Une statue féminine au palais Omeyyade de Mshatta

Torse de femme, c.743/44, Calcaire, Mshatta, Jordanie, 72 cm / 52 cm, Jordan Archeological Museum, Amman, J.16585

Construits sous la dynastie Omeyyade (661-750), les « châteaux du désert » (qusur) demeurent aujourd’hui encore sujets à question quant à leur fonction réelle. Ils semblent cependant liés d’une manière ou d’une autre à des figures du pouvoir, notamment du fait de la présence de décors souvent signifiants. Le torse de femme du musée d’Amman provient lui du Qasr al-Mshatta, en actuelle Jordanie, vraisemblablement bâti pour le calife al-Walid II entre 743 et 744 (H. 133). Ce qasr présente une superficie deux fois plus importante que celle moyenne des autres châteaux du désert, ainsi qu’un plan original. Les bâtiments se déploient autour d’un axe longitudinal entre le massif d’entrée et celui palatial, au nord du complexe. C’est dans une salle au bout de cet axe qu’a été retrouvé le torse, pièce sur laquelle s’ouvre un portique à 3 arches, et dont la typologie proviendrait de l’architecture impériale romaine, évoquant une possible salle du trône. 

La ronde-bosse étudiée est fragmentaire. Subsiste seulement sa partie inférieure, représentant une figure féminine des genoux au nombril. Cette dernière est à demi vêtue, arborant un vêtement à plis tombants retenu au bas des hanches, dévoilant sa jambe gauche ainsi que son pubis, dont l’intimité est préservée par une pièce de tissu triangulaire. Le bras droit de la statue est également conservé, et la main ramenée sur le ventre serre une forme ronde, évoquant des fruits ou un panier de fruits. 

Il subsiste des représentations figurées sur la façade sud-est du complexe, la présence de rondes-bosses similaires inclut ce torse dans un programme complet. Celles conservées au Museum für Islamische Kunst de Berlin, présentant un bas ventre et une poitrine, permettent ainsi d’imaginer une figure type, qui serait un corps de femme taille humaine, vêtue uniquement en sa partie inférieure. Le Museum für Islamische Kunst conserve également une statue de lion trônant sur un piédestal rectangulaire, postée à l’entrée de la salle. Symbole du pouvoir sassanide par excellence, sa présence nous confirme à la fois l’importance politique de la pièce, mais également l’ancrage sassanide certain d’au moins une partie du décor. Si l’on compare ce torse aux figures humaines du Khirbat al-Mafjar, l’hypothèse d’une représentation de cour, héritée de l’art sassanide, paraît ainsi acceptable, d’autant que comme le souligne Eva Baer dans son article “The Human Figure in Early Islamic Art: Some Preliminary Remarks”, la présence de figures humaines dans les lieux de pouvoir est semblable à la représentation du souverain dans la Perse préislamique. Ainsi, l’évocation des plaisirs et d’attributs royaux participe du principe de représentation et de justification du pouvoir par le lignage. Néanmoins, la figure du souverain est souvent plus explicitement représentée, comme en témoignent les attributs et le costume de la sculpture de calife du Khirbat al-Mafjar.

Le syncrétisme qui s’opère sous la dynastie Omeyyade, mêlant diverses typologies antérieures permet d’envisager d’autres comparaisons. Ainsi, toujours selon Eva Baer dans son article “The Human Figure in Early Islamic Art : Some Preliminary Remarks”, une origine gréco-romaine n’est pas à exclure, des artisans romains installés au Fayoum ayant pu diffuser des modèles dans le monde arabe. On retrouve par exemple des éléments stylistiques similaires dans la taille, le vêtement et la forme de visage sur des sculptures du Qasr al-Hayr al-Gharbi ou sur les peintures du Qusayr’Amra qui, outre le fait qu’elles soient également dévêtues, semblent porter le même panier de fruits. La figure féminine antique peut ainsi s’apparenter à une réminiscence de divinités préislamiques, dont le transfert depuis le monde gréco-romain s’est effectué par l’intermédiaire d’artisans coptes. On peut donc interpréter ces figures comme une déclinaison lointaine de l’iconographie bachique, dont le panier peut être un attribut, et dont la signification potentiellement déformée rejoint néanmoins l’idée de festivité qu’incarnent les plaisirs à la cour.

Cette notion de plaisir peut également s’interpréter de manière plus littérale, intégrant au motif du plaisir princier une dimension davantage esthétique. De fait, Anna Ballian décrit le torse et les figures féminines comme « pratiquement nues », avec une insistance accrue sur le postérieur et les seins, présentant de manière générale des formes pleines. Cette remarque vient corroborer la remarque d’Eva Baer au sujet de la notion de goût et d’esthétique au sein du programme du Mshatta. Cette dernière avance en effet l’idée d’un « idéal de beauté féminin dans la nouvelle société islamique », mais pose également les œuvres comme des « reflets du goût du commanditaire ». S’il reprend des formes antérieures, le traitement spécifique du corps et du costume peut ainsi s’ancrer dans une dimension tout aussi esthétique que symbolique. Symbolique en effet car Eva Baer nuance son propos en soulignant que les productions sculpturales sont toujours liées d’une manière ou d’une autre au dirigeant et montre ainsi son image. La représentation de ces femmes n’est ainsi pas incompatible avec une figuration de scènes de cour, ces dernières pouvant être vues comme une évocation du harem ou des divertissements du souverain. 

Victor MARIE 

Bibliographie 

– Ballian, Anna, “Qasr al-Mshatta”, in C. Evans, Helen et Ratliff, Brandie (éd.) (2012), Byzantium and Islam, Age of Transition, 7th-9th Century, New Haven : Yale University Press, pp.209-211

– Ballian, Anna, “Country Estate, Material Culture, and the Celebration of Princely Life: Islamic Art and the Secular Domain”, in C. Evans, Helen et Ratliff, Brandie (éd.) (2012), Byzantium and Islam, Age of Transition, 7th-9th Century, New Haven : Yale University Press, pp.200-211

– Baer, Eva, “The Human Figure in Early Islamic Art : Some Preliminary Remarks”, in Muqarnas, vol.16, 1999, pp.32-41

– Hagedorn, Annette, Lion from the palace of Mshatta, in Discover Islamic Art, 2022

https://islamicart.museumwnf.org/database_item.php?id=object;ISL;de;Mus01;2;en



Citer ce billet
apam (2023, 1 février). Une statue féminine au palais Omeyyade de Mshatta. APAMi. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9i8

Une réflexion sur « Une statue féminine au palais Omeyyade de Mshatta »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search