Appel à contribution – BIDAYA : revue étudiante francophone en sciences humaines et sociales sur le monde arabe (Date limite : 28 avril 2023)

Dossier thématique : « Arts et pouvoir dans le monde arabe »

Quel lien existe-t-il entre les différentes formes d’expression artistique et de pouvoir dans le monde arabe ? Telle est la problématique que se propose d’explorer le dossier thématique du troisième numéro de la revue étudiante Bidaya.
Le rôle de l’art comme outil de contestation n’est plus à démontrer, les soulèvements dans les pays arabes l’ont d’ailleurs largement mis en exergue. De Tunis au Caire, de Bagdad à Beyrouth, les espaces urbains, tout comme le cyberespace, ont été partout investis par des créations aux tonalités souvent très politiques. L’art, en tant qu’expression culturelle, sociale et politique, peut donc être utilisé de manière à influencer la société et/ou à défier le régime politique en place. Cela a été le cas particulièrement dans des moments révolutionnaires ou de lutte politique, comme la révolution égyptienne de 1919 ou la Guerre d’indépendance algérienne. Le véritable pouvoir de l’art, notamment dans des contextes autoritaires, réside alors dans sa capacité à générer des utopies, à imaginer les possibles et à pousser les individus à interroger leurs conditions de vie. C’est en cela que les expressions artistiques sont non seulement une forme de contestation, mais aussi de mobilisation des populations ; d’où l’attention que leur portent les gouvernements et États de tout temps.

Si l’art apparaît en premier lieu comme un moyen par lequel les dominés peuvent s’affranchir des diktats officiels, il est aussi fréquent que des gouvernements s’approprient et détournent des formes artistiques à des fins propagandistes, nationalistes ou politiques. L’art pouvant exercer une forte influence, il est souvent visé par les régimes autoritaires lorsqu’il ne véhicule pas le message souhaité.
Ceux-ci ont alors recours à la censure de certaines œuvres ou expressions
artistiques. Mais le lien ne se fait pas toujours de manière négative, dans l’objectif de « détourner » ou de « censurer » les œuvres. Celles-ci possèdent également une valeur marchande qui devient un enjeu économique et politique non négligeable. Ainsi, les monarchies du Golfe ont investi ces dernières décennies dans une véritable politique de Branding culturel, qui vise, à travers la promotion de l’art, à présenter un visage « démocratique ».

Enfin, des formes très diverses de pouvoir se lient à l’art, notamment dans ses
dimensions économique et sociale. En effet au-delà des États, les institutions, les ambassades et leurs instituts, les fondations, les curateurs et les associations entretiennent de fait un rapport avec la création, par l’octroi de subventions, appels d’offres, résidences, festivals, prix, etc. Pour ce dossier de Bidaya, nous appelons des contributions qui interrogent les contextes de création dans le monde arabe, les relations que les artistes et créateurs, toutes disciplines confondues (arts de la scène, théâtre, cinéma, arts plastiques, ou arts de la rue) entretiennent avec les pouvoirs politiques, les institutions culturelles étatiques ou privées. Une attention particulière sera vouée aux propositions d’articles examinant les aspects financiers, économiques, la relation avec les bailleurs de fonds. Les contributions étudiant également les messages véhiculés dans leurs contextes historique, politique et social, ainsi que le pouvoir de contestation et de dénonciation de l’art dans des périodes de crises, même lorsqu’il est contrôlé ou censuré, sont également les bienvenues.

Nous précisons que le thème de ce numéro se décline sur toutes les périodes historiques. Des articles traitant de la question des arts produits en contexte colonial ou des productions artistiques circulant dans le cadre de l’empire ottoman, y trouveront leur place, tout comme le sujet du rapport de la religion aux arts et la contrainte des représentations figuratives.

 : Appel à contribution – BIDAYA : revue étudiante francophone en sciences humaines et sociales sur le monde arabe (Date limite : 28 avril 2023)

Envoi des contributions
Vous pouvez nous adresser vos propositions à l’adresse bidaya@carepparis.org
avant le 28 avril 2023.
● Un avis d’acceptation vous sera indiqué avant le : 31 mai 2023
● Date de soumission de l’article : 16 septembre 2023
● Notification d’acceptation : 16 octobre 2023
● Soumission de l’article révisé : 16 novembre 2023
● Publication prévue : mars 2024

Pour toute information complémentaire, rendez-vous sur le site : carep-paris.org/bidaya ou contactez l’adresse : bidaya@carep-paris.org.



Citer ce billet
apam (2023, 24 janvier). Appel à contribution – BIDAYA : revue étudiante francophone en sciences humaines et sociales sur le monde arabe (Date limite : 28 avril 2023). APAMi. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9i2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search