et or, qui étaient devenues les couleurs des califes.

Ainsi, ce chef-d’œuvre calligraphique caractérisé par son contraste coloré était et est toujours un grand mystère par sa provenance inconnue et le débat qu’elle crée chez les spécialistes. Aujourd’hui, son origine semble cependant avoir été mis à jour par Alain George, qui définit ce Coran comme une œuvre produit pour le califat abbasside, en s’appuyant sur le programme umayyade, qui s’inspire lui-même des œuvres byzantines.  

Anaïs Dolz

Bibliographie sélective :

J. BLOOM, « The Blue Koran Revisited » dans Journal of Islamic Manuscripts, volume 6, 2015, pp. 196-218

J. BLOOM, « Al-Ma’mun’s Blue Koran? » dans Revue des études islamiques, volume 54, 1986, pp. 59-66

A. GEORGE, « Calligraphy, Colour and Light in the Blue Qu’ran » dans  Journal of Qur’anic Studies, Volume 11, Numéro 1, Avril 2010, pp. 75-125

M.-G. GUESDON et A. VERNAY-NOURI [dir.], L’art du livre arabe du manuscrit au livre d’artiste, Bibliothèque nationale de France, Paris, 2001


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.